L’invité du blog: Bertrand Bouriaud

10 janvier 2011 par pascal Laisser une réponse »

2011, vers l’union des ostéopathes

La fin d’année 2010 chaotique à laquelle nous venons d’assister, nous invite à dresser le bilan de la situation du POF, et de l’ambition de donner naissance à la profession ostéopathe. Que reste-t-il des accords du 7 juillet, signés par les présidents et validés par les bureaux des associations socio-professionnelles exclusives (ASP 00)? Que reste-t-il des « accords » issus de la réunion du 4 novembre? Quelle suite fut donnée à l’action juridique tripartite (ROF-SNOF-AFO) du 9 novembre, action ayant nommé comme représentant Pascal Javerliat ? (n’aurait-il pas fallu attendre son accord officiel préalable ?)

Partant du principe que l’union fait la force, le ROF et le SFDO, rejoints par le SNOF, avaient mis leur « rivalité » de côté pour proposer ensemble, en tant que représentants des professionnels exclusifs, un projet politique commun. Cela avait été annoncé lors du forum pré AG du ROF par les Présidents Fancello, Montmartin et Sterlingot. Les autres ASP ont vite pris conscience des bienfaits de cette démarche, et manifesté le désir d’y participer. L’exemple de l’AFO qui, en modifiant ses statuts, n’accepte dorénavant en son sein que des ADELI 00, en est la parfaite illustration.

Quel dommage que depuis, le ROF ait renversé son président, soit revenu sur les accords avec ses partenaires (cf les échanges publiés entre SFDO et ROF) et se gargarise d’avoir organisé une réunion avec « TOUTES » les ASP (cf newsletter n°17) … et non plus les seules exclusives. En effet, cette plateforme véhiculerait quelques 700 kiné-ostéopathes… Quel dommage aussi que « la voix de la raison de (ces) 30 années d’expérience », représentée par le comité consultatif d’éthique (CCE) ait démissionné, deux membres de son conseil national leur emboitant le pas (Marianne Montmartin et Yves Tricot). Quel dommage enfin que les adhérents ne se reconnaissent plus derrière la nouvelle image véhiculée d’un « pouvoir suprême sans moyen de rétro contrôle » et lui tournent massivement le dos (300 adhérents de moins en 2011?).

La conséquence directe de ces manœuvres effectuées sans la consultation des adhérents est que le POF se retrouve aujourd’hui face à deux chantiers. D’un côté, un syndicat (SFDO) donne l’image d’agir seul, fort de son statut d’ASP la plus représentative du POF, en créant la FFO. Cette fédération serait ouverte au SFDO donc, à tous les autres syndicats et à tout ostéopathe ADELI 00 ayant une formation d’au moins 4200 heures. L’image serait celle d’une structure avec un mur porteur unique (moins résistant), sur un sol homogène (le plus résistant). De l’autre côté, toutes les autres associations, si l’on se réfère aux communiqués publiés suite à la réunion du 18 décembre (également signé par le SFDO), souhaitent former une plateforme commune pour mutualiser les compétences de chacune. Les récents échanges SFDO – SNOF ainsi que le compte rendu objectif diffusé sur son site par l’UNEO laissent cependant penser que les guerres de clochers sont loin d’être dépassées. L’image serait donc quant à elle d’une structure aux fondations multiples (plus résistant) … sur un sol meuble (le moins résistant). Dans les deux cas, ces projets ne requièrent pas toutes les conditions pour être menés à bien ; aussi louables soient-ils. Car si l’un fédère largement, il a l’image du seul décideur, et l’autre, en étant pluricéphale, laisse en chemin les non-adhérents à une ASP.

Retenons cependant les points positifs des deux chantiers, à savoir:

  • Un projet plateforme réunissant environ 4500 ostéopathes (ASP= 3740, ROF=800).
  • Le lancement de la FFO.

Les ostéopathes souhaitent  se réunir au sein d’un même groupe, sans signe d’appartenance associatif autre que ce groupe. Il semblerait que les représentants actuels oublient de prendre en compte l’avis de leurs adhérents :

  • Le ROF n’avait-il pas voté lors de l’AG en faveur d’une plate-forme avec les seuls exclusifs?
  • Le projet de FFO proposé par le SFDO est-il en accord avec le projet initial de Marianne Montmartin et Philippe Sterlingot?
  • Les adhérents des autres associations ont-ils été concertés sur ce projet de plateforme?

et encore moins de l’avis des futurs professionnels (UNEO) simplement invités à la table pour « la forme ».

Face à ce constat, il est temps de mettre en place une structure unique, à forte représentativité, regroupant l’ensemble des ostéopathes exclusifs et uniquement des ostéopathes et reprenant les avancées positives du 18/12 et de la FFO:

  • Une structure unique (nom à définir)
  • Une entrée à faible cotisation pour tout ostéopathe exclusif, avec un rôle décisionnaire lors des assemblées générales.
  • Un rôle consultatif pour toutes les ASP (comme proposé par la plate-forme du 18 décembre), tous les étudiants et tous les établissements de formation (pas uniquement UNEO et SNESO)

2011 pourrait donc être l’année d’un second souffle, après l’échec des dernières tentatives de rapprochement. N’attendons pas. Cette structure sera le signe fort de la prise de conscience des ostéopathes quant à la nécessité de l’union!

Excellente année 2011 à tous.

Publicité

3 commentaires

  1. Thierry Cajgfinger dit :

    un billet résumant effectivement bien la situation, j’émettrait un bémol sur ces 700/800 kiné-ostéopathes.

    Si ceux-ci pour la plupart, font la démarche de s’inscrire dans des ASP (OSP?) à majorité d’exclusifs, on peut penser que cela est certainement parce qu’ils considèrent qu’ils adhérent ou vont adhérer à cette démarche…..
    J’ai récemment discuté avec un vice-président d’une OSP qui me disait qu’en fait ceux qui ne franchissait pas le pas, se réduisait aux environs de 8% et qu’il entamerait les démarches pour s’en séparer.

    A partir du fait où une ASP/OSP prévoit staturairement un délai maximal d’inscription de ces membres dits associés, cela devient un faux problème que de mettre en avant.
    Dans le cas contraire, on gégérera de fait, la création d’une ASP des double compétence sans phénoméne d’aspiration vers l’exclusivité.

    A l’heure de nos différences que l’on souhaite unir, il serait dommage de se couper un bras…

    Pour le reste, au temps où le ROF cherche à se recentrer tant en son CN que dans ces prospectives, la SFDO invente un outil, et la notion de plateforme fragile, la réunion du mois de février ne pourra se passer d’un message fort et concret.

  2. GALLET Benjamin dit :

    Tout d’abord, merci à Bertrand pour son implication dans notre profession.
    Ce bilan semble enfin proposer une solution stable quant à l’organisation de notre profession.
    Il s’agit à présent, à 1 an des présidentielles, de tous nous mobiliser dans les faits !
    Comment? En réagissant déjà à cette publication. Toutes les ostéopathes exclusifs possédant internet devraient laisser au moins un commentaire.
    Vos voix seront les premières fondations de cette fédération/plateforme, ce sont elles qui permettront l’ébauche d’un premier plan organisationnel.
    Dans le cas contraire, la mise en place de cette structure ne serait que le fruit de quelques personnes et de leurs ambitions personnelles et non le reflet de ce que l’ensemble des ostéopathes voudrait pour leur profession. Il ne faudra pas venir se plaindre par la suite….
    Alors une fois pour toute, effaçons les actions maladroites de ces derniers mois et AGISSONS pour faire valoir nos droits auprès des instances de l’état à travers une structure forte et crédible!

Laisser un commentaire