L’invité du blog : Bertrand Bouriaud, DO mROF Paris

26 octobre 2010 par pascal Laisser une réponse »

La dernière assemblée générale du registre des ostéopathes de France (ROF) n’en finit pas de faire des remous (voir ici ). Bertrand Bouriaud, s’appuyant sur les statuts du ROF qui permettent qu’une assemblée générale soit convoquée si 1/3 des membres le demande, nous explique sa démarche.

Chers Consœurs, chers Confrères, membres actifs du Registre des Ostéopathes de France.

Parce que nous croyons aux valeurs éthiques véhiculées par le ROF, parce que nous sommes convaincus qu’il doit être l’entité garante de la déontologie de notre profession, parce que nous sommes persuadés que ce n’est que par la cohésion et la mutualisation des moyens et de nos efforts, que nos objectifs pourront aboutir, il est urgent de redonner un souffle de démocratie à notre association. Il est impératif de ne pas laisser les conflits personnels, les luttes d’égos et de pouvoir qui ternissent l’image du Registre et détruisent ce qui a été si durement acquis auparavant, prendre le dessus.

Comme le disait un pasteur américain, que reprenait Robert HIRIART, Ostéopathe, membre du comité consultatif d’éthique du ROF lors du forum de discussion la veille de l’AG, “j’ai fait un rêve”. Le rêve que les différentes associations d’ostéopathes exclusifs se regroupaient enfin, mutualisaient leurs efforts et permettaient l’avènement de la profession « ostéopathe ». Depuis la fin de l’Assemblée Générale, une impression ressort : ce rêve n’est pas prêt de se réaliser. Car alors que les adhérents du Registre avaient la possibilité de concrétiser une avancée unique dans le paysage ostéopathique français, alors que – ce n’est un secret pour personne – plus des 75% des bulletins étaient favorables à la création d’une plateforme commune entre le ROF, le SNOF et le SFDO, la question fut retirée, de manière arbitraire, suite à une décision consensuelle du conseil national et de l’avocate du Registre.

Face à ce constat désolant, plusieurs questions se posent :

  • que se passe t’il au sein du conseil national ?
  • quelle image le ROF véhicule t’il suite à ce véritable camouflet ?
  • comment vont réagir nos partenaires potentiels qui avaient les yeux rivés sur le résultat des urnes ?

D’après les différentes interventions entendues à l’AG, force est de constater que le malaise qui régnait au sein du CN ces derniers mois a franchi une étape supérieure. Le rapport moral de la présidente, Marianne MONTMARTIN a été approuvé. Pourtant, la présidence a changé après la clôture de l’assemblée générale. Le Registre serait donc victime de querelles internes, néfastes pour son avenir, néfastes pour les ostéopathes exclusifs, querelles qui passeraient au dessus de la voix des adhérents ? Derrière cette mascarade, c’est toute l’image du ROF qui en ressort salie. Que retenir d’autre, pour les différentes associations, SFDO et SNOF en tête, que l’absence de prise de position du ROF vis à vis de la mise en place d’une plateforme commune ? Il était indispensable de leur envoyer un message fort. L’impensable est en train de se produire : le Registre donne l’image de laisser le train passer.

Nos statuts actuels permettent d’élire des membres du CN, pour trois ans, ces derniers se répartissant ensuite, annuellement, les différents postes (présidence, secrétariat général, trésorerie,…). Les membres du ROF n’ont donc qu’un rôle passif de spectateur à partir du moment où le CN distribue les tâches à chacun. Pourquoi ne pas voter lors de chaque AG la reconduction du bureau, ou une proposition de ce dernier que le CN souhaiterait mettre en place pour l’exercice à venir ? De passif, le rôle des adhérents deviendrait consultatif et actif. Le triste spectacle de la dernière AG ne pourrait ainsi plus se reproduire, les tensions internes ne seraient pas dévoilées au dernier moment, laissant les adhérents devant le fait accompli. Une présidence ne pourrait être briguée sans qu’aucun programme ne soit présenté, afin d’éviter d’alimenter, sans droit de regard, une soif de pouvoir illégitime.

L’urgence est donc double :

  • faire entendre, à nouveau, le message des adhérents : OUI à un projet de plateforme précis et détaillé dans son axe politique! Pour ce faire, il est impératif de mettre en place un nouveau vote, postal ou informatisé dans les jours à venir ou lors d’une assemblée générale.
  • modifier les statuts du Registre concernant la répartition des rôles au sein du CN pour éviter à l’avenir que pareille scène mettant en péril le ROF ne se reproduise. Cela passe par l’organisation d’une AG extraordinaire dans les plus brefs délais. Nous ne pouvons attendre octobre prochain car, étant donné les dernières prises de position du SFDO et du SNOF, le projet initial de plateforme semble d’ors et déjà caduc. Il faut donc que nous redonnions un message fort

Pour redonner confiance à ses membres et assurer sa survie, le conseil national du ROF se doit d’organiser une AGE avant la fin de l’année, sinon le ROF disparaitra, entrainant avec lui toute la profession. Les adhérents seront ainsi à même de décider s’ils renouvellent ou non leurs cotisations pour l’exercice 2011. Si le patient doit rester « entre deux bonnes mains », choisissons ensemble ces mains ! Une étape importante est en train d’être franchie. Le ROF, et les valeurs qu’il défend, se doit d’y participer et d’y avoir un rôle majeur !

C’est pour cela, chères Consœurs, chers Confrères que je vous demande de prendre objectivement position dans les meilleurs délais, en complétant la lettre que vous trouverez en pièce jointe, puis en me l’adressant :

  • soit par courrier classique à Bertrand Bouriaud, 8 bis rue de la terrasse, 75017 PARIS
  • soit par email après avoir scanné la lettre dument complétée à bbouriaud@gmail.com

Vous trouverez dans cette lettre l’ordre du jour des assemblées générales extraordinaire et ordinaire et en deuxième pièce jointe le projet de modification des statuts.

Ne laissons pas cette situation délétère perdurer, il en va de la survie du Registre et de l’Ostéopathie en France. Nous en sommes tous responsables. Réagissons !

Lettre demande AG-adhérents

PROJET DE MODIFICATION DES STATUTS DU REGISTRE DES OSTEOPATHES DE France

Le ROF comptait 1088 adhérents à jour de cotisation le jour de l’AG. 1/3 correspond à 363.

Réponses positives reçues le 26 octobre: 209

le 27 octobre : 240

Publicité

31 commentaires

  1. Thierry Cajgfinger dit :

    Sauf mauvaise interprétation de ma part, ce n’est pas seulement une AGE que vous souhaitez convoquer, mais également organiser la démission du Président actuel.
    Pas certain qu’il accepte votre ordre du jour de l’AG, celle-ci ayant déjà été convoquée dans des conditions normales….

  2. Thierry Cajgfinger dit :

    …..
    Qui plus est, inscrire en une même signature à la fois l’ordre du jour de l’AGE et de l’AG fait, sauf erreur, s’agissant d’une demande extra-ordinaire, qu’il y a de forte chance pour que votre objet soit rejeté en l’état…..

  3. F. Reliant DOMROF dit :

    Il n’empêche que démission ne veut pas dire « aucune possibilité de réélection ».
    Le message serait même extrêmement fort si le président actuel et son bureau démissionnaient afin de se représenter avec des arguments ciblés sur leur poste respectif !

    Sauf erreur de ma part je ne crois pas que tous ces chamboulements actuels au sein du registre mettent en ligne de mire les personnes proprement dites mais plutôt la forme et la lourdeur des dernières élections.

    Et puis après tout si une large majorité des adhérents ne se retrouvent pas dans la façon dont leur plus haut représentant est nommé et bien l’AGE semble être le moyen ultime et le plus rapide pour qu’un maximum d’adhérent s’exprime ne serait ce que par l’urne.

    Je crois sincèrement que tout ce remue-ménage autour du registre plus qu’un simple coup d’éclat (ressenti par certains) va marquer un réel tournant dans les mentalités, on n’en a marre des discours différents, on en a ras le bol des dizaines de réunion chacun dans son coin et on en a ras le fion (oupsss) qu’on nous prenne pour des pigeons parce qu’on est même pas capable de mettre en place notre propre homéostasie alors que nous sommes seulement (même si c’est déjà trop) quelques milliers !

    Ca……. c’est fait !

    F. Reliant

  4. Bertrand BOURIAUD - Ostéopathe DOmROF dit :

    A titre informatif, 209 réponses positives sur les 219 réponses reçues.
    Merci à tous pour votre participation active.
    Cordialement,

    B.BOURIAUD
    Ostéopathe DOmROF

  5. KRIEF Guillaume dit :

    Devons-nous donner du sens au fait que sur les 7 membres du Bureau du ROF, 5 sont syndiqués au SNOF ?

    • BAMAS Serge dit :

      Si cette information est exacte, il reste encore à ces deux membres la possibilité d’adhérer au SNOF pour soutenir les actions engagées dans l’intérêt général des ostéopathes exclusifs.
      Et toujours si cette information est exacte…est-ce honteux et délictueux?
      Serge BAMAS
      Membre du SNOF-Responsable régional Rhône-Alpes-

      • Bruno Vinatier dit :

        Si le SNOF a décidé d’une OPA sur le ROF qu’il le dise,au moins les choses seront claires et les adhérents décideront en connaissance de cause.
        Et puis on comprend mieux les hésitations pour entériner un vote des adhérents qui allait dans le sens d’une plateforme commune des trois ASP SFDO, ROF et SNOF, connaissant les réticences du SNOF à ce sujet.
        Pas sur que cet amalgame ROF-SNOF plaise à tout le monde.
        « Cette phagocytose » du Rof par le SNOF terminerait elle la « guerre « commencée de longue date au temps jadis du SOK ???

  6. Bruno Vinatier dit :

    « ben » voilà c’est quand même mieux en le disant….

  7. Thierry Cajgfinger dit :

    J’aime bien votre humour Monsieur Bamas qui soit sit en passant ne démentit pas non plus :)

    Il n’est certes pas délictueux d’appartenir d’un côté à une association représentative et de l’autre à un syndicat.

    Cependant, bien que les canevas soit différents, les orientations et les rôles soit ne différent pas beaucoup soit sont à leurs extrêmes.

    Là n’est principalement pas le souci, cependant, dans le cas de prise de fonctions à responsabilité régionale, qui plus est nationale, on ne peut admettre un possible conflit d’intérêt.

    Pour exemple, si cela était le cas, vous ne pourriez, éthiquement, être à la fois responsable du SNOF et au siège de l’administration du ROF ou d’une autre ASP…

    On se retrouve ici pratiquement dans le même cas que les affaires Woerth et consors….

    La proposition de Bertrand Bouriaud est à ce titre judicieuse…
    Aux adhérents du ROF de décider

  8. Monsieur Vinatier et autres railleurs: pas de faux procès contre le SNOF! Ce n’est pas le moment d’y perdre de l’énergie inutilement.
    Laissez donc là les fantasmes. Le SNOF ne s’engage pas dans une OPA sur le ROF. Le SNOF, premier syndicat historique d’ostéopathes, a été bien souvent raillé, et, dès le début pour le seul nom qui lui permettait de se constituer en syndicat professionnel alors que la profession n’existait pas encore. Rendez lui plutôt gré de ce courage. Il a été raillé par ceux qui disaient qu’il fallait payer la TVA pour être un vrai ostéopathe. Etes vous trop jeune? Les faits lui ont donné raison et le ROF a changé de discours. Seriez-vous le seul à ignorer que le SNOF a toujours mobilisé tous ses moyens, non au bénéfice de sa propre communication, ni à la promotion de ses adhérents, mais au bénéfice de toute la profession? Les résultats obtenus l’ont été pour le bien de tous et non de certains. Rendez au SNOF cette honnêteté. Il n’y a aucune ambigüité sur la volonté du SNOF de participer à la plate-forme, ni même à la constitution d’une union avec tous ceux qui se battent comme lui, non pour le titre partagé, mais pour le titre protégé et l’ostéopathie exclusive. Cette volonté a toujours existé dans les statuts constitutifs du premier syndicat français d’ostéopathes, créé il y a vingt ans. Le SNOF n’a jamais manqué ni de courage, ni d’énergie, ni de railleurs. Il continue son combat.
    Il n’y a pas d’OPA du SNOF. Si certains auraient préféré une OPA venu d’ailleurs, j’en suis désolé pour eux et je comprends leur déception. Mais à vrai dire, tout le monde s’en fiche.
    Le combat est ailleurs: la réunion des forces vives pour gagner et faire de l’ostéopathie la profession que nous avons rêvée il y a vingt ans. Elle nous tend les bras maintenant, pour peux que l’on arrête toutes ces guéguerres imbéciles.
    Rendez-vous est donné à cette plate-forme à tous ceux qui parlent. Nous verrons qui agit.

  9. Bruno Vinatier dit :

    Beaucoup à dire après cette brillante explication, un peu trop partisane à mon gout, mais je ne rentrerais pas dans une polémique stérile et inutile,là je vous rejoins.
    Juste un détail avant de rassembler la profession ,le SOK a été l’initiateur de sa fragmentation.Dois je vous rappeler l’argument moteur du SOK de feu Mr Faraut qui prônait la dichotomie Ostéopathie dure et Ostéopathie douce en créait de fait la kiné-ostéo en opposition aux exclusifs…
    Je ne m’étendrais pas davantage,car encore une fois la polémique n’a plus sa place et l’urgence d’une fusion professionnelle de l’ostéopathie exclusive prime.
    Cette épisode aura eu l’avantage de montrer que certains veillent,et que les sempiternels fonctionnements foireux de l’ostéopathie seront montrés au plus grand nombre.(merci internet).
    Maintenant vous serez jugés sur vos actes ,et nous attendons impatiemment la création de cette plateforme,rapidement.

  10. Thierry Cajgfinger dit :

    Monsieur de Lagausie,
    Puisque vous avez souhaité nous honorer de vos ponctuations concernant les informations précédentes, pourriez nous faire part de votre expertise en la matière et nous faire connaître :

    - la différence sur le fond, non sur la forme, entre votre syndicat et une association comme le ROF
    - l’intérêt pour qui que ce soit d’être affilié aux deux
    - n’y aurait t’il pas conflit d’intérêt, si par exemple vous même soyez amené à siéger au sein du CN du ROF, ou d’un autre membre du SNOF
    - A l’inverse serait-ce moins vrai si le Président du ROF, par exemple venait à siéger au SNOF ?

    Vous remerciant de vos réponses,
    cordialement.

  11. Bon, alors pour les analystes politiques de ce blog:
    pour le SOK, je n’ai pas dû me faire comprendre. je vous laisse le soin de prendre connaissance des buts du SNOF, sauf chercher des ambiguïtés là où il n’y en a jamais eu. Vous parlez de SOK, c’est sans doute pour ressortir des arguments éculés depuis plus de dix ans au moins. Pas mieux? Le K était le seul moyen d’exister en tant que syndicat puisque l’ostéopathie n’existant pas, on ne pouvait pas déposer les statuts d’un syndicat pour une profession qui n’existait pas. C’est du droit. Simplement. Le but était: profession ostéopathe. Ostéopathie exclusive. Faut-il vraiment en reparler dix ou quinze ans après et n’avez vous toujours rien de plus important à reprocher au SNOF que ce K? Alors tant mieux! La dichotomie entre douce et dure ne valait que pour les tribunaux qui condamnaient les ostéopathes pour exercice illégal de la médecine quand le ROF demandait à ses adhérents de payer la TVA. Il serait donc bien venu de respecter la mémoire de Jean-Louis Faraut, à qui vous devez beaucoup en tant qu’ostéopathe. Ne l’oubliez pas et sachez lui en être gré. Le respect serait le meilleur moyen.Voici donc, entre autres, pourquoi je n’appartiens pas au ROF, association, et non syndicat, autoproclamée  » a visée ordinale » et donnant pendant des années des leçons d’éthique et de déontologie, porté sur l’exclusion dès lors que l’on ne souhaitaiit pas être membre. Il est encore d’actualité au ROF qu’il n’est de bon ostéopathe qu’au ROF (« entre deux bonnes mains! ») Vous vouliez parler du passé? Voulez-vous enfin parler d’avenir? Je ne suis donc pas adhérent du ROF, préférant l’action syndicale concrète et efficace. A ce titre, il serait bon de reconnaitre l’altruisme et les victoires du SNOF. Il est vrai qu’il communique peu à ce sujet, se satisfaisant de ce qui est obtenu pour le bien commun.
    Si cinq membres du bureau du ROF sont adhérents du SNOF, c’est que 1°) les adhérents du ROF les ont élus 2°) ils ont choisi un syndicat qu’ils estiment être en synergie avec cette association 3°) ils estiment que l’adhésion au ROF ne dispense pas d’une adhésion syndicale. Et vous, sur ce point? Et je vais vous faire deux confidences: je ne savais pas que le SNOF était aussi bien représenté au sein des instances dirigeantes du ROF, et je ne sais qui sont ces élus, et, du reste, je n’ai même pas envie de le savoir. Pourquoi? Parce que comme je l’ai dit, nous avons mieux à faire que perdre du temps dans ces analyses là. Je n’étais pas intervenu sur ce blog à propos des élections du ROF car cela ne me concerne pas. J’interviens quand on met en cause le SNOF d’une manière irrespectueuse autant qu’erronée.
    Si nous devons nous unir, il faut pour le moins cesser ces arguties stériles, arrêter de ressortir SOK et autre SNKO. Le SNOF a une expertise particulière qu’il peut mettre au service de la profession. Il participe à la plate-forme dans ce but. Je ne sais pas quel but vous recherchez mais laissez donc les analyses politiques aux spécialistes. Je ne suis qu’un syndicaliste, l’êtes-vous? Savez ce qu’est l’engagement syndical et sa différence avec une simple adhésion associative? Le ROF ne s’est jamais positionné en tant que syndicat, et se spécialisant en tant qu’association oeuvrant dans l’éthique et la déontologie. Quelles sont les victoires du seul ROF? Reconnaissons au SFDO son action politique. Et actons de l’expertise du SNOF sur le plan juridique. Le SNOF n’a pas les moyens de faire de la communication, ni de la politique. C’est pour cela que le SNOF est pour une synergie entre les associations d’ostéopathes exclusifs. Simple question de bon sens.
    Est-ce qu’un président du ROF pourrait siéger au CA du SNOF? Cela n’est pas actuellement et je doute que cela soit utile. Mais peut-être voulez-vous envisager la réciproque? Dans la mesure où le ROF se veut être un ordre professionnel, il est normal, et c’est ce qui se fait, que des membres d’autres syndicats y siègent. A quel titre? Aux adhérents d’en décider. Je n’en suis pas. Et je ne le souhaite pas. Conflits d’intérêts? pas si les intérêts sont communs. Sauf querelles de personnes, hélas, d’ego. Donc, si certains envisagent effectivement une OPA. Sur ce sujet, je ne suis pas votre homme car je ne souhaite vraiment pas avoir une compétence particulière dans ce domaine. Mon intérêt est ailleurs, le même que la majorité des ostéopathes: construire une profession exclusive avec un titre protégé. En espérant donc vous savoir tourné vers l’avenir, le combat et non les querelles. N’est pas urgent?
    Cordialement.

    • delmas dit :

      Non,la TVA c’est l’UFOF, c’est eux qui le disent. ;-)

      • delmas dit :

        « Si cinq membres du bureau du ROF sont adhérents du SNOF, c’est que 1°) les adhérents du ROF les ont élus »

        Ben non puisqu’aucun (comme les listes du SNOF sont fermées…arrangeant non?) ne déclare avant son élection être au SNOF.Sinon ce ne serait peut-être pas le cas.

  12. Bertrand BOURIAUD - Ostéopathe DOmROF dit :

    Chers adhérents, Suite à l’appel d’un DR, m’informant que le document que vous me renvoyez massivement depuis ce matin pouvait prêter à confusion, j’ai appelé immédiatement le président du Registre, Guy VILLEMAIN avec l’intention de clarifier le contenu de cette demande de convocation d’AGE/AGO.

    Il est tout à fait clair que seul GV est habilité à choisir la date et le lieu de l’AGE, si sa convocation est confirmée. La date du 4 décembre 2010 à Paris est uniquement une suggestion. Libre à GV de l’infirmer ou de la confirmer. J’ai donc prié GV, et tous les membres du CN de bien vouloir m’excuser si le message avait été compris différemment.

    Bertrand BOURIAUD
    Ostéopathe DOmROF

  13. Thierry Cajgfinger dit :

    Pour mémoire, une lecture fort à propos à vous faire partager :

    http://www.osteopathie-france.net/essai/lois/tribunelibre/748-lette-ouverte-au-rof

  14. Thierry Cajgfinger dit :

    Monsieur Bouriaud ,

    Pour quelle raison, les adhérents du ROF que vous conviez à signer cette demande d’AG et d’AGE ont-ils nécessairement besoin de verser également la prochaine cotisation 2011 ?

    Il me semble, mais c’est bien sur à vérifier juridiquement, que si les demandeurs sont à jour de cotisation au jour où la demande officielle parvient au Président du ROF, ce dans des délais raisonnables aux fins d’organisations, votre démarche ne peut qu’être accepter.
    Si le Président choisit d’utiliser son délai de 3 mois à l’extrême pour l’amener en 2011, c’est alors son souci et non le vôtre.

    Pour la prise en compte des votes de l’AGE, il me semble que c’est de même, par contre pour l’AG je ne crois pas que cela soit valable ?

    Toujours à vérifier bien entendu.

    • Marielle BARTET dit :

      Bonjour ,
      Après avoir demandé confirmation à la trésorière du ROF, les cotisations sont valables pour une année d’exercice soit d’une AG à une autre. Celle de 2010 est valable jusque fin octobre 2010. La requête de l’AGE à t’elle été envoyée avant cette date avec 1/3 des adhérents du ROF? Si c’est le cas j’espère que Mr BOURIOD nous en aura tenu informé.
      Du reste, Monsieur CAJGFINGER, en dehors de toute attaque professionnelle, exerçant dans les mêmes environs et partageant des patients, je vous inviterai volontiers à assister aux AG et aux débats du ROF avant de juger de son discours et de son action. En effet, nous ne pouvons pas dire qu’un blog par nature personnelle reflète l’exacte réalité des choses, cette personne de plus n’étant pas tout à fait neutre dans l’histoire. Votre point de vu est beaucoup trop lucide pour que vous ne diversifiez pas un peu plus vos sources à moins que vous ne soyez intéressé à voir les choses que d’un côté ce qui m’étonne.

      Le ROF avec son nouveau CN désire bâtir une plateforme commune.
      Il est prêt à soutenir d’autre initiatives à partir du moment où c’est pour le bien de la profession.
      Le CN ne semble pas rouler pour lui même sinon pourquoi aurait-il désigné Mr JAVERLIAT en tant que porte parole pour les actions juridiques lors de la réunion du 9.11 avec l’AFO et le SNOF, et non pas Guy VILLEMAIN?
      L’élection lors de l’AG n’a rien eu d’illégitime. Le programme politique à été très clair et est respecté: poursuite d’un projet de plateforme, et continuité de l’action engagée dans le consensus.
      Un autre candidat s’est même présenté aux côtés de Guy VILLEMAIN avec le programme que Mr BOURIAUD soutient vis à vis de la plateforme, et il n’a pas été élu. Les membres du ROF se sont clairement prononcés.

      Cordialement

  15. Jean Vergnaud dit :

    Monsieur Cajgfinger,
    Pourriez vous nous dire avec quelle casquette vous intervenez.
    êtes vous membre du ROF pour avoir un avis si plein de certitude à propos de ses statuts et son fonctionnement interne.
    L’idée que vous défendez va t’elle dans le sens de l’élaboration d’une union de la profession ou un sabotage du ROF ?
    Jean Vergnaud membre du SFDO

  16. Thierry Cajgfinger dit :

    Monsieur Vergnaud,

    j’interviens avec ma seule casquette, tout comme vous intervenez au titre du SFDO, dans l’idée que le ROF principalement, mais également les autres doivent en finir avec leurs querelles internes du pouvoir qui n’amènent à rien depuis 10 ans.
    Le ROF se sabote malheureusement sans l’aide de personne, c’est regrettable !!

    Il n’y a pas plus de certitudes que de questions que se posent tout un chacun…..
    Maintenant, si vous souhaitez y répondre point par point, je vous lirai avec plaisir.

    Pour en revenir à votre interrogation, je pense que Mr Bouriaud risque d’être un parfait bouc émissaire…..s’il n’arrive pas à ses fins pour l’AGE.

    Personnellement, et cela n’engage que moi, bien entendu tout en restant ouvert à votre discours contradictoire.

    avec mes respects et cordialement,

  17. Thierry Cajgfinger dit :

    …..pensez vous réellement que je poserai ces questions si je souhaitai la mort du ROF ?

    Il est un élément incontournable du POF pour tout ce qu’il a fait pour l’Ostéopathie et je reste persuadé, contrairement à la tendance actuelle, que les adhérents du ROF n’ont aucun intérêt à le quitter, au delà de leur désapprobation, s’ils souhaitent faire entendre leur voix…

  18. Jean Vergnaud dit :

    Vous ne répondez pas à ma question qui est de savoir ce que vous êtes professionnellement (quel statut) et quelle appartenance syndicale avez vous ?

  19. Thierry Cajgfinger dit :

    Monsieur Vergnaud,

    La réponse que vous attendez a déjà été faite sur ce site, il vous suffit de relire….

    Je vous retourne la question, et vous à quel titre vous manifestez vous, personnel, au titre du SFDO, ou de l’école dans laquelle vous enseignez ?

  20. Jean Vergnaud dit :

    Pour moi les choses sont claires: Ostéopathe exclusif, membre du SFDO, ancien membre du ROF, enseignat à ISO paris. Aucunes responsabilités dans ces structures.

    Et vous votre casquette, qu’elle est elle ?

  21. Thierry Cajgfinger dit :

    Pas de casquette de kiné-ostéopathe si là est votre demande….(pour le reste, voir plus haut)
    Pour une exclusivité de pratique, à terme, des praticiens formés
    Pour un cycle long de formation, plus précisément en désaccord avec ce format de 3 années…

    ….et surtout pour une plateforme d’union transversale des ostéopathes

    En espérant avoir répondu à vos interrogations, mais l’essentiel est-il vraiment moi ?

  22. Godfrin hervé dit :

    Si vous êtes DOMROF, ce débat est ouvert avec le conseil national sur notre forum.
    Le bureau actuel veut élaborer cette plateforme commune.

    Ne mélangez pas tout.

    hervé Godfrin
    vice président du ROF

  23. fontaine thibault dit :

    mr godfrin , pouvez nous nous eclairer en détail sur la mise en place de cette future plateforme .

    parle t’on de future « fusion » des ASP concernées ou de mutualisation des moyens ??
    comment ce rapprochement se passera t’il ??
    merci par avance

  24. BOURIAUD Bertrand dit :

    Chères consoeurs, chers confrères,

    La dernière newsletter (n°12) du ROF ne permet toujours pas aux adhérents de connaître le projet précis du bureau actuel du ROF.
    Suite à la réunion de différentes ASP le jeudi 4 novembre, le communiqué du ROF, identique à celui du SFDO, organisateur de cette rencontre, mais non publié par le SNOF (sachons interpréter cela), ne permet pas de répondre aux différentes questions que chaque adhérent était à même de se poser, comme l’indique la dernière ligne de ce communiqué:
    « tous les points évoqués ci-dessus n’ont pas pu être traités suffisamment en profondeur pour permettre à ce jour la validation du présent communiqué par l’ensemble des parties »

    Sur le forum officiel du ROF des questions précises ont été posées, dont la seule réponse du CN fut: « Les différents intervenants se sont engagés à une certaine confidentialité et donc à ne pas communiquer plus. »

    La communication écrite ayant atteint ses limites, quoi de plus légitime que de souhaiter alors une communication orale? Nous ne connaissons donc pas le projet et nous n’en sommes pas les acteurs.
    Seule une AGE permet de :
    - mettre à plat ou révéler une divergence de fond entre le projet initial et celui souhaité par le bureau actuel. Et se prononcer sur l’un de ces deux projets
    - ratifier la représentativité du bureau actuel

    Si vous partagez avec beaucoup d’autres le souhait de sauver le ROF et d’en être de véritables acteurs et non pas des payeurs passifs, renvoyez le document que vous trouverez en pièce jointe, tamponné et signé, par mail l’adresse bbouriaud@gmail.com ou par voie postale à mon adresse ci-dessous.
    Je tiens à remercier ceux qui l’ont déjà fait.
    Cordialement,

    Bertrand BOURIAUD
    Ostéopathe DO.MROF
    8bis, rue de la Terrasse
    75017 PARIS

  25. Marielle BARTET dit :

    Bonjour,
    Je vous fais part pour ceux qui n’ont pas accès au forum du ROF à mon commentaire face à ces reproches ressassés au membres du CN:

    Chers confrères,
    Quelle bonne idée de vouloir communiquer et demander plus de transparence! En effet, cela est bien la preuve qu’il n’y en avait pas assez lors des autres mandats.
    Vous voulez une AGE pour définir clairement les modalités et les objectifs de la plateforme. En effet aucune réponse claire n’a été apportée par Mme MONTMATIN lors de l’AGO, le nouveau Conseil National tente donc de définir ces modalités et ces objectifs, nous ne pouvons donc aucunement lui reprocher de ne pas être clair, c’est les prémices qui n’étaient pas clairs, et qui se préciseront je l’espère au fur et à mesure des réunions.
    Si cette question vous est si chère, pourquoi ne l’avez vous pas posée à l’AGO du 16 octobre? Étiez-vous prêts à faire un chèque en blanc à Mme MONTMARTIN, chèque que vous refusez à Mr Guy VILLEMAIN? Et dans ce cas pourquoi alors qu’il a prôné le consensus et la continuité?

    Nous pouvons aborder les sujets qui nous préoccupent en dehors d’une AGE comme nous le faisons actuellement, et partager nos points de vue. Nous sommes malheureusement des êtres doués de pensées et nous avons tous notre propre avis. Le CN se doit justement de rendre ces avis compatibles, travail très difficile, et nous ne les en remercions pas assez!

    Vous voulez avancer vite, mais demander des explications avant chaque pas du CN. Ils ont donné leurs objectifs: participer activement à la plateforme en particulier en étant maitre d’œuvre de la déontologie, laissons les avancer pas par pas en nous tenant au courant au fur et à mesure. Maintenant, nous sommes tenus informés dans les plus brefs délais avec un droit de réponse, nous ne pouvons quand même pas demander d’être intégrés dans la discussion car cela serait impossible, c’est pour cela que l’on a élu des représentants. Ceux qui voulaient œuvrer directement à ce projet et le faire selon leurs idées pouvaient se présenter à l’élection. Certains l’ont fait, tous n’ont pas été élus.

    J’ai participé à l’AGO, tous n’étaient pas là, c’est dommage. Mais une partie non négligeable des adhérents était là, et nous n’étions ni téléguidés ni abrutis. Je représentais des personnes avec des pouvoirs, et je les ai tenus informés de la teneur des débats avant de voter pour eux. Il me semble que les téléphones portable sont assez répandus à notre époque et qu’il y avait du réseau à la Vilette. Je ne suis pas forcément d’accord avec tous ce qui a été voté mais je respecte le vote des autres. Une question a été retirée pour vice de procédure, mais nous pouvons au vu de la réunion du 4.11 dire qu’elle a été prise en compte malgré tout par le CN. Je ne vois aucune raison de remettre en cause les différents votes et encore moins de raison de changer les statut. Nous élisons des représentants, ces représentants décident d’un chef de file, les professions de foi ont été très claires. La démocratie et la déontologie ne me semblent pas bafouées.

    Nous allons vers une coopération, mettons toute notre énergie pour la rendre possible. Le CN, vous avez mon soutien!

    PS: Si une AGE est demandée, c’est une bonne nouvelle, cela signifie que beaucoup ont recotisé au ROF pour cette année malgré les polémiques!

  26. Thierry Cajgfinger dit :

    Monsieur Bouriaud,

    Quelles sont les nouvelles de votre AGE ?

Laisser un commentaire