Appel pour un « Grenelle de l’ostéopathie »

20 décembre 2010 par pascal Laisser une réponse »

Quatre Confrères, qui ont participé à la manifestation de 2007 organisée par l’union nationale des étudiants en ostéopathie et qui s’est terminée devant l’assemblée nationale (et pour certains au poste de police) nous communiquent leur analyse de la réunion de samedi dernier.

18 Décembre : Bilan mitigé d’une réunion attendue

La réunion du 18 décembre Ô combien attendue par une grande majorité des ostéopathes exclusifs vient-elle une nouvelle fois d’accoucher d’une souris ?

Il y avait bien longtemps que l’ensemble des associations d’ostéopathes ne s’était pas mis autour d’une même table. Plus de 48h après cette réunion, rien ne transpire, mis à part un communiqué laconique du Registre des Ostéopathes de France (ROF), évoquant une réunion « conviviale, confraternelle », mais aussi la rédaction d’« un communiqué commun », avec des objectifs et des orientations politiques dont le manque d’ambition n’a d’égal que la banalité des objectifs :

  • « promouvoir l’ostéopathie exclusive» ! Et nous qui pensions que c’était déjà le cas …
  • les signataires constatent la dérive démographique (…) et interpellent (…). Et alors ?
  • les signataires « sollicitent  d’être associés à la rédaction des décrets HPST du 21 juillet 2009 », quelle audace !
  • Etc.

En résumé, cela respire à plein nez l’engagement solennel à … ne rien faire de plus que s’engager à se revoir dans 2 mois pour de nouveau réfléchir. Il est sûr que si chaque réunion dure 2h30, il en faudra encore quelques unes pour définir des actions concrètes, ambitieuses, et répondant aux attentes des ostéopathes.

Pas un mot sur une Plateforme, pas un mot sur la Fédération Française des Ostéopathes (FFO), ou tout autre projet de nature à rassembler nos forces avant d’aller à la bataille !

Nous n’osons croire que certains puissent jouer la montre pour construire, à l’abri du regard de leurs mandants, des alliances qui reposeraient, non pas sur la recherche de l’intérêt général, mais sur de bas calculs. Le POF se meurt de rivalités et conflits strictement personnels entre présidents d’ASP.

Qu’attendions-nous de cette réunion ?

  • Une charte d’engagement de bonne conduite (engagement pris, engagement tenu), de transparence quant à l’exercice exclusif, de cohésion.
  • Un engagement réel de concertation et de construction d’un projet politique, de mise en commun de moyens humains et financiers pour notre profession.
  • Un débat sur la création d’une identité commune aux ostéopathes exclusifs et la mise en place d’une déontologie commune sous forme de fédération, plateforme ou autre !

En bref, du bon sens et de l’ambition pour la profession !

Aujourd’hui, à quoi assistons nous ?

  • A des communiqués non suivis d’effets.
  • A des échanges entre présidents, dont le niveau n’honore personne, et surtout pas la profession.
  • A des engagements jetables, qui contribuent à rompre la confiance entre les différents partenaires, mais aussi entre mandants et mandatés.

Pendant ce temps,  les problèmes restent.

Aujourd’hui, ne reproduisons pas les erreurs des années passées. La défense de notre identité d’ostéopathe exclusif passe par un projet fédérateur. Celui-ci avait été proposé par certains par le passé. Une nouvelle opportunité se présente.

Il est primordial de s’engager dans ce processus, et secondaire de savoir qui en a posé la première pierre.

S’il est nécessaire que chaque ASP puisse contribuer à construire les bases d’une structure commune, il n’est tout simplement pas possible qu’elle repose sur des sables mouvants … En l’espèce, seule la constance dans le discours et dans les actes sont susceptibles d’apporter de la stabilité dans les relations inter ASP.

Ce projet est une chance pour notre profession, rassemblons nous pour un véritable grenelle de l’ostéopathie et travaillons tous ensemble !

NB : Ce document a été adressé à l’ensemble des présidents des ASP. Nous communiquerons sur les réponses ou silences de ces derniers sur le site de Jean-Louis Boutin.

Thibaut Catel: ostéopathe D.O.  Past Président de l’UNEO

Romain Dargère: ostéopathe D.O. MROF Past Président & Secrétaire de l’UNEO

Grégory Landurier: ostéopathe D.O. MROF Ancien Webmaster Forum Osteo-Only

Sylvain Gnaho: ostéopathe D.O. Past Vice-Président du SFDO

Participez au sondage « Souhaitez-vous une fédération des ostéopathes ? » en cliquant ici

Pour consulter les résultats, cliquez: MARDI 21 DECEMBRE 2010

Publicité

104 commentaires

  1. Matthieu PETIT dit :

    « Une forte impression de déjà vu… »

    Bien que la référence lyrique ne soit pas des plus glorieuses tout ceci me fait penser à un titre de Manau de 1998: « l’avenir est un long passé ».

    Je pose une question simple qui risque de faire débat, et avant toute chose, cela n’engage que moi.

    Anathème? Ou pourquoi ne pas mettre à l’index (tiens! le terme me semble très bien choisi) ces ASP? En d’autre terme Boycott!

    En effet par définition une association socio professionnelle a pour vocation de représenter une catégorie ou sous-catégorie d’une population de travailleurs / professionnels. Or, si aujourd’hui les adhérents ne se sentent plus représentés alors il ne faut pas renouveler son adhésion! Une ASP n’a de légitimité qu’au travers de son nombre d’adhérents et donc sa représentativité. Pas d’adhérents, pas de légitimité.

    Vous me direz « oui! et après? ». Et bien 2 solutions: soit « Ils » se bougent et créent une « plateforme » (Rien que cette notion est une absurdité, ce n’est pas une plateforme qu’il faut mais une « fusion », un unique syndicat…), soit ils disparaissent et le POF ne s’en portera pas plus mal, et qui sait, verra, peut être, l’apparition d’une « nouvelle structure » unique et fédératrice.

    Enfin tout ceci n’est qu’une utopie…

    A l’image de nos politiques, certains ne savent pas ce que c’est que d’être l’ostéopathe « d’en bas »… Celui qui sort de l’école, qui doit des dizaines de milliers d’euros à sa banque (fallait payer ses études), et qui aujourd’hui ne trouve pas d’assistanat du fait du taux de renouvellement hallucinant de la profession, n’arrive pas à lancer de cabinet car la densité de professionnels ne cesse d’augmenter, … Pendant que d’autres se gargarisent de communiqués en communiqués! (Non! Non! Il ne neige pas!)

    Je sais très (trop) bien ce que l’on va me répondre: « Olala! Tu nous fais bien rire! Nous, quand on s’est installé on risquait le procès, nous quand on s’est installé personne ne connaissait l’ostéo, nous….  » Et? Et, vous aviez tout à fait conscience de ce qui vous attendait! Nous, on nous vend du rêve: école et ASP vantent les mérites d’une superbe profession aux nombreux débouchés… où aujourd’hui certains « crèvent de faim » !

    Je ne suis pas adhérent! Et ne le serait pas en l’état actuel des choses! Ni chez l’un, ni chez l’autre!

    Je continuerai d’œuvrer, en mon âme et conscience, pour ma profession, avec mes petits moyens et mes petites mains… Laissant les « gueguerres » dignes des sections de maternelle aux ASP.

    Je remercie nos quatre confrères de la justesse de leur appel, qui à mon sens, expriment tout haut ce que le peuple ostéopathique pense tout bas!

    Amicalement.

    Matthieu PETIT.
    Ostéopathe DO. (Ex-membre de l’UNEO).

  2. delmas dit :

    Matthieu, tu as à mon sens parfaitement raison et c’est ce que je tente d’expliquer.La seule façon de se faire entendre c’est d’assécher les cotisations pour les ASP qui ne veulent pas comprendre.

  3. Thierry Cajgfinger dit :

    oui mais alors qui ou quoi pour défendre la profession ?
    La défense professionnelle ou le syndicalisme affûté ne s’apprend pas dans les livres pour demander une expérience certaine des dossiers.
    Sur le principe, votre idée est parfaitement séduisante pour un grand nombre, mais encore faut-il y placer une alternative ambitieuse répondant à la majorité de l’ensemble, ce qu’aurait pu être ce projet de Fédération dans ses prérogatives initiales ?

    • Matthieu PETIT dit :

      « Qui ou quoi pour défendre la profession? » Euh… pouvez vous m’apportez des éléments concrets de la défense de la profession de la part d’un des syndicats depuis 2007 (Parution des décrets, reprochée par ces syndicats auprès de l’UNEO fautive « d’un tel désastre »)? (Mise à part le dossier TVA). Là je parle de notion type numerus clausus, actes interdits, exclusivité de la pratique/partage du titre, etc. etc.

      « La défense [...] certaine des dossiers » Euh… pouvez-vous m’expliquer à quel titre vos chers membres des bureaux des ASP sont qualifiés, compétents, et formés (chaque mots comptent) en terme de syndicalisme?

      « placer une alternative ambitieuse » Euh… non non! Je ne proposerai rien car je ne m’érigerai pas en instigateur de la création d’une nouvelle ASP soi-disant fédératrice, qui créera juste un peu plus de divisions qu’il n’en existe déjà.

      Ce n’est pas à ceux qui commentent sur ce blog qu’il faut faire la morale de ne rien proposer, mais à ceux que vous payez pour vous représentez de vous bananez! (On vous prends vos cotisations pour payez des billets de train et des réunions dont la conclusion est : http://www.osteopathie.org/actualites.html?afficher=53 )

  4. Thierry Cajgfinger dit :

    On peut désapprouver parfaitement ce qui se passe en ce moment tout comme nos 4 confrères, et j’en suis, tout en reconnaissant que certains se sont bien battus et le font encore pour défendre notre profession.
    Si aujourd’hui nous en sommes d’une part heureusement et d’autre part malheureusement là, c’est grâce et à cause d’individus comme cela et paradoxalement parfois, il s’agit des mêmes !
    Le ROF vit sa déliquescence parce qu’il n’a pas su le reconnaître mais aussi parce que le POF change à grande vitesse, les moyens de communications également (dans un sens comme dans l’autre)
    Tout est multiplié.
    Je suis assez d’accord avec le fait que nos ASP ne semblent plus expréssement répondre à nos attentes et qu’il y en a trop dans le POF, cependant si l’on souhaite que la majorité ne cotise plus soit par choix soit par acte de revendication, il faut alors poser une autre alternative, sinon nous nous plaçons en anarchiste et là n’est pas la solution….
    La fédération sembalit à ce titre une excellente idée si elle avait accepté les inscriptions individuelles.

    Mais l’avoir restreint aujourd’hui aux ASP aurait pu amener une alternative consensuelle mais la communication qui en est fait laisse à penser que chacun répond à l’attente tout en souhaitant préserver ses prérogatives particuliéres, un machin comme dirait Le Général…
    Tout va dépendre de l’usage qui va en être fait rapidement mais on constatera qu’en avoir exclu de vote l’UNEO est une erreur magistrale ne seraitce que dans le domaine du message à faire passer…

    Si rien ne bouge plus avant, effectivement nous irons droit dans un mur.

    • Bertrand BOURIAUD dit :

      Thierry, si je reprends les propos de Philippe Sterlingot, la FFO est :
      « un projet qui n’appartient déjà plus au ROF ou au SFDO. Les organisations présentes devront prendre conscience, ce jour-là, des attentes de tous les ostéopathes qui désirent être représentés par une entité nationale unique, identitaire, différenciée et qualitative : la Fédération Française des Ostéopathes »

      Donc chaque ostéopathe exclusif pourra adhérer à cette fédération. Elle n’est donc pas restreinte aux ASP.

    • delmas dit :

      C’est pour ça thierry que je suis favorable à ne plus cotiser aux syndicats qui refuseraient une fédération, mais pouvoir cotiser individuellement à la fédération.Et pour ce dernier point,je pense que ceux qui ont crée cette fédération sont assez ouverts d’esprits pour que cela se discute.

    • Matthieu PETIT dit :

      Alors nous sommes d’accord.

      J’évoque le non renouvellement de cotisation car je n’ai pas d’autres idées pour manifester le désaccord d’une manière à être pris en considération…

      Maintenant, comment faire en sorte que l’ego et les querelles « ancestrales » restent au vestiaire, que tous les syndicats (UNEO inclus!), s’unissent pour faire naître un « bureau fédéral » qui aura pour rôle de chapeauter tout ça… voilà une question bien épineuse.
      Là, j’ai l’amer impression (bis repetita : c’est pour ces même raisons que je n’ai pas adhéré à l’issue de mes études) qu’un joli communiqué commun va sortir, avec pour unique teneur la mise en bas de page d’un certain nombre de signatures gage d’une union, mais pour le reste, rien de concret.

      • Quentin dit :

        Hep hep hep, l’UNEO n’est PAS un syndicat !! C’est une « Association » !!

        • Matthieu PETIT dit :

          Oui oui, mea culpa, j’ai raccourci par « syndicat » là où j’aurai du mettre association…

          L’UNEO est une association loi 1901 fondée par et pour les étudiants dont l’objet est d’obtenir l’uniformisation des formations initiales en Ostéopathie basée sur un minimum de 5 années ainsi que la reconnaissance et la stabilisation par les pouvoirs publics du statut de l’Ostéopathie Exclusive en France. Et de ce fait n’en reste pas moins légitime dans les débats.

  5. Sébastien Breuil dit :

    La Fédération prendra les inscriptions individuelles.
    Ils n’oublieront pas les ostéopathes 00, qui ne sont pas syndiqués.

    En tout cas c’est ce que proposait le SFDO au début.
    On ne le voit plus dans les status actuels, mais ce ne sont que des ébauches.

    • Sébastien Breuil dit :

      Voilà, je l’ai retrouvé :
      « Les professionnels exclusifs, pour faire partie de cette fédération auront alors le choix d’adhérer au SFDO, de profiter de l’ensemble de ses services et de souscrire de droit à la déontologie, ou d’adhérer directement à une autorité déontologique (HCDO), pour une cotisation modique et de ce fait bénéficier d’un label identitaire commun à tous les ostéopathes exclusifs qui sera porté par la fédération. « 

  6. Romain Dargere dit :

    Je crois que la solution réside dans le choix éclairé et l’adhésion à une ASP, respectueuse et qui serait capable de s’engager sur les points soulevés.

    Les critères de choix peuvent être les éléments soulevés dans le communiqué. Les ASP sont-elles prêtes à s’engager sur les points évoqués ?

    Nous attendons leur réponse.

    Alors, sans faire prendre le risque que nos ASP n’aient plus de moyens pour défendre et faire avancer notre profession, il faut simplement apporter notre contribution aux ASP qui sont capables :
    - d’être transparente sur le n° ADELI 00 de leurs adhérents
    - de s’engager de manière concrète sur un projet fédérateur

    Là, alors une véritable réorganisation des forces en présences s’effectuera de manière légitime.

  7. Bruno Vinatier dit :

    Ce message les ASP l’on depuis quelques semaines sur ce blog,et je leur ai répété jeudi soir de vive voix.
    Mais elle ne croit pas à la réactivité des adhérents et pense que ce site,le seul qui relait l’information,n’est qu’un mini-buzz…..
    La pétition sur le forum ostéopathe .com qui a ramené presque 2000 signatures ,réclamant une plateforme ne les a pas alerté plus que cela;ils ne croient pas que cela puisse être suivi d’effet..
    La seule chose qui puisse vraiment apporter de l’eau au moulin de cette fédération serait que dans ses statuts soient clairement notifié que toute personne PHYSIQUE puisse adhérer ,ce qui me semble t il a été le cas jusqu’à il y a peu (ou j’ai lu de travers,possible).

    Donc encore ,une fois les ASP ne croient pas à la réactivité des adhérents,et ne se voient pas menacer,donc tout continu de plus belle comme avant ,de communiqués laconiques en communiqués laconiques…

    • delmas dit :

      Oui Bruno, ils nous endorment…..il faut le dire c’est bien joué de leur part. ;-)

    • Grégory Landurier dit :

      Bonsoir,

      Pour information Bruno, la Fédération (Qui est un regroupement d’associations dans les textes) aura en son sein un organe déontologique appelé HCDO comme membre.
      L’HCDO, elle est une association loi 1901 membre de la fédération.

      2 exemples:
      Je suis ostéopathes n’appartenant pas à une ASP de la Fédération, j’adhère directement à la HCDO pour me conférer à la déontologie commune, et donc de ce fait je deviens membre de la fédération.

      Je suis Ostéopathe membre d’une association membre de la fédération. J’adhère donc directement à la fédération par ce fait mais aussi directement à la HCDO pour la déontologie.

      J’espère que cela éclaire tes questions…! Sébastien Breuil a d’ailleurs bien détaillé le fonctionnement quelques lignes plus haut!
      Confraternellement,

  8. Bruno Vinatier dit :

    Merci Grégory , j’avais bien lu et compris,mais une lecture antérieure me semblait plus claire que celle ci.
    La personne physique devra adhérer directement à la HCDO, ok.
    Maintenant,je pense qu’étant donné le peu de réponses au sondage concernant la FFO sur ce blog,qui je pense montre la faible fréquentation des exclusifs ici,il serait temps de passer à une communication de plus grande envergure afin de toucher nos confrères non SFDO non Internet ,il faut que toute la base sache ce qui se trame pour la profession.

  9. Romain Dargere dit :

    Comment peut-on écrire ceci ? Regardez le titre qu’a osé choisir la CNO !
    On est pas sorti de cette impasse.

  10. Thierry Cajgfinger dit :

    Romain, qu’est-ce qui te choque, « le sommet » ?

  11. Matthieu PETIT dit :

    « Ils souhaitent que soit instauré un diplôme d’Etat universitaire de niveau master 2. » –> Il va falloir bosser dur et augmenter le nombre d’heure de formation, parce que personnellement j’ai fait une VAE (enfin surtout VA) universitaire à l’issue de mon cursus ostéopathique et la commission d’évaluation à donner une équivalence M1… Mais certainement pas M2…

    Concernant les autres points, est-ce moi, ou nous revenons à mon 1er commentaire? « Une forte impression de déjà vu… »

  12. Jean Vergnaud dit :

    C’est de la langue de bois pur jus.
    Ils nous prennent pour des gogos.

    Tout système fini par s’encrasser et tourner en rond.

  13. Thierry Cajgfinger dit :

    Je ne suis pas de votre avis.
    Tout d’abord ce communiqué a le mérite d’exister à la différence d’autres.
    Pour replacer les choses dans leur contexte, ce papeir de la Chambre est établi à destination de ses adhérents, il a donc une teneur manifeste de communication « interne ».

    A la différence de celui du ROF, il est détaillé et met en valeur à la fois les points communs et les différences, hors ceux que l’on connait déjà :

    -pour la CNO, syndicat professionnel, il est question de plateforme et non de fédération
    - mode de financement à déterminer, actions consensuelles (coûts)
    - intégration et garantie d’individualité
    - profession de Santé (recherches juridiques et administratives de l’existant/ position de chacun )?
    - Master 2 ?
    - neutralité des interlocuteurs qui iront au Ministére (de fait hors celles en action juridique)
    - Représentativité de l’UNEO à définir….

    Je dirai que l’on a mis à plat les éléments tout en ayant une démarche politicienne, cependant ce délai de 2 mois paraît bien long pour se retrouver sans décision forte avant les vacances et les échéances de l’élection présidentielle…
    On attendait plus de cette réunion, c’est certain..je positiverai en disant qu’ils se sont enfin réunis, quand à l’Union :) !!!!

    • Matthieu PETIT dit :

      « je positiverai en disant qu’ils se sont enfin réunis »… Je t’accorde le bénéfice du doute, mais franchement, ça fait très « fard à paupières et paillettes »…

      Et puis, je m’excuse, mais nous connaissions tous ces différentes positions sur les différents sujets… Et eux aussi… Et rien à avancer: là où ils étaient d’accord, ils le sont toujours, là où ils le sont pas et bien pas de consensus pour cette fois… Rhô! la belle affaire…

  14. Grégory Landurier dit :

    Bonjour,

    Je pense que dans ce débat Fédération/plateformee il est souvent oublié de parler d’identité. Aujourd’hui quel est l’identité d’un ostéopathe exclusif si ce n’est son ADELI 00? Il peut être DOmROF, DO, DOE, EurOstDO, AFOpathe… et j’en passe!
    Si nous voulons redonner à l’ostéopathie « exclusive » son identité nous devons en tant qu’ostéopathe nous fédérer. Si chaque ostéopathe appartient à une même fédération (en l’état actuel des choses la FFO) l’identité d’une ostéopathie exclusive reviendra au delà de tous les labels identitaires différents…

    Maintenant concernant la réunion du 18XII2010, le CR commun ne démontre qu’une chose. les ASP sont capables de s’entendre, oui, dans un but qui est de désamorcer la colère actuelle de nombreux adhérents. Le communiqué commun des ASP est plus que pauvre car il existe de trop grandes disparités dans les avis politiques.
    Du coup, les valeurs communes deviennent une vrai évidence, pour l’ostéopathie exclusive, pour une régulation numérique de la profession, pour se réunir si des décrets paraissaient avant une prochaine action, pour un niveau formation DE master 2. En bref tout ce que l’on demande à nos ASP en y adhérant depuis des années…!

    L’élaboration d’un vrai projet politique commun, le travail sur une déontologie commune, la réflexion sur une fédération (ce qui permettrait à l’état de voir que les ostéopathes sont capables d’autonomie…) , tout cela est relégué à une prochaine réunion dans 2 mois… Alors que l’UFOF nous dit, je cite « L’urgence du moment, alors que les décrets de la Loi HPST sur les 3520h sont en train d’être élaborés au Ministère, était représentée par la nécessité de rédiger un courrier commun pour demander au Ministère que l’ensemble des associations soit consultées. » On ne comprend donc pas tous de la même façon le terme Urgence!

  15. Jean Vergnaud dit :

    pour être plus clair dans mon propos, je parlais du communiqué officiel commn.
    http://www.osteopathie-france.net/essai/les-associations/assoprof/1228-18dec

    Cela fait des dizaines d’années que nous pouvons lire ce type de communiqué.

    Je suis du même avis que Grégory, il nous faut d’une façon ou une autre passer à la vitesse supérieur. J’attends du ROF qu’il soit plus inventif et dynamique dans les propositions

  16. Guillaume Duflos dit :

    Bonjour à tous,

    Premier paragraphe du communiqué « les organisations décident de se réunir dans les meilleurs délais en cas de toutes nouvelles dispositions legislatives et reglementaires concernant l’osteopathie afin d’adopter une position COMMUNE ». C’etait pas ce que nous demandions depuis quelques années qu’enfin nos ASPs lorsqu’ils iront au gouvernement celui ci ai qu’un son cloche venant des osteos et non pas 6 ou 7!

    « les signataires s’engagent à promouvoir l’exercice exclusif de l’ostéopathie » Est ce que cela voudrait dire que certaines ASPs vont devoir faire le tri dans leurs rangs comme certaines sont déjà en train de le faire? Je le pense oui.

    « [.....] interpellent les chefs d’etablissements et les pouvoirs publics sur la necessaire regulation des flux »
    N’est ce pas là aussi une remarque que certains professionnels avaient à l’époque et ne faut il pas y voir là une demande de la part des pros afin que les chefs d’établissements se regroupent aussi et fassent enfin un cursus commun et des examens communs même si les pouvoirs publics ne le font pas.

    « Le diplôme d’état universitaire master 2″ C’est un peu utopiste mais au moins cela montre que les écoles qui forment en 2,3 ans ne sont pas acceptées.

    Enfin concernant l’Europe normal surtout lorsque nous voyons que cela bouge un peu partout. Et sur la rédaction de la loi HPST normal aussi vu que c’est dans celle ci que le nombre d’heure devrait apparaitre si je ne me trompe pas. Voilà où est l’urgence de l’UFOF et il me semble que l’urgence est aussi présente dans cette phrase pour l’ensemble des ASPs.

    Alors voilà je ne suis pas si mécontent de ce communiqué même si il est vrai qu’il aurait pu être plus croustillant!
    Je ne me fais pas d’illusion, il y aura certainement encore des coup bas mais ca avance. Croyez vous que des ASPs qui ne ce sont jamais entendu,puisse actuellement fusionner en une seule association? Laissons leur un peu de temps et puis concernant la fédé si je ne me trompe pas il faut que celle ci soit acceptée en AG c’est à dire en octobre 2011 donc à mon avis rien ne demande de précipitation dans ce domaine.

    En fait la seule chose qui intéresse c’est la fédération des ostéo mais pour la voir émerger il faut que celle ci soit votée en AG et qu’il n’y ait pas que des ostéos du SFDO avec quelques osteos du ROF, il faut que celle ci soit commune à toutes les ASPs sinon celle ci fera un floop!

  17. pascal dit :

    J’ai supprimé le commentaire de JEAN MARC GRAPPIN et ceux qui s’y rapportaient.
    Jean-Marc: si tu veux t’exprimer en majuscules, il y a d’autres blog pour cela.

  18. Jean Vergnaud dit :

    Guillaume,

    Le communiqué c’est très bien dans les intentions. Mais dans ma carrière ostéo (bientôt 20 ans) comme professionnel ou comme militant, j’en aie vu un certain nombre.
    Alors oui la crainte est dans rester aux voeux pieux.
    Notre profession manque d’audace pour avancer.
    Il nous faut un booster et cette idée de fédération pouvait en être un. Même s’il nécessitait surement des aménagements pour que chacun y trouve sa place comme individualité ou comme organisation.

  19. pascal dit :

    J’en ai même signé certains ;)

  20. Guillaume Duflos dit :

    « A deux pas des Arènes !
    mis en ligne le 20/12/2010

    L’AFO, la CNO, le ROF, le SFDO, le SNOF, l’UFOF et l’UNEO (les étudiants), autrement dit l’ensemble des organisations françaises de défense des ostéopathes se sont réunies à Nîmes Samedi 18 Décembre.

    Le SNOF et le ROF avaient souhaité et fixé cette rencontre au terme de la réunion préparatoire à la Plate-Forme Commune du 4 Novembre dernier.

    Ce rapprochement qui s’est déroulé dans une ambiance très confraternelle et consensuelle a débouché sur une déclaration commune (publiée ci-après) prise à l’unanimité des voix (voix consultative pour l’UNEO).

    DECLARATION COMMUNE – Clic droit sur Fichier PDF

    Il se dégage une volonté d’œuvrer collectivement selon 3 grands axes :

    Déontologique, Juridique et Politique (National et Européen)

    Nous nous réjouissons que le SFDO renonce au projet de Fédération et finalement intègre la Plate-Forme dont la mission est clairement définie dans le 1er alinéa du protocole d’accord.

    Depuis le 4 Novembre, on assiste sur quelques blogs à une certaine agitation obsessionnelle et itérative provoquée par des individus donneurs de leçons mal inspirés mais surtout mal renseignés.

    Pendant ce temps, le SNOF travaille sereinement pour les ostéopathes. (Ci-après le recours déposé par le SNOF au Conseil d’Etat le 16 Décembre 2010).

    Recours en Conseil d’Etat du 16/12/2010 – Clic droit sur Fichier PDF »

    http://www.snof.fr/actualite.html

    Bonne lecture.

  21. Guillaume Duflos dit :

    Ce n’est pas mon communiqué mais bien celui d’une ASP: le SNOF.

    Merci de ne pas m’attaquer. ;)

  22. Thibaut CATEL dit :

    « Nous nous réjouissons que le SFDO renonce au projet de Fédération et finalement intègre la Plate-Forme dont la mission est clairement définie dans le 1er alinéa du protocole d’accord. »
    http://www.snof.fr/actualite.html

    « Pour autant les travaux de création de la fédération française des ostéopathes se poursuivent »
    http://www.sfdo.info/

    Qui est mal renseigné ?
    Qui se vante d’une réunion confraternelle et consensuelle ?

    Chacun appréciera.

  23. Bruno Vinatier dit :

    Après l’OPA lancée sur le ROF,le SNOF va t il phagocyter le SFDO????:wink:

  24. Romain Dargere dit :

    Ce qui est très fort de la part du SNOF et de la CNO, c’est qu’ils noient le poisson, en détournant le problème de fond de la ligne de mire : l’identité exclusif autrement dit ADELI 00.
    Une fois de plus la transparence est écartée habilement, en parlant des autres et pas d’eux.

    Pour exemple : l’UNEO devrait s’ouvrir aux BDE des écoles en France. Mais que fait l’UNEO depuis 5 ans ? Ne faut-il pas balayer devant sa porte avant, de tenter de faire le ménage chez l’autre ? (pour reprendre l’expression d’un étudiant)

    L’identité ADELI 00 nous permettra de nous démarquer.

  25. Duflos Guillaume dit :

    Pour info mais je ne voudrais pas encore une fois jeter de l’huile sur le feu le numéro ADELI n’est absolument vérité absolue.
    Il permet certes un bon point de départ mais nous devons aller bien plus loin.

  26. Bruno Vinatier dit :

    Je pense que comme tu le dis ,guillaume le 00 est un bon départ.
    Pour la CNO,l’AFO et lUFOF gros boulot pour se mettre dans les clous.

    En 2008( de mémoire),l’annuaire commun SFDO-UFOF,environ 50% des membres de l’UFOF était en doubles exercice.
    Pour l’AFO ,on nous donnait jeudi soir 2/3 d’exclusifs,à vérifier,quant à la CNO on est au dlà des 50 % de double exercice.Seul le SNOF rentre dans la catégorie des exclusifs pur jus avec plus de 400 membres (source délégué régional Bretagne jeudi soir,toujours).
    On comprend mieux après cela les réticences des ASP à une union d’exclusifs.

    • Jean-Edmond Drumare dit :

      Pour répondre à ce commentaire, M. Vinatier je vous apporte la précision qu’au sein du SFDO, les membres ont 2 ans pour devenir ostéopathe exclusif. S’ils ne le font, ils sont exclus du SFDO.
      En dehors des membres associés, donc en 2009, il y a eu une vingtaine de cas à régulariser sur les près de 2000 membres. Pur ce qui est de l’UFOF, la distinction exclusif -profession de santé ne semble plus d’actualité dans leur liste d’adhérents

  27. Thierry Cajgfinger dit :

    Il y aurait à peu de choses prêt environ 800 double compétence sur l’ensemble des ASP représentatives.
    Cependant tout comme pour l’UNEO, où les étudiants deviennent professionnels un jour, c’est un fond en turn-over, parce qu’une majorité d’entre eux passent en exclusif à terme…après une période probatoire variable de 1 à 3 ans……donc un faux problème.

  28. Mathieu Desormières dit :

    Donc si on se résume bien : seuls SFDO, SNOF et ROF roulent pour les ostéos DO exclusifs…
    J’ai quitté l’UFOF il y a 2 ans à la découverte fortuite et peu médiatisée de son règlement intérieur : donnant accès,droit et pouvoir à des ostéos non-exclusifs tout en prônant haut et fort l’exclusivité comme valeur !!

    Pour moi l’exclusivité doit être un pré-requis dans cette future union-plateforme-fédération sinon il y aura sempiternellement des tensions sous-jacentes.

  29. Saby Jean Paul dit :

    Il y a 20 ans , à Lyon ,l’UFOF et l’AFDO votaient en AG commune une plateforme avec les memes buts qu’à Nimes ! Durée de vie de celle ci :8 jours !!!
    Le temps a passé , les problematiques sont les meme :
    -6 Associations ont signé,Quid des :
    -6 Presidents
    -6 ou 12 Vice Presidents
    -6 Tresoriers donc 6 budgets
    -6 Secretaires
    -6 ……
    J’en suis deja à plus de 30 !!
    S’il n’en restait plus que 7 ou 8 ,que deviendront les autres ? et les budgets seraient ils fédérés ?
    Les chirurgiens -dentistes ont obtenus ce qu’ils voulaient car il n’y avait qu’un syndicat ! et une cotisation forte ! et non dispersée !

    • Matthieu PETIT dit :

      Je pensais que la création d’une fédération ne faisait pas disparaître les syndicats, aurai-je mal compris?

      Il m’apparaît pertinent qu’aujourd’hui les ASP mettent en place une structure de type fédération, avec un bureau fédéral permettant la représentations des différentes ASP (pros, écoles, étudiants), mais surtout représentatives pour l’ensemble des ostéopathes exclusifs. Les ostéopathes pourraient y adhérer sans adhérer à un syndicat ou une association.

  30. hervé Godfrin dit :

    le ROF tient ses engagements, il participe à l’élaboration de cette plateforme commune des A.S.P.:

    http://www.youtube.com/watch?v=pIy1u0cGgK0

  31. Thierry dit :

    L’essentiel c’est de participer ….!
    Vous écrivez au titre du ROF ou du SNOF ??

  32. Bruno Vinatier dit :

    Bravo pour la com….il est certain que vous allez impressionner les pouvoirs publics avec cela.

    Pour l’analyse du contenu vous reporter aux post précédents.

    Affligeant ,vraiment,si ce sont les seules réponses qu’une réunion de 2h30 qui devait sauver la profession,puisse apporter.
    Vous aviez peaufiné vos dossiers !!!

  33. delmas dit :

    C’est magnifique et emouvant. ;-)

  34. Delgado dit :

    Merci l’UNEO de relever le niveau ! http://uneo.free.fr/

  35. Damien LOUAT dit :

    Film dense, moderne et visionnaire… qui me conforte malheureusement encore un peu plus dans ma décision d’avoir démissionné du ROF la semaine dernière…

    Je ne voudrais pas tirer sur l’ambulance…mais le ROF me fait l’effet d’avoir pris un sacré « coup de vieux », tant sur le fond que sur la forme depuis un peu plus de deux mois…

    Vivement qu’on passe à autre chose…de plus consistant et qui fasse un peu plus rêver…(FFO?)

    Merci et bravo à l’UNEO pour ce communiqué clair, précis et efficace.

  36. hervé Godfrin dit :

    Selon wikipédia : Grenelle nom commun masculin
    Négociations multipartites qui associent le gouvernement français et les acteurs sociaux (syndicats, ONG, etc.).

    La plateforme commune des ASP, tant plébiscitée, est bien ce grenelle de l’ostéopathie.

    http://www.youtube.com/watch?v=pIy1u0cGgK0

  37. Thierry Cajgfinger dit :

    autre définition : « qui suscite une profonde émotion »

    Pathétique !!!!

    Lisez le petit mot de Mr Molinari et de la graine vous poussera parce que là vous finissez par devenir ridicule avec une vidéo à 2 sous, sans intérêt, à faire semblant de ne rien comprendre parce, sauf erreur, 1100 membres – 250 doublons ça finit par ne pas faire grand chose pour une ASP historique qui mérite mieux que cela, vous ne croyez pas ?

    Aussi aberrant que de mettre un souk terrible dans le POF alors que l’on a que 460 membres dans ses rangs !!!!
    A l’échelle de la représentativité nationale, c’est du lourd, y’a pas à dire.

    …et en plus on vient faire la leçon à une association d’étudiants qui atteint presque les 650 membres ?

    En terme de projet, cherchez l’erreur !

  38. hervé Godfrin dit :

    Renzo explique bien qu’au delà d’une fédération, nous avons besoin d’un mouvement unique et unitaire, respectant les différences de chacun ,mais avançant de manière cohérente et organisée.

    Notre travail en commun avance bien de manière cohérente et organisée.

    Il nous faut gérer notre expansion démographique rapidement.

  39. Luc Thoby D.O.MROF dit :

    Nous ne devons pas oublier que les ostéopathes exclusifs ne sont pas les seuls à revendiquer l’ostéopathie et je rappelle que parmi les ostéopathes exclusifs, il n’y a pas que des ni-ni, mais aussi des titulaires d’un diplôme de profession de santé.

    Donc, qui dit Grenelle dit présence de tous les courants s’intéressant à l’ostéopathie.

    Avant de préparer un tel Grenelle, organisons une Fédération qui réunissent au delà des ostéopathes exclusifs et de leurs associations et qui aurait pour but de crééer une profession d’ostéopathe à exercice unique.

    En faisant cela, nous montrerons clairement qu’il n’y a pas que des ni-ni qui réclament une profession indépendante, mais aussi des professionnels de santé.

    La division n’apparaîtra pas médiatiquement dans notre camp, mais dans celui des professionnels de santé.

    Alors un Grenelle pourra être organisé.

    Soyons sûrs de notre identité pour ne pas avoir la tentation d’exclure.

    Les associations professionnelles pourront continuer à remplir leur rôle d’annuaire de praticiens bien formés qui permettent de confier des patients à des mains expertes.

    Ne confondons pas notre besoin de nous réunir professionnellement et celui de nous réunir politiquement.

    • Merci Luc. C’est effectivement plus constructif d’agir en ce sens que de jouer aux Vamps à critiquer de façon stérile ce que fait l’autre.
      La définition des besoins et des obstacles sont des préalables indispensables à la réussite de notre projet. Ca n’est en aucun cas en divisant qu’on y arrivera.

  40. Edouard-Olivier RENARD dit :

    En réponse à Herve Godfrin:

    Je trouve la politique actuelle d’une platitude totale, je dirai même qu’elle est pathologiquement pathétique, sans intérêt, sans passion, sans vision, sans valeurs. L’électroencéphalogramme est plat et le cœur mécanique.
    Pas de leader, seulement quelques vieux caciques sans aucun charisme qui nous proposent des promesses, qui réagissent par inaction. ils n’ont aucun projet, aucun leadership, aucune vision. Ils naviguent à vue sur un bateau qui prend l’eau… « Mais pas de problème camarade c’est l’ostéopathe de base qui écope ! »

    Or les comportements de nos tribuns actuels sont déplorables, d’un niveau intellectuel et sociétal à pleurer et souvent d’une incohérence totale. Quel spectacle pathétique des responsables d’ASP imbus de leur pouvoir, gonflés de certitudes, pathologiquement focalisés sur leur image dans le seul but de se faire brosser.

    Un vrai leader ne passe pas son temps à se justifier, à se défendre, à démontrer qu’il a raison, à agresser ceux qui ne sont pas en accord, à faire des procès.
    Un vrai leader se tient debout, il porte un projet, il est ancré dans ses valeurs, ses convictions sont justes et partagées.
    Un vrai leader à des comportements nobles, il participe à notre identité, il nous apporte de la fierté.

    Qui peut me définir l’identité de l’ostéopathie aujourd’hui, qui peut me donner le nom de ce leader ?
    Qui peut m’expliquer les valeurs que nous proposons, que nous défendons, que nous produisons ? Je parle des valeurs humaines, celles qui rassemblent, qui fédèrent, qui allument !

    A l’heure qu’il est,personne n’ose dire la vérité.. le ROF et Consorts jouent au jeu des dupes et veulent faire de la base des cocus volontaires parce qu’aucun vrai leader n’est capable de dire la vérité et de vivre dans la réalité.

    Bravo au ROF pour sa danse des canards sur Youtube

  41. Bruno Vinatier dit :

    Désolé messieurs ,la profession Ostéopathe ne peut se construire qu’avec des exclusifs,les professionnels de santé sont organisés en ordre et n’attendent que la suppression de notre identité pour mieux phagocyter le titre,et faire du concept une technique de thérapie manuelle.
    Barnabé j’ai été kiné avant d’être sérieusement exclusif,et je défendrai contre tout la création de cette profession ostéopathe ,sans petite compromission,si tu vois ce que je veux dire.
    Luc comme je te l’ai dit jeudi soir,le SNOF n’aurait pas fait entrer le loup dans la bergerie dans les années 90,en amalgamant ostéo et kiné pour des motifs financiers(TVA),je pense sincèrement que ce combat là ne serait pas à mener.
    Et donc cette union des exclusifs est LE combat primordial avant tout autre considération,à moins bien sur que vous ne vouiez rejoindre les professionnels de santé,enfin pour ceux qui le pourrait.

  42. Bruno, tu peux préciser ta pensée s’il te plait?

  43. Bruno Vinatier dit :

    Suite à un appel de Renaud Leclerc membre du conseil d’administration de l’UFOF,je me dois donner les chiffres officiels de cet ASP:
    1248 membres dont 15% de membres associés . chiffre officiel donnés lors de la réunion de Rennes.

  44. pascal dit :

    Peut être que la première chose qu’il faudrait trancher est: voulons-nous une fédération d’ostéopathes ou une fédération de l’ostéopathie.
    Le projet actuel du SFDO consiste plus en une fédération de l’ostéopathie bien qu’elle porte le nom de fédération française des ostéopathes. En effet, elle est accessible à tous les acteurs de l’ostéopathie: professionnels, étudiants, directeurs d’écoles, patients. Il semblerait toutefois que tous les professionnels avec un n° ADELI 00 ne puissent pas s’y joindre, si leur formation est considérée comme insuffisante. En résumé, dans cette fédération, tout le monde n’est pas ostéopathe et certains ostéopathes ne peuvent pas y adhérer. Il y a donc une incohérence sémantique.
    Une fédération d’ostéopathes en exercice exclusif devrait à mon sens regrouper uniquement des ostéopathes et l’ensemble de ceux-ci. Cette fédération pourrait collaborer sur certains sujets avec les étudiants, les directeurs, les patients… mais ces derniers n’ont pas besoin d’être associés à chaque problématique ou représentation. Juste un exemple, quelle pourrait être l’indépendance des professionnels lors d’un « conflit » entre les étudiants et les directeurs d’écoles. Vers qui pencheraient-ils? Par ailleurs, les étudiants n’ont pas besoin du « soutien » des professionnels pour être légitimes et entendus (cf 2006/2007).
    En résumé: fédération d’ostéopathes ou fédération de l’ostéopathie?
    Pascal Javerliat

  45. Thierry Cajgfinger dit :

    Bruno,

    Après les déclarations des représentants des ASP (notamment à Rennes) et d’autres recoupements d’informations, on pourrait faire une estimation au plus juste de la composition de ces entités.

    Par définition, ces chiffres restent sujets à caution et libre de contradiction par les différentes ASP puisque basées sur déclaration et non un contrôle indépendant.
    Je peux corriger à tout moment si l’une d’elle le souhaite.

    Il n’est en effet pas logique d’avoir les chiffres exact de l’UFOF, de L’UNEO (cf leur blog) et pas ceux des autres.

    UNEO 645 étudiants (8 établissements)

    AFO 600 ostéopathes / 400 exclusifs
    CNO 740 ostéopathes / 400 exclusifs
    ROF 1100 ostéopathes / 1100 exclusifs
    SFDO 1390 ostéopathes / 1380 exclusifs
    SNOF 400 ostéopathes exclusifs (ou 460 selon d’autres chiffres)
    UFOF 1248 ostéopathes / 1061 exclusifs

    Il est à noter, et Mr Godfrin, éminent membre du ROF voir également du SNOF (?), me contredira si nécessaire, le ROF compterait 250 doublons dans ses rangs qu’il faudrait soit décompter totalement soit reventiler sur les autres ASP, à ne plus en avoir, afin d’être au plus juste de la représentativité de chacune.

  46. pascal dit :

    Soit retirer ces doublons des ASP et non du ROF… ;)
    Si besoin, j’ai les chiffres des doublons ROF/SFDO, ROF/UFOF, ROF/AFO mais attendons la fin de la période de recotisation du ROF pour affiner les chiffres.
    Pascal Javerliat

  47. hervé Godfrin dit :

    Pascal, dans ta définition de fédération d’ostéopathes :

    « Une fédération d’ostéopathes en exercice exclusif devrait à mon sens regrouper uniquement des ostéopathes et l’ensemble de ceux-ci. Cette fédération pourrait collaborer sur certains sujets avec les étudiants, les directeurs, les patients… mais ces derniers n’ont pas besoin d’être associés à chaque problématique ou représentation.  »

    Quelle est la différence avec le Registre des Ostéopathes de France?

    • pascal dit :

      La différence est évidente. Ne peuvent adhérer au ROF que certains ostéopathes n°00, en raison des critères académiques d’inclusion. J’assume parfaitement ce choix en tant qu’adhérent du ROF. Ce choix étant une démarche identitaire.
      La fédération d’ostéopathe n’a pas vocation a stigmatiser les ostéopathes n°00.Ce n’est pas son rôle. Sa vocation est d’acquérir une masse critique crédible et de parler d’une seule voix.
      Ce n’est pas ce qui se profile actuellement. Quand bien même tes efforts de communication. Il suffit de lire les différents compte-rendus de la réunion du 18, faits par les ASP, pour comprendre que c’est de la façade.

      • Pascal je souhaite te poser une question suite à ta réponse:
        Quid des critères de qualité dans ta fédération?
        Tu accepterais donc de fait des formations de niveau 3 ans?

        • pascal dit :

          Effectivement. Tu me diras que c’est un peu court comme argument. Alors, je développe.

          Sans vouloir passer pour un dinosaure, il est nécessaire de revenir un peu en arrière. Avant 2002, la profession, c’est à dire les personnes qui s’affichaient en tant qu’ostéopathe, s’étaient organisées à travers 3 ASP (AFDO/SFDO, ROF, UFOF). Les critères étaient sensiblement les mêmes. Les espoirs identiques et les peurs aussi. Il fallait se protéger des méchants médecins qui nous attaquaient en justice et obtenir la possibilité d’exercer légalement l’ostéopathie en tant que non médecin. Le schéma était simple. Ceux qui n’osaient pas s’afficher faisaient de l’ostéopathie douce sous statut de kiné (SOK/SNOF) ou de l’étiopathie. La loi mais surtout les décrets ont rebattu les cartes. Chaque ASP y est allée de sa démarche « marketing ». Le ROF sous ma présidence, s’est affranchi des groupements d’écoles (collégiale académique) et a essayé de fédérer sur des critères de plus en plus stricts : les purs sont au ROF… Le SFDO et l’UFOF ont pris le parti de l’amitié avec les sous groupes d’écoles qui ont fait suite à l’éclatement de la collégiale académique (l’actuel SNESO pour le SFDO, ISO/COS/COE pour l’UFOF). Les étiopathes sont devenus pour la plupart des ostéopathes et les kiné-ostéo du SOK sont devenus des ostéopathes, maintenant uniquement ostéopathes. La chambre nationale s’est créée comme voiture balais des mécontents de ces ASP ou des personnes n’ayant jamais pu y adhérer. Tu vois que je vais encore me faire des amis… Il ressort de cela que les ostéopathes en exercice exclusif n’ont pas d’identité en tant que telle et qu’ils sont encore attachés à la reconnaissance que leur donne l’appartenance à leur ASP. Tu es toi même très attaché au ROF et ne souhaite pas être « dilué avec n’importante qui », en l’occurrence des personnes moins bien formées que toi.

          Cette situation touche ses limites. A part pour les bureaux respectifs des ASP qui semblent-ils se satisfont de celle-ci. Tant que nous conserverons ce schéma de raisonnement, nous n’avancerons pas. Il faut donc mettre tous les n° ADELI 00 en ordre de bataille dans le même sens.

          La fédération n’a pas pour objectif de dire « ceux qui en font partie sont meilleurs que les autres ». Laissons aux ASP actuelles le soin de véhiculer cela, puisque les labels fleurissent. C’est pour cela que j’ai recotisé au ROF quand bien même je suis en désaccord avec la stratégie actuelle du bureau. Le but d’une fédération d’ostéopathe selon moi est de faire en sorte d’amener la profession des « exclusifs » du point A où elle se trouve actuellement au point B – celui que nous souhaitons. Pour cela, il faut qu’elle puisse réunir toutes les personnes qui sont concernées par l’enjeu. Sinon ça n’a pas de sens. Ce serait encore un groupe de personnes qui jugerait pour les autres ce qui doit être fait.

          Il est possible que ça n’intéresse pas les personnes qui n’adhèrent nul part actuellement. Les ASP mise peut être là dessus. Il faut pourtant tenter le coup. Si ça ne suit pas, qu’à cela ne tienne. On ne peut pas faire les choses à la place des autres.

          Les ASP actuelles pourront toujours continuer soit de promouvoir un label de qualité, soit de proposer des services,…. L’obtention d’une meilleure réglementation ne se fera pas à travers la nième plateforme qu’on nous propose. Il y a au sein des bureaux d’ASP des vieux briscards qui n’en sont pas à leur première tempête. Ils savent comment courber le dos le temps que le gros temps se calme. C’est ce qu’ils nous ont proposé samedi dernier. Il n’est pas besoin d’être grand mage pour comprendre qu’ils ne sont d’accord sur rien, si ce n’est la défense de leur ASP. Ce qui est louable puisqu’ils représentent leurs adhérents. Est-ce réellement ce que leurs adhérents souhaitent dorénavant? Nous le saurons bientôt.

          Pascal Javerliat

          • Ok, merci Pascal pour ta réponse claire et précise.
            Selon moi, il manque une chose qui est qu’actuellement notre profession se trouve bradée par des petits malins qui se font du beurre sur le dos d’étudiant auquel on a vendu du rêve. Pour moi le problème majeur il est là. Je commence (et je ne suis pas le seul à le constater) à entendre ça et là des commentaire montrant à la fois la difficulté et la profusion d’installation.
            Là où je trouve qu’il y a un soucis, ça n’est pas que je ne souhaite pas être mélangé avec des confrères moins bien formés que moi (selon tes propos), mais qu’il soit possible actuellement de former sous couvert de décrets qui n’ont (toujours selon moi) pour but que de diviser pour mieux régner. Cela ressemble à s’y méprendre à une provocation n’ayant pour seul but que de nous laisser nous entretuer.
            Je comprend que pour toi il est important de passer au dessus des querelles passées. On est bien d’accord là dessus. Cependant je pense qu’il est tout de même fondamental de pouvoir conserver un niveau « d’excellence » (même si je n’aime pas ce terme) à la fois dans notre formation et dans notre pratique. Il serait effectivement dommage que demain (encore une fois cela est déjà le cas), nous soyons discrédités de l’intérieur.
            Cette idée de fédération n’est pas une chose que je réfute seulement j’aimerai que l’on me prouve que de créer une nième structure permettra de passer outre les divisions existante. Tu le sais bien déjà comme le sujet de création d’un ordre ou de reconnaissance en tant que profession de santé fait débat.
            En cela, je trouve une fois de plus dommage, comme sur de nombreux supports de ce type, que nous arrivions non pas à une union mais plutôt au renforcement des clivages.
            Bref tu verras que comme St Thomas je demande à voir…

            Cordialement

            Barnabé Moulin

  48. paoletti serge dit :

    il est évident que suite à cette premiére réunion il ne pouvait rien sortir de révolutionnaire, cependant elle à le mérite d’avoir eu lieu et avec tous les partenaires et non plus un duo qui n’était pas representatif de la globalité de la proferssion, mais voulait imposer à tous un point de vue unique, il n’y qu’a voir en çela l’attitude du sfdo qui menace de créer sa propre structure, mais qui se rend quand même à la réunion des fois que çela aboutisse à quelque chose de coherent et donc qu’il se trouve marginalisé.
    Ceci dit allons nous assister à un effet d’annonce une fois de plus comme j’ai pu le constater maintes fois depuis plus de 25 ans.
    Je veux être optimiste et ésperer enfin que cette fois la raison prédomine, et que tous nos dirigeants mettent leur ego de côté pour l’intêret exclusif de la profession, et il serait grand temps.
    Laissons donc une chance à cette plateforme, mais soyons vigilents,.
    A nous de faire le bilan lors des assemblées génerales;
    il ne s’agit donc pas de ne plus cotiser mais au contraire de cotiser en masse et lors de la prochaine AG si les promesses ne sont pas tenues nous aurons loisir par nos votes de nous séparer de ceux qui nous aurons pris pour des idiots encore une fois.
    C’est notre vote qui peux sanctionner, raler c’est bien mais agir par le bulletin c’est encore mieux, et plus eficace.
    Je pense que nous n’aboutirons à rien sans un action unique soutenue par le plus grand nombre d’adherents, alors n’en deplaise à certains c’est effectivement avec une seule structure forte et structurée que nous reussirons, a ce titre les pays qui ont obtenu un statut ostéopathique satisfaisant l’ont fait à travers des négociations ménées par une seule structure, çela est il impossible en france, je ne le pense pas si nous l’imposons ausx dirigents des asp.
    Alors quittons notre esprit de chapelle et construisons
    l’ostéopathie du futur tous ensemble et non pas avec la vue d’un seul ou d’un cercle restreint.
    Les plus jeunes ,issus du temp plein en particulier, vous êtes la majorité inciter vos confréres à s’inscrire ,peux importe la structure , et à le faire en masse ainsi lors des prochaines ag vous pourrez vous exprimer par votre bulletin et remercier les conservateurs qui ne veulent rien changer, et prendre leur place pour vous unir pour et parler enfin d’une seule voix.
    Une grande structure trés forte pourrait egalement mettre fin a ce déferlement d’écoles qui deversent sur le marché un nombre de plus en plus grand d’ostéopathes sans se préocuper de l’avenir de la profession mais uniquement de leur compte en banque.
    imposons leur un numérus closus un nombre d’écoles limité, et une seule école par structure, car le plus grand scandale de l’ostéopathie est bien la plethore d’écoles et la qualité de plus en plus médiocre de l’enseignement pour la pluaprt.
    Je pense que tout le monde est résponsable de cette situation, alors que chacun fasse son mea culpa oublions le passé et tous ensemble construisons l’ostéopathie de deamin.
    Cessons donc de critiquer systématiquement mais soutenons cette plateforme en lui imposant l’obligation de réussite

    • Bien résumé Serge. Un peu de sagesse fait du bien à lire parmi toutes ces railleries. Ce n’est effectivement pas en cherchant à affaiblir notre représentativité que nous serons mieux… représenté.
      C’est à nous les « derniers » arrivants de relever nos prédécesseurs en faisant fi de tout ces vieux conflits. Il est urgent d’agir mais surtout sans se tromper en se fourvoyant dans des impasses.
      N’oublions pas justement que pour pouvoir adhérer à une quelconque fédération, les ASP doivent avoir le mandat de leurs adhérents. C’est un principe fondamental et cela s’appel la démocratie. La propagande anti untel ou untel ne sert pas, et de loin, la profession mais au contraire alimente les moqueries de ceux qui nous observent.

  49. Thierry Cajgfinger dit :

    Pour ma part, je soulèverai plusieurs points essentiels :

    - Considérant que l’UNEO est à ce jour la seule association d’étudiants en ostéopathie, que celle-ci s’est fixée des critères strictes d’admissibilité, qui plus est que certains directeurs lui interdise l’accés, il n’est pas normal que celle-ci n’est pas une voix exécutive prépondérante dans la construction de l’avenir de la profession.

    - Se pose le problème des « double-compétence » (non 00) qui représenteraient environ 800 praticiens inscrits sur l’ensemble des ASP sans que nous nous ne connaissions précisément le volume de ceux qui n’ont pas réalisé cette adhésion personnelle voir militante.
    Il faudrait simplement imaginer que si ceux-ci l’ont fait, c’est que d’une, ils se sentent plus motivés par l’ostéopathie que d’autres et que d’autres, certains peuvent l’avoir fait par intérêt(s) divers.
    Puis logiquement, lorsque l’on se renseigne de l’une à l’autre, il existe une période probatoire de 1 à 3 ans pour s’engager dans l’exclusivité.
    On s’aperçoit, que certaines seraient peut-être moins regardantes que d’autres à l’observance de cette condition.
    Peut-être suffirait-il de réappuyer de façon consensuelle sur cela pour en finir avec cette histoire et ne conserver ceux et celles qui le souhaitent véritablement à terme de la probation ?
    Personnellement, à partir du moment où la notion de l’exclusivité est parfaitement définie et encadrée à terme, il n’y a pas de raison de ne pas permettre à toutes personnes qui le désirent de rejoindre le mouvement.
    Pour le reste, c’est de la prise de position en politique professionnelle.

    -De fait, on en arrive à la notion de plateforme ou de fédération et pourquoi pas les 2 ?

    La plateforme serait un outil technique dont les membres ne seraient que des entités représentatives (mode exécutif) ou en devenir de l’être (mode consultatif), il aurait la charge de fournir un travail par définition technique de ceux qui le souhaitent.

    La Fédération de l’Ostéopathie tel le modèle du SFDO permettrait d’inclure soit les exclusifs membres de droit des ASP ad nomine ou les praticiens qui se reconnaîtraient dans cette déontologie, minima indispensable à une bonne pratique ostéopathique définie consensuellement par les entités.
    Elle se devrait, et c’est un point

    Quand à la Fédération des Ostéopathes selon le raisonnement de Monsieur Javerliat, elle pourrait avoir un sens,………dans dix ans, lorsque certains « mammouths » récalcitrants et leurs petits penseront de fait à un union progressiste et seront véritablement motivés par cela, à défaut de leur soupe politique et leur siège.

    …et pour cela, il faudrait fusionner toutes les ASP d’exclusifs, vous ne croyez pas (en séparant entité syndicale et entité associative, bien entendu)

    Mais pour l’instant, on fonce droit dans le mur…..

    Bonne journée.

    Thierry Cajgfinger / ludres_osteopathe@yahoo.fr

  50. Jean Vergnaud dit :

    Pour compléter l’éclairage historique de Pascal, j’ajouterai ceci.
    Avant 2002 la plupart des adhérents du ROF étaient également adhérents d’une ASP.
    C’est pour cela que le gouvernement n’a pas jugé utile et juste de reconnaitre le ROF comme association représentative (ses adhérents étant représentés par ailleurs dans une ASP)

    L’organe identitaire des exclusifs était alors le ROF.
    Puis la politique du ROF à consistée à tout faire pour devenir association représentative et obtenir une chaise dans les négociations ministérielles..
    Ceci jusqu’à devenir une ASP couleur déontologie avec un taux d’adhérents doublons tès bas.

    Maintenant les ASP ne veulent plus que le ROF retrouve un rôle de fédérateur. Il nous faut donc trouver un nouveau système qui colle aux problématiques actuelles.
    La FFO en est un. Il serait souhaitable que les ASP le comprenne et viennent y apporter leur contribution sans perdre leur identité propre.

  51. Thierry Cajgfinger dit :

    Puisque Monsieur Godfrin parle d’un Grenelle de l’Ostéopathie, alors sur la base des remarques intéressantes qui commencent à se poser, je dis chiche tant au niveau de l’ensemble des ASP, de l’UNEO, des écoles, que des ostéopathes adhérents ou non,….mais pour en sortir du concret sinon on entrerait une nouvelle fois dans la réunionite….

    ….enfin l’ostéopathe de la rue aurait la possibilité de s’exprimer de façon constructive par rapport à ces différents projets de plateforme/fédération, la démocratie aura fait valoir ses droits.

    Ensuite, on verrait surement mieux comment les éléments peuvent se poser…!
    ….puis aux ASP d’en tirer les applications.

    • Sébastien Breuil dit :

      Pour reprendre tes dires Barnabé, je pense que c’est une union des exclusifs actuels, qui permettra de rehausser le niveau de formation des ostéopathes.

      Chaque ASP, copine plus ou moins avec tel ou telle école ou groupement d’école.

      Si nous arrivons tous à nous fédérer sous une seule entité, il sera alors plus facile de discuter avec les directeurs d’établissements.

      Ainsi, on pourrait imaginer que les différentes écoles aient des comptes à rendre à cette fédération.
      De plus n’ayant plus qu’un seul interlocuteur, il serait déjà plus facile d’élaborer un programme commun applicable dans toutes les écoles, comme le modèle des chiros.

      Ce qui tendrait à uniformiser le niveau de formation.
      On pourrait certainement établir en interne, sans demander l’avis de l’état, un numérus closus, un programme de formation etc…

      Je pense sincèrement que c’est le but du SFDO avec la FFO.
      Malheureusement les autres ASP, n’en veulent pas et refusent même d’en parler (cf la réunion du18).
      Même si le projet n’est pas parfait en l’état, le soucis ne vient pas du projet mais du fait que les 5 autres ASP, refusent d’en parler, bien que le SFDO les invite à en discuter !

      Et ça, je ne comprend vraiment pas pourquoi…

      • Matthieu PETIT dit :

        Surtout quand on voit le nombre de témoignages de « jeunes » qui galèrent sincèrement (et je peux m’inclure dedans), et de « vieux » qui notent une baisse d’activité du fait de la multiplicité, non pas des pains, mais des cabinets…

  52. Luc Thoby D.O.MROF dit :

    Oui, nous avons un problème de quantité d’étudiants et de qualité de l’enseignement. Tout le monde en est conscient, même les écoles, ce qui a valu à certaine d’entre elles de proposer aux ostéopathes une diversification de leur activité par des soins anti-aging ( Atman-Nice )

    Mais une Fédération n’aurait pas de pouvoir coercitif sur ces écoles pour réguler le flux des étudiants. Elle pourrait seulement émettre des avis et informer le public des futurs étudiants de la situation de la profession.

    Seuls la Loi ( en modulant les agréments par exemple ) et le marché dans le pire des cas seront efficients. La régulation du marché se fera avec un retard entre l’offre de soins ( le nombre de praticiens ) et la demande ( les patients ), notamment à cause du marketing des écoles.

    Ne demandons pas aux responsables des écoles de s’auto-limiter. Les enjeux économiques sont souvent beaucoup trop importants. Je vous laisse envisager le chiffre d’affaires d’une école de 5 promotions de 100 étudiants chacun payant 7 000 € de frais de scolarité annuels.
    Par contre, il est nécessaire de dialoguer avec eux pour connaître leurs problématiques, car c’est de ces écoles que dépend en grande partie la qualité des ostéopathes de demain et l’image de marque future de l’ostéopathie.

    Pour ce qui est de la Fédération, je dis oui à une Fédération des ostéopathes exclusifs, mais d’abord oui à une Fédération de l’Ostéopathie qui regrouperait le plus largement possible pour promouvoir une profession indépendante de première intention.

    Car le temps me semble compté et je ne crois pas que le gouvernement sera plus attentif à un seul groupement de 6 000 ostéopathes exclusifs.

    Actuellement, il se sert de notre division comme prétexte pour ne pas faire avancer le dossier, nous renvoyant la responsabilité, voire la culpabilité de ce statu quo. Si la Fédération des ostéopathes exclusifs voit le jour, le gouvernement pourra nous renvoyer à nos désaccords entre ni-ni et professionnels de santé.

    C’est pour ces raisons qu’il faut distinguer l’action professionnelle et politique.

    Sachons, pour conclure, que beaucoup font s’opposer à cette recherche d’union, pour des raisons économiques, de pouvoir, de conflits non dépassés,…..

    Mais, je ne peux pas penser que des praticiens sérieux, au contact tous les jours de patients avec leur grandeur et leur incohérence d’être humain, puissent se laisser abuser.

  53. Stéphane Berthet dit :

    Enfin un « exclusif » qui raisonne ostéopathie avant de penser « ostéopathie exclusive ».

    Bien évidemment, il est compréhensible que les ostéopathes de formation initiale soient en quête d’identité. Quoi de plus normal ? Les Ostéopathes qui viennent de la kinésithérapie ou de la médecine le comprennent tous. Ce qu’ils n’acceptent pas c’est cette volonté des « exclusifs » de revendiquer l’ostéopathie comme étant leur « art » et pas celui des « autres »… C’est tout ce qui oppose les « exclusifs » des « professionnels de santé »…

    Bien évidemment, les professionnels de santé ne se laisseront pas faire…

    Aujourd’hui, nous sommes globalement 7000 contre 7000… Le gouvernement s’en réjouit car il s’en sert pour ne pas légiférer…

    Une Fédération des Ostéopathes « Exclusifs » regrouperait au maximum 7000 praticiens (plus probablement entre 2000 et 4000 car il ne faut pas rêver, tous les « exclusifs » n’ont pas une âme de syndicaliste et n’adhéreront pas à ce projet). Cela ne changera donc pas la donne. Il y aura toujours des « exclusifs » formés en plus de 4200 heures, des « exclusifs » formés en moins de 4200 heures et des « professionnels de santé ». Un tel projet ne donnera donc pas plus de légitimité aux « exclusifs » et encore moins à l’ostéopathie.

    Si une Fédération de l’ostéopathie voit le jour, elle pourrait être bien plus représentative. Elle regrouperait des « exclusifs » et des « professionnels de santé » dont le seul objectif serait la défense et la promotion de l’ostéopathie. Il ne s’agirait plus de la promotion d’un « corporatisme » mais bien d’une discipline, d’un art… d’une philosophie… Seuls les « ostéopathes impliqués » y adhéreraient, quelle que soit leur origine. Cela ne remettrait pas en cause leur formation, celle-ci étant ce qu’elle est… En revanche, cela permettrait de se positionner sur l’avenir de la formation des ostéopathes (cursus, programme, nombre d’heure, numerus clausus, …). Cette Fédération ne compterait sûrement pas 14000 praticiens. Peut-être entre 6 et 9000. Une chose est certaine, elle serait représentative de l’ostéopathie française, de ceux qui la pratique réellement, de ceux qui croient en elle pour ce qu’elle est et non pas pour ce qu’elle peut « théoriquement » rapporter, de ceux qui pensent que c’est une médecine d’avenir. Cette Fédération irait bien plus loin que ce que prônent les ASP (durée de formation avec un contenu de cursus fantaisiste à souhaits ; labels à 3, 4, ou 12 lettres qui ne représentent rien).

    Encore une fois, je ne pense pas que le numéro ADELI soit gage de quoi que ce soit. À l’heure où nous parlons, ce qui compte, c’est la défense et la promotion de l’ostéopathie et c’est tout. Concernant la compétence, faisons confiance aux patients. Celui qui est prêt à payer 50 ou 70 euros pour un acte d’ostéopathie sans avoir aucun remboursement par la sécu sait pourquoi…

    Ceux qui m’ont déjà lu sur ce blog connaissent parfaitement mon point de vue…

    Plutôt que de chercher à défendre un corporatisme, gardons notre énergie pour promouvoir notre discipline, notre art, … en regroupant tous ceux qui ne demandent que ça !!!

    Je ne peux pas exprimer franchement mon opinion sur ce que je pense de la politique de certaines ASP d’ « exclusifs ». Cela pourrait m’être préjudiciable… Une chose est sûre, l’histoire nous a prouvé que la politique d’exclusion est destructrice et autodestructrice… L’ostéopathie n’a donc sans doute rien à y gagner…

  54. Luc Thoby D.O.MROF dit :

    Stéphane,

    je ne répondrai pas sur la notion d’identité pour ne pas diluer mon propos, mais je ne suis pas sûr que le problème d’identité soit du côté des ostéopathes formés à temps plein.

    Si je prône un rapprochement politique, c’est dans le but de réunir tous le praticiens qui veulent voir aboutir une profession d’ostéopathe à part entière juridiquement, condition sine qua none, à mon sens, pour pérenniser l’Ostéopathie.

    Prenons un exemple : un médecin pratique l’ostéopathie à temps plein tous les jours dans son cabinet.
    On peut comprendre qu’il ne quitte pas son statut juridique de médecin pour un statut de ni-ni.
    Il ne pourrait plus légalement faire de touchers pelviens, soigner certains nourrissons, ……..

    Ce même médecin sera sans doute plus enclin à le faire quand une véritable profession d’ostéopathe indépendante verra le jour.
    Or, ce médecin ou son organisation professionnelle peuvent tout à fait s’associer à notre combat.
    Il en va de même d’autre professionnels, qui, si on ne les incite à se Fédérer à notre action, risque de se retrouver dans le camp adverse.

    Dans l’action politique, soit on part de ce qui existe, soit on devient dangereux à force de rêve et d’idéalisme, ce qui ne veut pas dire que rêver et avoir des idéaux ne doivent pas être au départ de tout action politique.

    De la même manière, mener un combat juridique pour la profession devant le conseil ne doit pas nous dispenser du lobbying nécessaire dans toute démocratie complexe comme la nôtre ( et complexe n’est pas péjoratif et renvoie à l’idée de principe de réalité ).

    Comprendre l’unité du monde ( notamment le monde ostéopathique français ), même dans ces apparentes oppositions et contradictions, est ostéopathique dans le sens où l’Ostéopathie, plus qu’une profession est une manière de vivre, penser, envisager l’histoire, la sociologie, la psychologie,…….

  55. vergnaud jean dit :

    A une certaine époque, le paiement de la TVA était une marque et un geste identitaire.
    Il me semble que le N° adeli « 00″ pourrait être cette marque identitaire dans les années à venir.
    Même si ce système à des failles.

  56. GRAPOSTEO dit :

    Mr Javerliat,quand on prône le débat on commence par ne pas censurer des commentaires qui ne vont pas dans son sens et qui ne portent atteinte à personne.De plus lorsqu’on se barde d’éthique et de déontologie, on commence par se l’appliquer à soi-même en respectant la confidentialité annoncée ( pas de publication d’adresse mail) .
    Pour ma part , je vous rappelle que j’ai un DU d’éthique de la santé , un DU de droit médical , Un DIU d’évaluation de la qualité den médecine , un DU d’analyse clinique de la décision en médecine , un DU de NTIC en médecine ,toutes formations qui m’incitent à dire que je n’ai aucune leçon à recevoir en matière de comportement professionnel et confraternel de quelqu’un qui ne respecte pas ses engagements écrits sur un page électronique .
    Je ferai donc connaître mes pensées et opinions par un autre moyen au sujet de l’ostéopathie mais aussi de votre comportement délétère .

    • Matthieu PETIT dit :

      Votre commentaire supprimé, rédigé en majuscule, « qui ne portent atteinte à personne », semblait pourtant dire que les auteurs des différents protagonistes de ce blog, savent très bien parler, mais pour agir…

      Je m’étais permis de vous demander en réponse à ce premier commentaire de me préciser ce qui vous permettait de juger de mes actions, ou non, pour l’Ostéopathie, sans même me connaître?

      Votre adresse mail n’a pas été publiée, et si c’est en référence à mon commentaire sur Chalon sur Saône, je tiens, pour ma part, à vous rappeler que j’ai été l’un de vos patient, étant donné que mes parents vivent à côté de Chalon.

      Une question cependant me taraude: Qu’apporte l’étalement de DU que vous nous faîtes pour justifier votre position/opinion?
      Puisque nous en sommes rendu à un étalement de Curriculum Vitae je me permets de me « présenter » à mon tour: titulaire d’un titre d’ostéopathie que j’ai fait validé par VAE au niveau M1(7mois de bataille administratives!), j’ai par la suite entrepris et obtenu un M2 en Ergonomie et gestion des risques professionnels, qui me vaut aujourd’hui d’être habilité par l’état (CRAM, ARACT, OPPBTP) en tant qu’IPRP. J’évolue donc en médecine du travail, je fais de la formation professionnelle notamment en droit relatif à la santé et à la sécurité en entreprise. Et je côtoie chaque semaine des syndicats professionnels (donc je connais très bien le fonctionnement et le rôle des ASP)… Et bien sûr j’exerce en tant qu’ostéopathe.
      Contrairement à vous, je pense que nous avons des leçons à recevoir tout au long d’une vie, et que ce n’est pas quelques DU qui peuvent vous faire prévaloir d’une parole universelle. Ce que je veux dire c’est que chacun à ses opinions, mais dire que nous ferions mieux de moins parler et agir, quand pour ma part, j’estime ne pas être « inactif », est tout simplement une atteinte pure et simple aux participants de cette discussion.

      « Je ferai donc connaître mes pensées et opinions par un autre moyen au sujet de l’ostéopathie mais aussi de votre comportement délétère » Rien ne vous empêche de vous exprimer ici, faîtes le sereinement, en attaquant le fond du sujet et pas les participants, ainsi cela devrait mieux fonctionner.

      Cordialement.

      • Matthieu PETIT dit :

        Excusez moi, le premier paragraphe n’est pas clair: Merci de lire:
        « [...] semblait pourtant dire que les différents protagonistes de ce blog [...]« 

        • GRAPOSTEO dit :

          J’ai seulement voulu dire que cette censure n’était pas justifiée.
          Les majuscules sont là par hasard et pas voulues pour signifier quelque indignation. Je n’ai attaqué personne en particulier .
          Après 20 ans de bureau dans une ASP, j’ai toujours été surpris que la base critiquait toujours les actions menées en niant le fait qu’une confiance avait été votée aux bureaux pour orienter sur un programme l’action d’une ASP; et que lorsqu’on proposait à ces détracteurs de participer et d’agir en prenant des responsabilités dans les bureaux, il n’y avait plus beaucoup de volontaires. J’ai l’impression que cette situation perdure.
          Pour ce qui est de mes formations , elles tentaient à prouver que l’éthique et la déontologie doivent être étudiées et que l’on ne pouvait pas s’en prévaloir sans en appliquer les principes . Ce mail s’adressait à Mr Javerliat qui avait censuré.
          Voila tout ce que j’avais à dire et n’en dirai pas plus .

  57. Duflos Guillaume dit :

    Bonsoir,

    Donc petit etat des lieux:
    Nous avons donc dans le POF
    SFDO, AFO, SNOF, UFOF, CNO, UNEO, osteo de France (les medecins osteos), le ROF, l’AO et maintenant la FFO et l’UDO. Ah oui j’ ai oublié les osteos qui de toutes façons resteront en dehors des associations ou d’un registre.

    C’est bien ca?

    • Frédéric Boonaert dit :

      il y a aussi le SEOPS, qui doit regrouper au moins 1000 adhérents…
      http://www.seops.fr/
      en tout cas l’avnir de l’ostéopathie ne se fera pas sans les professionnels de santé, n’en déplaise à certains

    • Thierry dit :

      L’Ao est une société savante….
      Pour la suite, la FFO est une fédération ouverte aux ASP et/ou praticiens, charge à chacun de prendre ses responsabilités en vue d’un regroupement digne de ce nom…puisque cette plateforme n’apparait que comme une façade de bienséance.

  58. Duflos Guillaume dit :

    Pour ceux qui n’ont pas le courage de trouver le lien concernant ce que Renzo molinari dit:
    http://www.osteopathie-france.net/essai/tribunelibre/construire/1235-mitige

    • Mr Duflos,
      J’entends bien là votre profond désarroi et votre courage n’a pas de mise pour faire avancer une situation aussi délétère,
      néanmoins il est possible d’ouvrir un débat sans envisager de semer le trouble dans l’esprit de lecteurs.
      L’ostéoapthie exclusive a une responsabilité vis a vis du monde ostéopathe ,mais elle en est une partie et son devoir est au fond de garantir son compagnonnage avec les familles avec lesquelles elle partage le titre.
      toute la question est de savoir quelle ostéodiversité nous voulons et comment nous la gérerons.
      La bonne façon de mobiliser les pouvoirs publics et de sensibiliser les populations c’est de soutenir cette osteodiversité.
      Peu de gens prédisaient notre reconnaissance il y a10 ans, aujourd’hui elle existe en tant que telle!
      empécher le changement c’est fixer les choses ,laissons donc faire l’arrivée de toutes ces familles dans notre ostéosystème et regardons cela sur la longue durée.
      Pour envisager durablement notre avenir respectons la libre expression ,il s’agit là tout simplement du premier principe de la démocratie!
      La FFO veut créer une chartre éthique de la concertation ,qui est tout à son honneur ,respectons cela aussi.
      Cette fédération me semble vouloir garantir la souplesse des équilibres de la pratique pour préserver l’adaptabilitéde ses différents composantes,c’est à dire le potentiel évolutif de chacunes d’entre elles.
      Acceptons que les choses puissent être différentes , contre une vision d’un monde ostéopathique définitivement abouti par des textes sans cesse remodelés
      Si toutefois cette vision de cette avenir vous posait quelques inquiétude ,sachez Mr Duflot ,qu’en ce monde rien est impossible aux âmes bien nées!

  59. dubois dit :

    Bonjour,
    Premièrement je ne suis pas syndiqué.
    Je suis avec beaucoup d’intérêt le blog et à mon petit niveau j’ai essayé de comprendre qui est qui!
    je constate que 3 des signataires sont du SFDO et que le 4ème a Monsieur STERLINGOT comme meilleur ami sur sa page facebook. Que les auteurs des écrits (sur le site de Monsieur BOUTIN), Renzo MOLINARI et Bruno DUCOUX sont aussi du SFDO.
    Toutes ces personnes nous décrivent une future explosion de l’ostéopathie et que seule la fédération pourra nous sortir de ce chaos au même titre que les grands prédicateurs qui nous annoncent la fin du monde. vous préchez pour votre paroisse!
    Pourriez vous pour plus de transparence afficher clairement votre appartenance à un syndicat dans vos écrits.
    Vous évoquez tous la réunion du 18, n’y étant pas moi même d’où détenez vous toutes ces affirmations?
    Je lis sur les comptes rendus du CNO et du SNOF que le mot plateforme a été entériné, pourquoi alors une nouvelle structure qui ne me tente pas plus! Je n’ai pas envi d’être associé dans la même structure que les kinés, les écoles et les étudiants.
    Parlons justement des étudiants, l’UNEO représente apparemment 8 écoles et 650 étudiants: Combien sont dans les premières années? Vont ils tous finir ostéopathes? le diplôme n’est pas acquis et entre les arrêts et les échecs dans les études combien en restera t-il? Combien deviendront installés en libéral?
    Leur avis est intéressant mais dans les autres professions les étudiants ont ils un droit de vote au niveau professionnel?
    Les étudiants qui s’inscrivent en 1ère année ne savent pas que la profession est bouchée? Avant d’investir autant de temps et d’argent vous ne vous renseignez pas?
    je pose beaucoup de question sans avoir nécessairement les réponses comme certains qui sont intarissables sur tous les sujets.
    Merci et joyeux Noel

    • delmas dit :

      Il faudrait vous renseigner : bruno ducoux à mon sens etait est fervent defenseur du ROF, quelqu’un d’honnête et vient juste d’adhérer au SFDO.

    • Sébastien Breuil dit :

      Le plus simple à mon avis est de vous faire votre propre opinion.
      Allez consulter les status de cette fédération, vous aurez déjà quelques réponses.

      Ensuite regardez toutes les associations.
      Celles qui ne sont qu’exclusifs et celles qui ont aussi des ostéos non exclusifs.

      Ensuite regardez les chiffres pour voir quelles associations sont représentatives.

      Bref, renseignez vous un peu mieux.

      La situation de l’ostéo est loin d’être rose, et ce n’est pas un grand prédicateur qui vous l’annonce mais les chiffres. (14 000 ostéos et entre 1500 et 2500 de plus chaque année).
      Il faut trouver une solution, et à ce jour, à mes yeux la FFO, semble la meilleure réponse.

      Faites vous votre opinion.

      • delmas dit :

        Oui, ce que vous n’avez pas vu c’est que le SFDO a proposé une plateforme mais malgré les communiqués les autres n’en veulent pas.Du coup,le SFDO a crée une fédération et propose à ceux qui veulent d’y adhérer.C’est aussi simple que cela.
        Quand aux communiqués….malheureusement ça ne vaut rien.Quand on voit déjà la SNOF qui communique en expliquant que le SFDO a abandonné le projet de la FFO(alors que cela n’a jamais été vrai)….ça en dit long sur les communiqués… ;-)
        c’st comme au foot : le president de l’inter annonce qu’il n’y a pas de problème avec l’entraineur Benitez…et le lendemain il le vire. lol

  60. Duflos Guillaume dit :

    Bonjour Mr Boustrofedon,

    Rien ne me dérange.

    « J’entends bien là votre profond désarroi et votre courage n’a pas de mise pour faire avancer une situation aussi délétère,
    néanmoins il est possible d’ouvrir un débat sans envisager de semer le trouble dans l’esprit de lecteurs. »

    Je ne vois pas là où je sème le trouble! Au contraire je clarifie le nombre d’association au sein du POF. Je n’ai aucun désarroi.
    Je veux faire avancer les choses car je connais l’osteo depuis mon plus jeune age et surtout je suis jeune osteo et voir celle ci dans cette situation alors que nous les jeunes nous avons encore 30/35 ans voir plus à exercer celle ci me gêne profondément. Le désarroi ne fait pas avancer donc non désolé de vous decevoir mais ce n’est pas la situation dans laquelle je suis actuellement.

    « Peu de gens prédisaient notre reconnaissance il y a10 ans, aujourd’hui elle existe en tant que telle! »

    Je suis bien au courant de cela et je peux même vous dire que certains disaient: « lorsque l’osteo sera reconnu ce sera la fin de celle ci ».

    « L’ostéoapthie exclusive a une responsabilité vis a vis du monde ostéopathe ,mais elle en est une partie et son devoir est au fond de garantir son compagnonnage avec les familles avec lesquelles elle partage le titre. »

    Là je ne rentrerai pas dans l’histoire de l’osteo pour effectivement ne pas semer le trouble dans la tête des osteos mais la seule question que je puisse me poser c’est la faute à qui?

    Enfin et pour terminer je respecte la libre expression, je respecte la FFO et sa charte ethique de concertation donc ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit.

    Cordialement

  61. Duflos Guillaume dit :

    Le SEOPS est en fait un syndicat d’école temps partiels. Je n’avais pas encore parlé des ecoles mais puisqu’il m’en est donné l’occasion. Non je vais pas vous noyer dans les abréviations des ecoles et des syndicats des ecoles de formations au risque de semer le trouble.

    Vous pouvez le faire de votre propre chef mais bon ce sera long et fastidieux donc bon courage mais pour le moment essayons déjà de nous occuper de nous c’est à dire de l’aspect professionnel.

Laisser un commentaire