A 20% près

1 septembre 2010 par pascal Laisser une réponse »

Dans différents communiqués de presse publiés en 2010, l’Union Fédérale des Ostéopathes de France (UFOF) indique être « la première organisation socio- professionnelle française d’ostéopathes avec 1300 d’adhérents. »

Son site internet laisse effectivement apparaître environ 1350 adresses professionnelles dans sa rubrique « trouver un ostéopathe ». C’est en fait moins de 1200 praticiens qui sont recensés car de nombreux adhérents possèdent deux cabinets.

Ces praticiens sont-ils tous des praticiens exerçant uniquement l’ostéopathie – comme le préconise le label de l’association « Eur Ost DO » ( formation de niveau Master 5 ans et pratique exclusive de l’ostéopathie) ?

Non car les statuts de l’UFOF permettent de différencier des membres titulaires et des membres associés. « Si vous exercez conjointement une autre profession de santé, si vous cotisez à un ordre: vous ne pourrez être Membre Titulaire de l’UFOF, vous pourrez être membre associé. Vous aurez 5 ans pour vous démarquer. Si vous exercez exclusivement l’ostéopathie (retrait définitif du D.E.M.K. ou autre D.E. auprès de la DDASS et/ou radiation des ordres) : vous pourrez être Membre Titulaire de l’UFOF. » Quelle est alors la proportion d’adhérents à être toujours inscrits sur les listes des professionnels de santé ?

Le site de l’assurance maladie – www.ameli.fr – permet de trouver des informations sur les professionnels de santé : coordonnées, profession, secteur conventionnel…Sauf à considérer que les informations contenues dans ce site ne sont pas régulièrement mises à jour, l’UFOF ne présenterait en fait qu’un peu plus de 1000 adhérents exerçant hors statut de professionnel de santé. D’autres s’en contenteraient me direz vous. Certes, mais il y a un gros écart entre les 1300 adhérents affichés par cette association et le millier de praticiens conformes aux critères du label.

Ostéopathes non référencés sur le site AMELI 1017 85,67%
Infirmier(ères) usant du titre d’ostéopathe 2 0,17%
Masseurs kinésithérapeutes usant du titre d’ostéopathe 160 13,48%
Médecins usant du titre d’ostéopathe 3 0,25%
Pédicures Podologues usant du titre d’ostéopathe 2 0,17%
Sages Femmes usant du titre d’ostéopathe 3 0,25%
Total 1187

Le poids de l’UFOF n’est donc pas de 1300 praticiens mais d’environ 1000 (20% de moins), soit 16% des ostéopathes en exercice exclusif.

Adhérents qui êtes toujours inscrits sur les listes préfectorales des professionnels de santé, de l’UFOF et des autres associations socioprofessionnelles qui regroupent ostéopathes exclusifs et professionnels de santé – ce n’est pas votre association qui vous représente mais votre Ordre professionnel, car vous ne pouvez pas être représentés par deux organisations différentes. L’Ordre professionnel prime et vous représente de droit dans les discussions avec les autorités de tutelle. Ne pas adhérer à un Ordre au motif que vous ne pratiquez que l’ostéopathie ne change rien à la donne, si ce n’est que vous vous placez dans l’illégalité.

Adhérents qui exercez hors du statut de professionnels de santé, êtes vous surs que l’amalgame sert réellement vos intérêts ?

Officiellement, c’est le principe de la main tendue – pour permettre aux professionnels de santé de se démarquer – qui justifie cette politique. En connaît on réellement l’efficacité? Je publierai prochainement une étude dénombrant combien de membres associés de l’UFOF des années 1999, 2003 et 2007 sont démarqués aujourd’hui.

Publicité

12 commentaires

  1. osteodomrof dit :

    Un pied dans la flaque afo + un pied dans la flaque ufof = j’espère que les dignes (ou non) représentants de ces associations voudront bien éclairer la plèbe cotisante au sujet de ces pratiques..douteuses…?…
    Bravo Pascal, il ne te manque plus que les moustaches pour devenir l’Edwy Plenel du POF !

  2. Thomas SCHMIT dit :

    « Mais alors, ça veut dire que tu es un mauvais ostéopathe ?! »

    Voici l’exclamation ironique de ma fiancée, me tendant un article découpé dans un magasine féminin : Biba.

    A la page 172, dans la rubrique : « Comment choisir un bon ostéo », Mr BLANC, président de L’Union Fédérale des Ostéopathes de France U.F.O.F, présente les critères qui déterminent le choix d’un BON ostéopathe.

    A la question : existe-t-il un label, la réponse est oui : « depuis 2009, le label européen EUR OST DO. Il n’est pas obligatoire mais garantit une formation de haut niveau, une pratique exclusive de l’ostéopathie et un respect de la déontologie. Pour la liste des labellisés : http://www.osteodefrance.com ».

    Au début de mon activité professionnelle, j’ai décidé de n’adhérer à aucune structure à vocation syndicale, c’est mon droit. Je ne suis pas adhérent je ne suis donc pas un bon ostéopathe ?

    Quelle désinformation, quelle honte ! Comment parler de label Européen alors qu’il n’existe aucune structure FRANCAISE reconnue comme ORDRE par les pouvoirs publics, permettant d’établir un code de déontologie respecté par l’ensemble des ostéopathes.
    Depuis quand est-ce le rôle d’un syndicat de faire respecter une charte déontologique?

    Encore un joli coup Marketing pour un syndicat autorisant en son sein, des professionnels de santé qui cotisent déjà à un ordre !

    Comment garantir aux lecteurs de cet article que l’ostéopathe labélisé EUR OST DO est issu d’une formation en BAC+5, alors que ce critère n’est pas obligatoire dans les conditions d’adhésion à ce syndicat ! Comment garantir que l’ostéopathe labélisé pratique EXCLUSIVEMENT l’ostéopathie alors qu’encore une fois, ce critère n’est pas obligatoire dans les conditions d’adhésions ! Quelle honte !

    Il est temps de s’unir et de se battre pour obtenir la création d’un ordre professionnel afin de faire taire ses manipulateurs qui nécrose notre profession à grand coup de publicité mensongère !

    Thomas SCHMIT

  3. Damien dit :

    Un grand merci pour cette nouvelle contribution…
    Enfin un peu de transparence… En tout cas, en ce qui concerne l’AFO et l’UFOF…
    Et de la transparence, ça change et ça fait du bien dans le POF…

  4. Bruno Vinatier dit :

    Commentaire intéressant,surtout émanant de la personne qui ,au temps jadis du paiement de la TVA,a permis aux ostéos encore inscrits en Dass comme kinés de rentrer au ROF,et en a fait sortir certains dont j’étais.
    Comme quoi nul n’est à l’abris des contradictions,ceci étant dit je partage ce point de vue concernant l’UFOF dont la politique opportuniste a même privé les ostéopathes des rétrocessions de TVA…mais c’est une autre histoire .

  5. guillaume dit :

    cher bruno je suis à l’ufof,j’ai engagé une procedure de retrocessions de tva avec planchat il y a 4 ans et jusqu’à preuve du contraire les jugements sont encore en appel.

  6. Bruno Vinatier dit :

    Cher Guillaume
    tu as engagé une procédure avec Maitre Planchat à titre personnel,et pas du tout dans le cadre de l’UFOF, Planchat était l’avocat fiscaliste engagé par le SNOF.
    Donc rien à voir avec les décisions prises par le bureau de l’UFOF,qui allait même jusqu’à dire que c’étaient les patients qui payaient la TVA et que nous n’étions que de simples collecteurs.
    bon courage dans ta procédure.

  7. Thierry Cajgfinger dit :

    Ce déroulé amène plusieurs questions :

    1. Il révèle la double inscription de site au sein de l’UFOF soit, mais l’esprit de neutralité n’aurait-il pas voulu que l’on sache ce qu’il en est au sein des autres syndicats ou associations ?

    2. Cette petite guéguerre de la double casquette me fait toujours un peu sourire, en effet même si le nombre en est moins important, c’est un raisonnement que l’on n’oppose jamais au médecin ostéopathe membre de telles entités, pourquoi donc ?
    D’autre part, un kinésithérapeute (ou un médecin) qui se consacre pleinement à l’ostéopathie, sans fraude bien évidemment, est-il moins professionnel que tout autre ostéopathe exclusif ?

    3. Sur quels fondements de droit vous appuyez vous pour affirmer que l’Ordre prime de fait sur le syndicat professionnel si la pratique première n’y est plus qui plus est si l’inscription au tableau n’existe plus ?
    L’ostéopathie n’est pas encore une profession mais reste toujours ou malheureusement un titre, non ?

    4. Vouloir à tout prix un Ordre, de fait délégataire des pouvoirs de l’Etat, a toujours été votre cheval de bataille mais au regard de ce que l’on observe, notamment après la création de celui des kinésithérapeutes, est-ce vraiment un canevas indispensable, ne vaudrait-il pas mieux un syndicat professionnel unitaire au lieu d’une usine à gaz siège des batailles de pouvoirs ?

    • pascal dit :

      1. C’est ce que je m’emploie à faire dans la mesure où l’association socioprofessionnelle (ASP) publie une liste de ses adhérents. J’ai commencé par l’AFO et l’UFOF car je savais que c’est au sein de ces deux ASP qu’on peut le plus facilement mettre en évidence les doubles statuts professionnels. Pour les autres ASP (ROF et SFDO), la suite au prochain épisode. Charge à la CNO et au SNOF de communiquer puisqu’ils ne publient pas de listes.

      2. Comparaison n’est pas raison. Les médecins ostéopathes ne revendiquent pas l’exercice exclusif de l’ostéopathie. Pas plus que les syndicats de masseurs kinésithérapeutes. Je ne partage pas leur point de vue mais je le comprends. Ce que je déplore, c’est le double langage de certaines ASP qui affichent haut et fort la défense de l’exercice exclusif, la création d’une profession mais ne s’applique pas la rigueur élémentaire. Comment les patients peuvent-ils nous comprendre ?

      3. Sur les articles L4321-13 et 14 du code de la santé publique qui indiquent que « L’ordre des masseurs-kinésithérapeutes regroupe obligatoirement tous les masseurs-kinésithérapeutes habilités à exercer leur profession en France, à l’exception des masseurs-kinésithérapeutes relevant du service de santé des armées. » et « L’ordre des masseurs-kinésithérapeutes (…) assure la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession de masseur-kinésithérapeute. (…) II peut être consulté par le ministre chargé de la santé, notamment sur les questions relatives à l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute. » Vous exercez sous le statut de masseur kinésithérapeute conventionné (code ADELI 5400…). Vous êtes donc masseur kinésithérapeute. Pour exercer, vous devez être inscrit au tableau de l’Ordre. Dès lors, vous êtes obligatoirement représenté par le point de vue de votre Ordre. Les syndicats de masseurs kinésithérapeutes peuvent également vous représenter si vous y adhérez. Ils peuvent faire valoir un point de vue différent de celui de l’Ordre pour faire contre poids. Mais comme en l’occurrence, Ordre et syndicats de masseurs kinésithérapeutes se rejoignent à propos de l’ostéopathie, le praticien qui exerce sous un statut de masseur kinésithérapeute et qui est adhérent d’une ASP type AFO ou UFOF est en pleine dichotomie.

      4. Il ne peut y avoir d’unité que sur la base du statut professionnel. Tant que des ASP regrouperont des personnes aux statuts professionnels différents, l’appel à l’unité ne sera que de l’incantation … ou un chiffon rouge pour détourner l’esprit des adhérents des véritables problèmes. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Que les ostéopathes au code ADELI 00 se réunissent et on pourra espérer des jours meilleurs.

  8. JAFFRE Dominique dit :

    je trouve votre mail déplacé,car meme si c’est vrai (ce que je ne conteste pas),c’est ce genre de « gueguerre » qui ruine notre cohesion et fait le jeu de nos adversaires…!
    quelle importance cela peut-il avoir dans la mesure ou les 2 syndicats sont representatifs par leur nombre important d’adherents ,et se battre pour savoir qui est le 1er n’est qu’une guerre d’ego,que je constate encore malheureusement tres presente….! D. JAFFRE

    • pascal dit :

      Il ne faut pas regarder les choses ainsi. En refusant de regarder la réalité en face et en mettant en avant les problèmes de personnes (ce que vous appelez la guéguerre, que d’autres appellent les problèmes d’ego) pour ne pas admettre les vrais difficultés, on ne fera jamais avancer les choses convenablement.
      Je poste à nouveau les explications sur la non représentativité par l’UFOF, l’AFO ou autres, des praticiens qui exercent l’ostéopathie sous statut de masseur kinésithérapeute.
      Sur les articles L4321-13 et 14 du code de la santé publique qui indiquent que « L’ordre des masseurs-kinésithérapeutes regroupe obligatoirement tous les masseurs-kinésithérapeutes habilités à exercer leur profession en France, à l’exception des masseurs-kinésithérapeutes relevant du service de santé des armées. » et « L’ordre des masseurs-kinésithérapeutes (…) assure la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession de masseur-kinésithérapeute. (…) II peut être consulté par le ministre chargé de la santé, notamment sur les questions relatives à l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute. » Vous exercez sous le statut de masseur kinésithérapeute conventionné (code ADELI 5400…). Vous êtes donc masseur kinésithérapeute. Pour exercer, vous devez être inscrit au tableau de l’Ordre. Dès lors, vous êtes obligatoirement représenté par le point de vue de votre Ordre. Les syndicats de masseurs kinésithérapeutes peuvent également vous représenter si vous y adhérez. Ils peuvent faire valoir un point de vue différent de celui de l’Ordre pour faire contre poids. Mais comme en l’occurrence, Ordre et syndicats de masseurs kinésithérapeutes se rejoignent à propos de l’ostéopathie, le praticien qui exerce sous un statut de masseur kinésithérapeute et qui est adhérent d’une ASP type AFO ou UFOF est en pleine dichotomie.

  9. Bruno Vinatier dit :

    Représentatif,certes mais de quoi ?
    d’un nombre de kiné-ostéopathes ou d’ostéopathes exclusifs qui ont un seul idéal l’établissement d’un profession véritable.
    L’amalgame est très préjudiciable à notre jeunes professions,la réalité quotidienne en cabinet en est le reflet patent.C’est à mon sens l’effet pervers d’un titre distribué sans cohérence.

Laisser un commentaire