Xavier Bertrand n’a pas le temps de recevoir l’UNEO

11 février 2011 par pascal Laisser une réponse »

L’Union nationale des étudiants en ostéopathie (UNEO) a souhaité rencontrer le ministre de la santé pour évoquer « la situation de l’ostéopathie exclusive en France, notamment pour ce qui concerne la durée de la formation des étudiants ». Dans une lettre assez sibylline, son chef de cabinet a fait savoir à son président Charles Bourasset que «  le ministre a bien pris note de [sa] démarche » et l’assure « qu’il comprend [ses] préoccupations. Cependant [ses] contraintes dues à un agenda particulièrement chargé l’empêchent de répondre favorablement à [sa] requête ».

S’il ne faut pas s’étonner outre mesure de cette réponse qui est fréquente dans ce type de demande, il est important de noter qu’elle ne s’accompagne pas de la proposition habituelle qui consiste à indiquer au demandeur de se rapprocher du conseiller technique en charge du dossier. Nous pouvons en conclure que la rue Duquesne ne souhaite pas recevoir les étudiants en ostéopathie.

Cette fin de non recevoir fait écho à la demande du syndicat national des ostéopathes du sport qui a été reçu dernièrement voir ici . Les représentants de ce syndicat ont été fiers de nous annoncer qu’ils avaient été reçus. Il faut s’interroger toutefois sur le niveau de décision des personnes qu’ils ont rencontrées. Déjà qu’un conseiller technique n’a pas de pouvoir de décision ou d’arbitrage, que penser de celle d’un chef de bureau d’un service de la Direction générale de l’offre de soins.

Alors que la presse se fait de plus en plus le messager des difficultés que rencontrent les nouveaux diplômés en ostéopathie, voir ici: Presse janvier 2011. le sort de ces derniers ne semble pas intéresser le ministère actuellement. Ou alors ne souhaite-t-il pas communiquer ses intentions? Soit les arbitrages ont eu lieu et les services sont entrain de rédiger le décret, sur la base du rapport de l’Igas. Cela expliquerait que ce soit eux qui reçoivent les ostéopathes. Soit le ministre estime qu’il est urgent d’attendre. Il n’a alors rien de nouveau à annoncer à ses éventuels interlocuteurs.

Cette situation n’est pas sans rappeler celle de 2006. Le bureau actuel de l’UNEO s’inspirera-t-il de Thomas Schmit et Romain Dargère, qui avaient su agir sans attendre que les professionnels se décident ? Nous le saurons dans quelques temps.

Publicité

21 commentaires

  1. sebastien Demarcq dit :

    ayant plusieurs fois rencontrer le ministre dans le passé. il déteste le harcèlement et n’aime pas la contradiction; je crois qu’il faut y aller avec tact et mesure . Attendons un peu . 2012 est l’année des elections . il aura une meilleur oreille surtout dans son département de l’aine

  2. Thierry Cajgfinger dit :

    SI les ASP avaient pris meilleur compte de la présence de l’UNEO dans le POF, surement que celle-ci n’aurait pas eu à faire cavalier seul ?

  3. Matthieu PETIT dit :

    Et, l’UNEO aurait peut être ainsi évité les reproches de ses (ou « ces » suivant le point de vue) aînés…

  4. sebastien Demarcq dit :

    En me faisant l’avocat du diable , ce qui semble évident c’est que ce sujet sur les étudiants ,ne semble pas non plus déchaîner ni la passion ni l’enthousiasme des animateurs de ce blog.

    Pauvres étudiants en osteopathie ;)

  5. Stéphane Royal dit :

    Pauvre ?? merci, mais pas à ce point … Ce qui est sûr, c’est que nous ne serons ni passifs, ni vaincus d’avance !!
    Bien que vous nous conseilliez tact et mesure, l’UNEO, avec le soutien de tous ses étudiants, compte bien ne pas en rester là … Nous verrons alors si la passion et l’enthousiasme des acteurs du POF retrouvent un semblant de vigueur et nous apporteront leur soutien.
    2007 semble être loin dans les souvenirs de notre cher Ministre … rafraîchissons lui la mémoire…

  6. Thierry Cajgfinger dit :

    Quoiqu’il en soit, l’UNEO a tout de même reçu plusieurs revers ces derniers temps, de par ses pairs et de par les représentants de l’Etat.
    L’un plus que l’autre est inadmissible dans un POF qui parle d’union ou souhaiterait une solidarité de façade.
    Malheureusement, l’UNEO se retrouve seule pour l’instant, et il va falloir faire preuve à la fois de déterminisme et d’actions réfléchies afin de se replacer à la place méritée.

    Une action forte en place publique, réactionnelle, dans le climat social actuel risquerait de passer inaperçue pour amener un affaiblissement supplémentaire inutile.

  7. Francès Jean-Hervé dit :

    L’UNEO est allée seule au contact une fois de plus.
    Mais où est la fougueuse (fugueuse ?) plateforme tant auto-plébiscitée ?

    • Matthieu PETIT dit :

      A la décharge de l’UNEO, je pense qu’à force de leur répéter que les étudiants n’ont pas leur place dans les réunions, n’ont pas de représentativité, n’ont pas leur rôle à jouer, etc. Et que ce sont finalement les étudiants qui souffrent (souffriront) le plus de la situation actuelle de l’Ostéopathie. Alors il font cavalier seul pour essayer de faire avancer un problème qui les concernent plus directement que quiconque : la régulation (au sens large) de la formation.

  8. Luc Thoby D.O.mrof n° 393 dit :

    Dire qu’un étudiant est un étudiant et un professionnel un professionnel n’a rien de blessant.

    Nous avons besoin les uns des autres, notamment de la jeunesse des étudiants ( l’avenir de la profession ) et de l’expérience des plus anciens ( qui ont amené cette profession à ce niveau de reconnaissance dans la société française par leur travail quotidien depuis plusieurs dizaines d’années ).

    Dire que les responsables d’école de formation ne devraient pas siéger dans les CA des ASP n’ a rien de blessant, mais évite simplement les conflits d’intérêt.

    Cela ne doit pas empêcher chaque groupe de donner son avis et de participer au débat, même si le droit de vote ne leur est pas acquis.

    L’Unité est possible et absolument nécessaire, mais le bon sens est de rigueur.

    Confraternellement.

    Luc.

  9. Thierry Cajgfinger dit :

    Pas tout à fait d’accord, les étudiants devraient avoir droit de citer, voir de voter sur les sujets qui les concernent directement quand bien même ils ne sont pas professionnels.
    C’est aussi bien leur donner droit dans une société démocratique que de leur donner une influence au vote.
    Et puis, en configuration actuelle, cela représenterait 1/7éme des voix soit moins de 15%, pas de quoi faire chavirer un navire, mais une grande importance au niveau de la possibilité de l’expression.
    D’autre part, il existe beaucoup de systèmes d’enseignement où la masse étudiante a son vote inscrit en statut.
    Le tout est de savoir quel message politique, les ASP veulent faire passer.
    On ne peut rejeter cela tout en acceptant que certaines ASP, fort de quelques centaines d’adhérents, soit en fait gonflées par de nombreux doublons majorant une représentativité faussement avancée.
    Tout comme, on ne peut accepter que certains membres de bureau soit également membre d’autres ASP, on pourrait croire à un conflit d’intérêt vraisemblable, comme lorsque cela s’est vu et se voit pour une ASP qui souhaite être respectable.

    Oui pour cette union, mais pas en écran de fumée qui ne trompe pas grand monde..

    Pour ce qui est

  10. Thierry Cajgfinger dit :

    et en attendant :

    http://www.ffmkr.com/mnu11674

    • Matthieu PETIT dit :

      Aïe! ça pique! En même temps ils appuient là où ça fait mal! :-/

    • Bruno Vinatier dit :

      La réponse à une plateforme moribonde ,mort née….
      Maintenant si on continue ce petit jeu d’ASP nombriliste, comptant ses adhérents chacune dans son coin,on sait ce qu’il adviendra de l’ostéopathie exclusive…
      Commençons par intégrer la FFO en masse.

  11. Sébastien Breuil dit :

    Je cite :
    « La FFMKR rappelle que l’ostéopathie n’est pas une « nouvelle profession de santé » mais doit être une pratique exclusivement réservée aux seuls professionnels de santé médecins, masseurs-kinésithérapeutes, sages-femmes etc. »

    C’est sûr, l’ostéopathie n’est pas nouvelle, l’ostéopathie, est née avant la kinésithérapie.

  12. Stéphane Royal dit :

    « La FFMKR condamne l’exercice illégal de la masso-kinésithérapie par les ostéopathes non professionnels de santé. »

    Est-ce une blague ?? …

    • Stéphane Berthet dit :

      Vient à Nice et tu verras par toi même certaines plaques de tes « confrères » : massage, préparation à l’effort, coaching, ………………

  13. Stéphane Berthet dit :

    Importée par les kinés… ou qui l’étaient…
    Les ostéopathes exclusifs qui ont vraiment « réussi » sont tous kinés (tous ceux chez qui il y a plusieurs semaines voir plusieurs mois d’attente pour avoir un RDV)… ou anciens kinés
    Tous les présidents d’ASP d’exclusifs sont kinés… ou l’étaient…
    Tous les fondateurs d’écoles « full time » sont kinés… ou l’étaient…
    Tous les enseignants avec un peu d’expérience sont kinés… ou l’étaient…
    Ceux qui ont inventé l’ostéopathie « exclusive » sont kinés… ou l’étaient…

    Une chose est vraie : si je peux affirmer aujourd’hui sans crainte que je suis ostéopathe, c’est grâce à ceux qui ont vraiment eu des coui…. MERCI !!!

    En revanche, à quoi bon systématiquement renier, rejeter et dénigrer ses origines… Formater les nouveaux formés dans ce schéma … A quoi bon refuser le dialogue avec les siens… etc, etc, etc, …

    Après 2002, la désunion n’avait plus lieu d’être… pourtant elle n’a fait que s’accentuer…

    Renouer le dialogie aurait pu être la solution…

    Quel dommage…

    Comment ne pas comprendre alors la réaction de la FFMKR ???

  14. Luc Thoby D.O. mrof n° 393 dit :

    Oui, Stéphane,

    et ils pratiquent l’Ostéopathie en exercice unique.

    Le double exercice professionnel doit être provisoire pour éviter la confusion des patients et des praticiens ( je parle du statut professionnel, pas du statut administratif ).

    Cela est aussi vrai pour les full-time qui exerce une autre activité rémunératrice par manque de patients.

     » Un Ostéopathe est un professionnel qui gagne sa vie en pratiquant l’Ostéopathie  » ( je plagie Jean-Pierre Barral ).

    Sinon, on est un ostéo-kiné, ostéo-médecin, ostéo-carreleur,……, toutes professions dignes de respect par ailleurs.

    Rassemblons les personnes qui prônent l’exercice unique de l’ ostéopathie comme un but à atteindre pour faire avancer l’Ostéopathie en France. Nous en avons le devoir. Nous ne sommes que les héritiers de l’Ostéopathie et devons lui permettre de s’épanouir et non de la diluer.

    Confraternellement.

    Luc.

  15. Quentin dit :

    Bonsoir,

    je suis étudiant en ostéopathie, et j’aimerais faire part d’une petite remarque : pourquoi l’ostéopathie doit elle toujours faire différemment des autres ?!? Je m’explique : il n’y a que chez nous que les étudiants sont à ce point indésirés et dénigrés. Dans toutes les autres branches, les étudiants d’une professions sont encouragés parce qu’ils sont l’avenir et doivent perpetuer un exercice, une idéologie (et quelle que soit la profession). Et en ostéo, chacun préfère rester dans son petit coin de verdure (petit le coin) alors que l’orage se profile à l’horizon (GROOOS l’orage). C’est vrai que TOUS les étudiants en ostéopathie ne deviendront peut être pas des professionnels de l’ostéopathie.
    Autre chose : pourquoi absolument vouloir définir le 1er qui a amené l’ostéopathie ?!? on dirait la gueguerre de collège à savoir qui a la plus grosse (désolé pour l’image mais elle y ressemble plus que beaucoup !).
    Mon ostéopathe que je vais voir régulièrement est kiné à la base, et est allé en Angleterre pour apprendre l’ostéopathie !! Mais il ne revendique que l’ostéopathie comme profession. Apres je peux comprendre que certains y voient un bénéfice à mettre les deux (et je ne juge pas, c’est un droit que je respecte), mais pitié, au final c’est quoi notre but ?!?
    Ne serait-ce pas de soigner et soulager des patient dans les meilleures conditions qu’il soit.
    Se faire la guerre de qui est le plus fort entre kiné/ostéo/kiné-ostéo/médecin-ostéo etc… ne rime à rien, parce que pendant ce temps ce qui définit la profession dans le but d’aider nos patient (d’un point de vue sécurité de formation et de pratique, déontologie etc…) part en lambeaux. Plusieurs écoles sont vouées à encore s’ouvrir, le marché du travail est au bord de la rupture, la qualité des soins devient médiocre dans certains endroits à cause d’un manque de rigueur pratique et de formation, et j’en passe surement beaucoup.

    Mais bon je dois surement m’inquiéter pour rien puisque personne ne daigne faire quelque chose (ouai ok on dit qu’il faudrait faire quelque chose) et je parle bien sur de nos têtes-pensantes.

    Bon maintenant je vois déjà tous ceux qui démontent chacun des commentaires de l’UNEO sur ce forum arriver à grandes enjambées pour me dire que si je suis dans la merde c’est de ma faute et que j’avais qu’à penser à ça avant.
    Personne de ces gens ne fait donc et n’a fait ce métier par passion ?!? Par vocation ??? Bon alors je suis un marginal dans ce cas !!

    Désolé pour cette longue tirade, mais puisque ce forum est démocratique j’avais envie de dire ce que je pensais.

    A tous une très bonne fin de soirée.

    Cordialement.

  16. Luc Thoby D.O.mrof n° 393 dit :

    Bonjour, Quentin,

    ta lettre me touche particulièrement.

    Lis tous les messages de ce blog et tu te rendras compte que les anciens ont conscience que les étudiants sont l’avenir de notre profession.

    Pour la passion, il n’y a aucun doute, ce blog en est la preuve vivante.

    Attention à ne pas opposer les professionnels aux étudiants.

    Pour le reste, les ostéopathes sont fait de chair et de sang et se comportent comme tels. On aimerait que cette profession humaniste nous pousse à mieux faire, mais chacun fait ce qu’il peut.

    Bien à toi.

    Luc.

Laisser un commentaire