Le rapport de l’IGAS est déjà dans les cartons.

4 août 2010 par pascal Laisser une réponse »

Le rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales sur l’ostéopathie a été transmis à Madame Bachelot-Narquin il y a maintenant plus de deux mois.

Outre le fait que celui-ci n’est accessible ni au public, ni aux organisations qui ont été entendues par l’IGAS, le Ministère de la santé ne compte pas suivre les propositions des inspecteurs.

En effet, ces derniers préconisent d’augmenter les heures de formation en biologie (anatomie, physiologie, sémiologie…) et surtout, de renforcer les stages cliniques qui, à l’heure actuelle, sont totalement insuffisants dans bien des établissements. Suivre les recommandations de l’IGAS, reviendrait à « sanitariser » l’ostéopathie, selon le vocabulaire employé rue de Ségur. Or, le ministère se refuse à faire de l’ostéopathie une profession de santé, car cela l’obligerait notamment, à doter les études d’ostéopathie, d’un nombre d’heures de formation supérieur à ce qui se fait pour les auxiliaires médicaux. Rappelons que pour répondre au système Licence-Master-Doctorat, le ministère a pour projet de placer les études de masso-kinésithérapie dans le format licence (3 années d’études après le baccalauréat).

L’ostéopathie sera-t-elle une nouvelle fois sacrifiée sur l’autel d’intérêts qui lui sont extérieurs ? C’est vraisemblablement ce qui est en train d’être arbitré par madame Bachelot-Narquin. Le rapport de l’IGAS rejoindra alors le rapport Ludes aux oubliettes .

Publicité
  1. La suite d’une longue série… Depuis quand Mme Bachelot-Narquin suit elle les recommandations des rapports qui ont été commandé? D’ailleurs, ces rapports ne sont-ils pas là pour qu’ils gagnent du temps face à nos demandes?

Laisser un commentaire