Roselyne Bachelot cherche à rassurer les professionnels de santé

13 octobre 2010 par pascal Laisser une réponse »

La promulgation de la loi en juillet 2009 réformant l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, a porté le programme et la durée des études préparatoires au diplôme d’ostéopathe à 3 520 heures. Jusqu’alors et conformément au décret de 2007, 2660 heures étaient requises.

Cette augmentation du volume horaire, avait été arrachée de haute lutte par les Parlementaires. Madame Bachelot y était opposée au motif que « ce texte crée[rait] les conditions d’un déséquilibre, au détriment des professionnels de santé qui bénéficient de dispenses de formation accordées au regard des compétences et des connaissances acquises lors de leur formation de base. Le texte que vous proposez, s’il était adopté, transformerait profondément l’accès de ces praticiens à la profession d’ostéopathe, dans la mesure où il prévoit une durée de formation obligatoire majorée, mais aucune dispense de scolarité ». (voir ici)

De nombreuses questions écrites ont été posées par les parlementaires à ce sujet depuis 2009. (voir ici)   La ministre de la santé n’avait plus répondu à aucune question concernant l’ostéopathie depuis 2008. Peut être que sa conseillère en communication a lu ce blog et qu’elle a conseillé à sa ministre d’apporter des réponses ?

Il est intéressant de constater que la rue de Ségur est sortie de son mutisme en priorité pour rassurer les professionnels de santé. (voir ici et ). Il aurait semblé légitime qu’elle s’intéressât en priorité aux ostéopathes. Et bien non. Il faut en priorité rassurer les professionnels de santé sur le « maintien des dispenses de scolarité [qui] pourrait être envisagé ». Madame Bachelot a de la suite dans les idées. Elle reprochait déjà aux parlementaires de ne pas prévoir cela dans leur texte de 2009. Va-t-on à nouveau assister à une réécriture de la loi par le pouvoir réglementaire comme cela s’était vu en 2007 ?

Les représentant des ostéopathes en exercice exclusif vont être ravis d’apprendre que les décrets sont en cours de rédaction alors qu’aucune concertation n’a été proposée et que le rapport de l’IGAS n’est connu que des services du ministère.

Publicité

2 commentaires

  1. BAMAS Serge dit :

    Bachelot soutient depuis longtemps que « ostéopathe est une profession de confort et de bien être, sans enjeu économique ».
    Seul le pouvoir judiciaire pourra la faire changer d’avis…
    Nous sommes sur la bonne voie et nous y sommes prêts.
    Quant à convaincre Bachelot…bon courage!
    Serge BAMAS
    Responsable Régional Rhône-Alpes du SNOF.

Laisser un commentaire