L’invité du blog: Charles Bourasset

17 février 2011 par pascal Laisser une réponse »

Charles Bourasset est étudiant en ostéopathie et Président de l’Union nationale des étudiants en ostéopathie.

L’UNEO refusée autour de la table le 18 décembre 2011

Sur les communiqués du 18/12 (voir ici ) et du 16/01 (voir ici ), l’UNEO s’est voulue résolument entreprenante et virulente dans ces propos. Nous n’avons pas rencontré d’opposition officielle de la part d’établissements de formation ou d’ASP suite à ces publications. Cependant, l’information nous est parvenue tel un bruit de couloir: « l’UNEO ne sera pas acceptée autour de la table pour la prochaine réunion du mois de février… ». Une seule et unique question, POURQUOI?

Avançons une théorie improbable: « Peut-être demandons-nous trop à tous les acteurs de l’ostéopathie en insistant sur le fait de mettre leurs égos et leurs rivalités de côté pour avancer dans un but commun qui est celui de protéger le futur de notre profession? » Nous parlons bien de « protection de l’ostéopathie » vue la dernière publication de la FFMKR ( voir ici ). Aujourd’hui quel est le constat de la plate forme des ostéopathes professionnels? Une lettre commune des ASP au ministère de la santé devait être envoyée à partir du 18/12. Qu’en est-il? Que sont les projets et stratégies politiques définies depuis? Pourquoi faut-il attendre 2 mois avant chaque nouvelle réunion?

Je vous informe que la présence de l’UNEO à la réunion du 18 Février 2011 a été soumise au vote de tous les représentants d’A.S.P:

  • La CNO, l’AFO et le SNOF nous ont répondu négativement: la CNO nous a répondu en premier par M. Girard et de façon claire par son mail du 26/01/11 : « Dans l’immédiat et jusqu’à nouvel ordre, Le Conseil d’Administration de la Chambre n’est pas favorable à la participation de l’UNEO (Association d’étudiants en ostéopathie) lors des réunions des organisations représentants des professionnels de l’Ostéopathie pour la simple raison que ces réunions intéressent les professionnels de l’ostéopathie et uniquement eux ». Le SNOF a attendu de savoir si l’UNEO soutenait son recours en Conseil d’Etat pour répondre et d’après  M.Fancello dans son mail du 05/02/11: «  Afin de préserver la totale indépendance de l’UNEO exprimée « clairement » par la voie de son secrétaire Marc Loynet le 03-O2-10 (en PJ) en réponse à notre mail du 23-12-10 la présence de l’UNEO à la réunion de la Plate-forme Commune est sans objet. » Quant à M. Sala, président de l’AFO, sa réponse ne nous surprend guère car elle était la même le 18 décembre 2010. Nous ne partageons pas la même vision de la démographie actuelle par exemple, comme il écrit dans son mail du 13/02/11: « Les supputations des étudiants restent théoriques alors que les jeunes installés vérifient quotidiennement la réalité du terrain. Il semblerait et c’est une évidence que ceux qui ont reçu une bonne formation d’ostéopathie à visée thérapeutique n’aient pas de difficulté d’installation et de fonctionnement. »
  • Le ROF, organisateur de la réunion, s’est exprimé par un OUI/NON car notre présence était soumise à des conditions plus que contraignantes, voir paternalistes : modifier les communiqués de Stéphane Royal et le mien considérés comme trop virulents, s’engager à un droit de réserve commun à tous les acteurs de la Plate Forme alors que je n’ai jamais été invité à en faire partie si ce n’est que consultativement, devoir prévenir la plate forme de nos sollicitations ministérielles ou autres actions politiques alors qu’elle ne désire pas travailler avec nous. Tout cela afin de ne plus « pénaliser l’UNEO » comme le dit M. Villemain le président du R.O.F
  • Et si seul le SFDO a répondu positivement en faveur de notre présence, nous tenons à souligner, au passage, que
  • seul l’UFOF ne s’est pas exprimée sur notre présence. Elle n’a probablement pas trouvé important de se positionner pour les étudiants et nous lui témoignons nos sentiments les plus dévoués pour son abstention face aux 700 étudiants que nous représentons.

Malgré le refus de collaboration des professionnels, nous continuons donc de travailler sur  ce qui nous semble la priorité aujourd’hui : la formation et la démographie. Sachant que les écoles d’ostéopathie et les installations en cabinet des jeunes diplômés sont régies par les lois du commerce, aucune régulation ne peut être envisageable, mise à part celle que pourrait apporter le ministère de la Santé.

L’UNEO a donc décidé avec ses moyens et sa bonne volonté de contacter dans un premier temps tous les CIO, structures ou magazines d’orientation pour informer clairement les futurs bacheliers sur les débouchés des études d’ostéopathie. Une simple lettre d’information honnête et claire en s’appuyant sur les derniers chiffres qui nous permettent de sensibiliser le grand public (voir ici). Nous tenons à souligner à ce propos que, dans l’optique d’une émulsion commune, tous les présidents de syndicats ont été sollicités afin de signer cette lettre pour renforcer nos écrits et montrer une unité de position et de communication. Mais malheureusement cette demande n’a pas abouti parce que nous n’avons reçu qu’une ou deux réponses isolées.

Face au refus de certains professionnels de nous intégrer dans les travaux consensuels de plate forme ou autres, nous vous informons que l’UNEO a décidé de rejoindre la FFO en répondant favorablement à l’invitation de l’initiateur de la FFO. Nous espérons ainsi lancer un signe fort aux autres acteurs. Sachant que ce projet est ouvert et qu’il a la volonté de fédérer. A ce titre, la crainte des autres syndicats professionnels de nous retrouver « affiliés » au SFDO et de créer un « gros SFDO » se voudrait totalement abjecte et nous ne sommes pas là pour faire front contre les autres associations. La preuve est que c’est l’UNEO qui est refusée en réunion de Plate-Forme aujourd’hui pour ses propos virulents mais honnêtes. Et ce n’est pas l’UNEO qui refuse de travailler avec tous les combattants de l’ostéopathie.

Alors Messieurs les Présidents de syndicats, nous ne demandons qu’à nous tromper, qu’à avoir tort…Démontrez nous que vous êtes capables de travailler de façon confraternelle et  constructive au vu de la situation d’urgence. Ce n’est pas du tout une mise au pied du mur mais prouvez-nous que les étudiants n’ont pas à travailler avec vous puisqu’ils n’ont rien à vous apporter. Et si tel est le cas, l’UNEO s’engage à s’excuser publiquement des propos virulents qu’elle tient même s’ils se basent tout le temps sur des faits avérés.

Messieurs, comme tout le monde le dit, la balle est dans votre camp…

Publicité

35 commentaires

  1. Luc Thoby D.O.mrof n° 393 dit :

    Bonsoir, Charles,

    je comprends ton irritation, moins certains de tes propos un peu discourtois ( euphémisme ).

    On peut avoir des convictions et s’opposer sans verser dans la provocation ou l’outrance, le risque est de créer seulement une réaction, donc peu constructive (  » analyse ostéopathique  » ).

    Je te remercie pour les informations claires que tu nous donnes.

    Je trouve anormal que certaines ASP ne se positionne pas clairement par rapport à la demande de l’UNEO.

    Tu connais sans doute ma position que j’ai déjà précisée sur ce blog : je suis pour une collaboration avec l’UNEO et le SNESO, mais plutôt opposé à leur droit de vote.

    Pourquoi ?

    Parce que en tant que membres du CA de l’UNEO, vous n’êtes pas libres individuellement, puisque intégrés dans des écoles de formation.

    Parce que l’UNEO n’est pas libre collectivement. Certaines écoles vous boycottent et d’autres pourraient très bien négocier votre présence en leur sein.

    Parce que vous connaissez mal le milieu français de la santé et l’histoire de l’Ostéopathie française., mais çà ne saurait tarder.

    Je sais que je risque de passer pour un réactionnaire que je ne suis pas. Je vais te décrire maintenant une partie de mon parcours.

    J’ai 50 ans, DEMK à 22 ans, j’ai commencé ma formation part – time après 2 mois de remplacement en kinésithérapie qui est un beau métier.

    Je me suis installé comme ostéopathe à 27 ans dans un cabinet isolé géographiquement de mon cabinet de kiné ( pour éviter toute confusion ) et ai lâché la pratique kiné 3 ans plus tard.

    J’ approche des 100 000 consultations en Ostéopathie exclusive.

    J’ai été entendu par la police en 1995 pour une plainte pour exercice illégal de la médecine demandée par des médecins jaloux ( classée sans suite par le Procureur de la République )

    Je me suis battu pour ne pas payer la TVA pendant 10 ans.

    Des parcours comme le mien, il y en a beaucoup dans notre profession.

    Un de mes enfants va s’engager dans notre magnifique profession en suivant une formation full-time.

    J’y crois et j’ajouterai, j’y crois encore malgré tout ce qui se passe.

    Alors, oui, nous devons être exigents avec nos représentants d’ASP.

    Oui, le temps presse.

    Là où on devrait former 400 à 500 ostéopathes par an, on en forme 4000 à 5000 pour une population de professionnels de 14000 au 1° janvier 2011.

    Le niveau de beaucoup de formateurs est plus que discutable, et j’arrêterai là les remarques désobligeantes ( je te conseille de relire la lettre de février 2010 de Serge Paoletti que j’embrasse au passage ).
    .
    Mais tout n’est pas égal.

    Je respecte mes aînés ( je pense ici à Jean-Pierre Barral, John Upledger, Paul Chauffour, Bernard Le Balch, Bob Hiriart, Louis Benas, Tom Dummer, Viola Frymann, René Paturel, Jean-Claude Herniou….. mais comment tous les citer ).

    Le sens de la Vie réclame le respect, mais n’interdit pas le débat.

    Ne pas permettre le droit de vote des étudiants dans des structures professionnelles ne signifie pas qu’ on les rejette.

    Par contre, il est indispensable d’échanger avec vous, comme avec les responsables d’écoles.

    La lutte politique nécessite une organisation rationnelle, notamment parfois le droit de réserve, mais celui-ci doit servir la statégie, pas la dissimulation à ses propres adhérentset à ses confrères.

    Oeuvrez ensemble signifie que chacun soit à sa juste place.

    Fraternellement et bientôt confraternellement.

    Luc.

    P.S. : je laisse la réunion de demain avoir lieu, et je proposerai des pistes à explorer. J’espère que nous serons beaucoup à réfléchir aux solutions potentielles, car nos discussions doivent tendre vers un seul but : permettre à l’Ostéopathie de se déployer de façon pérenne en France et ailleurs.

  2. Thierry Cajgfinger dit :

    Mr Thoby, vous êtes bien placé au ROF, dans votre exercice professionnel et bien évidemment dans votre rôle de père pour bien comprendre ce qui attend les étudiants en ostéopathie.

    Devant cette mer agitée, il est incompréhensible que l’on ne convie pas l’UNEO à ces premières réunions de « débroussaillage » du POF, sinon comment expliquer qu’on l’ai fait une fois ?
    L’UNEO aurait eu certainement des informations pertinentes à apporter sur les conditions d’enseignements vécues par ses membres.

    Bien sur, nos jeunes ont la fougue de leur âge et ont parfois eu des mots durs.
    On peut effectivement leur reprocher, leur en tenir rigueur en les punissant de siège pour les mettre au pas, mais dans ce cas, il serait souhaitable de se rappeler les échanges vociférants du SNOF à l’encontre du SFDO et de son Président et appliquer à soi-même ce que l’on impose à d’autres !
    Droit de réserve inclus.

    Il est aussi facile de leur faire comprendre qu’ils ne sont pas assez matures pour participer à des réunions de professionnels dont l’ordre du jour ne le concernerait pas.
    Le manque d’expérience ou de connaissances des dossiers ne suffit pas en argumentaire lorsque l’on connait celles d’autres ostéopathes à responsabilité professionnelles par exemple comme nous l’avons vu pour la certification.

    Comment avoir de telles oppositions lorsque l’on envisage d’aborder l’Avenir de notre profession sous toutes ses formes et plus particulièrement celles de la formation, premières préoccupations des étudiants.
    Le droit de vote apparait secondaire face à cela face à un tel mépris de nos jeunes.
    On devrait avoir une attitude paternatliste, protectrice et on se conduit en directeur d’école primaire.

    Alors après leur avoir cracher ainsi à la figure, pour leur demander de discuter et de s’unir, j’ai bien peur que la ficelle soit un peu grosse à avaler……..
    C’est vrai que l’on est plus à cela près.

    • Matthieu PETIT dit :

      J’adhère!

      Le communiqué de l’UNEO d’après la réunion de décembre est, certes un peu virulent, mais je partage totalement leur réaction! Et beaucoup d’entre nous étaient (sont) d’accords.

      La couleuvre est dur à avaler!

      Quand je vois le communiqué de Monsieur Berthenet dans lequel une personne absente à la réunion, avec pour unique argument l’âge et l’expérience, se permet de molester l’UNEO pour avoir oser étaler l’inutilité de la réunion du 18 décembre (si je me trompe sur « inutilité », merci de me montrer ce qui a été fait depuis…)…

      La couleuvre est dur à avaler!

      Monsieur Thoby, vous parlez de respect: il n’est possible que si il est valable dans les 2 sens! L’âge et l’expérience ne justifient pas que l’ont puisse se permettre d’être irrespectueux! Et vu comment j’ai pris le communiqué de Monsieur Berthenet (lu par ma famille et tout autant « choquée »), je me demande qui manque de respect à qui…

      Je rejoins Monsieur Cajgfinger quant à la maîtrise relative des sujets de la part de nos ASP (notamment sur l’homologation des formations)… Et que, par exemple, dès le départ j’ai exprimé 2 choses:
      - pas d’équivalence (confirmée quelques heures après avoir appelé le directeur de mon Master)
      - de se réjouir au lieu de se battre sur des bêtises.

      Cela fait maintenant 2 mois que je parle de l’équivalence M1 que j’ai obtenu (études faîtes à ISO Lille), le M2 que j’ai fait dans la foulée… Aucun responsable d’ASP ne m’en a demandé plus… Pourtant ça devrait intéressé nos dirigeants de récupérer une attestations de validation M1, ou un diplôme de M2 obtenu par un temps plein, non?

      Cela fait maintenant 2 mois que j’explique que je travaille pour la médecine du travail (CDI), et que j’espère petit à petit y amener l’ostéopathie, personne n’a relever, personne n’a voulu se renseigner?

      Avec tout ces débats sur la légitimité de l’UNEO cela m’amène une question:

      Est-ce parce que j’ai 26ans que cela n’intéresse pas?

      Et oui! Nous pouvons ne pas adhérer à une ASP, et oui! Nous pouvons être jeune et avec peu d’expérience, et oui! Nous pouvons agir dans notre coin, parce que, comme nos aînés nous aimons notre profession et voulons la préserver, la faire évoluer, etc. Je sais pertinemment que si nous pouvons le faire c’est parce que des combats sont menés depuis des 10aines d’année, mais il y en aura encore d’autres, et alors ce seront les jeunes générations qui prendront les rênes… Alors au lieu de faire chasse gardé ne serait-il pas plus pertinent d’agir tous dans le même sens pour, une bonne fois pour toute, faire avancer le dossier préoccupant de l’ostéopathie!

      (« Les supputations des étudiants restent théoriques alors que les jeunes installés vérifient quotidiennement la réalité du terrain. Il semblerait et c’est une évidence que ceux qui ont reçu une bonne formation d’ostéopathie à visée thérapeutique n’aient pas de difficulté d’installation et de fonctionnement. » Tenir de tels propos est une honte! Cela suppute que l’AFO à conscience qu’il y a de mauvaise formations, mais qu’elle laisse faire! Et la sécurité des patients????)

  3. Luc Thoby D.O. mrof n° 393 dit :

    Oui, le respect ne peut être unilatéral.

    Oui, je suis d’accord avec Thierry et Matthieu et quand je ne suis pas d’accord, je l’écris.

    Oui Jean, je traite un patient toutes les 30 mn et je souhaite à tous ceux qui le veulent de travailler autant, sinon plus ( mais je ne suis pas sûr que ta remarque fasse avancer le débat );

    Non, je ne suis pas bien placé au ROF, car je sui trop passioné et je souffrirai en politique du manque de liberté de parole ( je sais, cela ne se voit pas dans ma façon d’écrire, car je me contrôle pour faire avancer le débat d’idée ).
    Par contre, comme beaucoup, je peux servir de boîte à idées, car j’aime, j’adore ma profession qui me le rend au centuple.

    Je prendrai le temps d’écrire ce we, si nos échanges le nécessitent.

    Bonne journée à tous.

    Bien à vous ( littéralement ).

    Confraternellement.

    Luc.

    • Jean Vergnaud dit :

      Ma remarque ne faisais surement pas avancer le débat mais comme tu avançais ce chiffre comme un étendard, je me suis permis de rebondir dessus.
      Comme quoi la pratique ostéopathique est multiple.

  4. Luc Thoby D.O. mrof n° 393 dit :

    un chiffre n’est pas un étendard, c’est un chiffre.

    Celui qui le lit l’interprète comme il veut.

    Confraternellement.

    Luc.

  5. EO RENARD dit :

    Un seul commentaire de ma part pour les étudiants d’UNEO. Faites ce que vous avez à faire et souvenez vous de votre engagement en 2006 et 2007 où étaient les caciques du POF.

    Pour ma part je soutiens et soutiendrais toujours les étudiants et ne vous laissez pas manipuler par des personnes qui font référence à leur expérience sutout quant on voit le résultat. Vous aurez en tout cas tout mon soutien et n’onbliez pas cet phrase de Benjamin Franklin: L’expérience est une école où les leçons coûtent cher, mais les sots ne s’instruisent que là.

  6. Luc Thoby D.O. mrof n° 393 dit :

    Bonjour, Monsieur Renard,

    pouvez-vous, s’il vous plaît, répondre à ma question que je vous ai posée 2 fois sur la démographie et le nombre de nouveaux professionnels souhaitable par année ?

    Autre question subsidiaire : comment voyez-vous l’évolution du nombre de professionnels et comment pensez-vous adapter votre école à ce futur proche ?

    Pour ce qui est des étudiants, je suis aussi avec eux. Je les reçois en stage à mon cabinet, je suis disponible pour les plus motivés et un de mes enfants va commencer son full-time.

    Merci par avance de vos réponses.

    Confraternellement.

    Luc.

  7. Thierry Cajgfinger dit :

    Profitant du positionnement de Mr Renard, je reste persuadé que le SNESO aurait pu également être convié officiellement à cette réunion des « professionnels ».
    Parce qu’effectivement, le type de question que pose Luc Thoby mériterait des réponses, mais qu’également des solutions auraient pu être proposées ou envisagées par ce regroupement de formations.
    En considérant bien entendu que tout comme l’UNEO, le SNESO ne représente qu’une partie de la masse concernée.
    Il faut bien une amorce.

    J’ajouterai pour essayer d’être neutre, à défaut d’impartial, que pour moi l’UNEO a eu tort de refuser une obligation de réserve à partir du moment où celle-ci s’appliquerait uniformément à tous.

    Cela ne signifierait pas pour autant une interdiction de communiquer mais empêcherait, entre autres et surement, que chacun en profite pour qualifier le mécréant de « sot » ou d’ostéopathes bien-pensants :)

    Et puis quelque part, lorsque le constate un SNOF qui met en avant une conspiration contre lui (on se demande bien pourquoi ?), reprochant également le cavalier seul du SFDO pour la FFO mais agit de même en procédure, un ROF qui s’auto-proclame gérant de la déontologie en préambule d’ordre du jour, etc….on ne peut paradoxalement reprocher à l’UNEO de ne pas être mature, vous ne croyez pas ?

    • Matthieu PETIT dit :

      Si…

      Sur le fond nous sommes tous ici d’accord…

      Pourquoi n’y arrivent-ils pas?

      • Sébastien Breuil dit :

        1-Peut-être car nous ne sommes pas ici représentatif de la majorité des ostéos.
        2-Que ceux qui ne sont pas de notre avis, ne s’expriment peut-être pas…
        3-certainement aussi que bcp d’ostéos, sont plus préoccupés par faire tourner leur cabinets que nos échanges informatiques ou que les gué guerres d’ASP et d’écoles

  8. EO RENARD dit :

    pouvez-vous, s’il vous plaît, répondre à ma question que je vous ai posée 2 fois sur la démographie et le nombre de nouveaux professionnels souhaitable par année ? Pascal JAVERLIAT est mieux à même de vous répondre sur ce point étant donné qu’il a établi avec Marianne MONTMARTIN un état des lieux exhaustif de l’existant et des besoins

    Autre question subsidiaire : comment voyez-vous l’évolution du nombre de professionnels et comment pensez-vous adapter votre école à ce futur proche

    Le CEESO ne fait partie des écoles qui rentre en 1ère année 100, 120 ou 200 étudiants et ce depuis son existence (20ans); En effet, toute pédagogie nécessite un plateau technique et pédagogique qui n’est certainement pas extensible. D’autre part, le CEESO est la seule école d’ostéopathie qui lors de ses journées portes ouvertes précise que la situation est préoccupante pour un avenir confortable et nous les décourageons à se lancer dans des études longues, difficiles et couteuses.

  9. EO RENARD dit :

    L’eostéopathie française est en crise et le plus grand danger ce ne sont pas les professionnels de santé mais les ostéopathes eux-mêmes. Cette crise va indicutablement générer de gros soucis pour les écoles d’ostéopathie mais tout autant vis à vis d’associations qui ne font que palabrer pour ne rien dire et surtout pour ne rien faire et qui prétendent à elles seules détenir la vérité. Je n’accorde plus aucune confiance tant dans les écoles d’ostéopathie que dans les associations professionnelles après 20 ans de tentatives qui ont systématiquement avortées. Quand les ostéopathes réaliseront qu’ils risquent de tout perdre par la position des ASP et qu’ils doivent reprendre en main leur destiné et bien peut être que les choses pourront éventuellement s’éclaircir. mais de mon côté je suis franchement très pessimiste…

  10. Luc Thoby D.O. mrof n° 393 dit :

    Merci pour vos réponses.

    Reprendre notre destinée en main, c’est ce que nous faisons en partie à travers nos échanges sur ce blog qui nous permettra d’émettre des propositions concrètes pour la profession à évaluer à l’aune de la réalité politique, sociétale,…….

    Attention à ne pas diaboliser nos représentants d’ ASP, car nous avons besoin de courroie de transmission ( qui a dit  » méninges  » ), mais soyons exigeants, l’ Ostéopathie le mérite.

    Nous pouvons avoir besoin d’organisaaion rationnelle pour agir.

    Agissez au sein du SNESO, Monsieur Renard, pour faire avancer la profession.

    Par exemple, que chaque école publie au 1° janvier ses effectifs.

    Je ferai suivre d’autres idées qui seront à débattre.

    Confraternellement.

    Luc;

    P.S. : ceux qui me connaissent ne seront pas étonnés de lire que je suis en retard dans mes consultations !!!! mais, bon, passion, quand tu nous tiens.

  11. EO RENARD dit :

    Le CEESO a démissionné du SNESO essentiellement pour la raison évoquée ci dessus et le fait que le SNESO reproche au CEESO de décourager des postulants à faire ostéopathie. En effet selon les écoles membres du SNESO tout va bien et l’avenir des futurs professionnels est assuré. Le CEESO est le seul établissement qui soutient l’action d’UNEO alors que les autres leurs interdisent de s’exprimer voir les menacent.
    Mais je suis d’accord avec vous Mr Thoby. Quant les écoles auront le courage d’afficher correctement leurs effectifs il sera peut être plus facile alors d’avoir une vision objective et honnete. ce n’est pas la cas à ce jour

  12. Duflos Guillaume dit :

    Très intéressant le dernier poste. Quelles sont les écoles qui sont encore au sein du SNESO?

  13. sebastien Demarcq dit :

    Si je comprends bien la FFO est morte née. Rien ne changera même après le 22 avril.

    l’osteopathie par les professionnels de santé sera certainement la dernière debout dans les 4 ans: Régulation des professionnelles, accès au dossier médical partage, universification des études, déontologie, possibilité d exercer dans les maison médicales…..;
    Tels sont les projets qui sont déjà en cours.

    ils gagneront aussi par la division des plus nombreux: les deals; formation hétéroclite, …….

    attendons le 22 avril mais à moins d’un miracle……..

    ;-)

  14. Luc Thoby D.O.mrof n° 393 dit :

    Bonsoir, Sébastien,

    Pourquoi dis-tu que la FFO est morte née ? Nous pouvons tous adhérer à la FFO.

    Moi qui suis DEMK et non MKDE ( c’est à dire que je suis diplômé en kinésithérapie, mais que j’exerce l’ Ostéopathie de manière exclusive ou unique ), je ne sais pas si seuls les professionnels de santé seront les seuls à rester debout, mais je ne le souhaite pas.

    Et cela pour la qualité de l’ Ostéopathie pratiquée, ce qui ne veut pas dire que tous les ostéopathes exclusifs ont un niveau de formation irréprochable ( et ce qui ne veut pas dire que nous ne devons pas tous continuer à nous former toute notre vie professionnelle ).

    N’oublions pas la définition de l’ Ostéopathie de Jean-Pierre Barral :  » un Ostéopathe est un professionnel qui gagne sa vie en pratiquant l’Ostéopathie « .

    Bien à vous tous et à l’ Ostéopathie.

    Confraternellement.

    Luc.

    • sebastien Demarcq dit :

      bonjour Luc, moi aussi je suis un ODK ostéopathe diplôme en kinésithérapie ( titre d’après la loi car l’osteopathie n’est pas un diplome) . je ne pratique que l’ostéopathie mais je ne renie pas mes origines comme l’on fait intégralité des présidents D’ASP . Je n’ai pas la mémoire courte. Et je n’ai pas l’habitude de dénigrer un profession que j’ai pratique avec passion et plaisir. je n’ai jamais eu honte de ma pratique. Je suis passe à autre chose et je maintient des liens courtois avec tous les professionnels y compris les professionnels de sante.

      Quand je dis que la FFO est morte né c’est d’après le fax qui est sur le site de JLB : » Les Asp sont contre la FFO , seul le sfdo est pour » , je ne vois pas comment ‘avec une telle divergence de point de vue, elle puisse voir le jour
      Enfin c’est juste mon avis.

      • Bruno Vinatier dit :

        La réponse à ton questionnement est très simple.:tout Ostéopathe exclusif est libre d’adhérer en tant que personne physique à la FFO,c’est la prise de conscience individuelle qui permettra à cette entité d’être le trait d’union entre tous.
        Maintenant il est temps que chacun dans son cabinet ,sa ville ,son département commence à réagir,si l’union ne se fait pas par le haut :elle se fera par la base.
        Il semble que l’ostéopathie fonctionne comme une société tribale où chacun des petits roitelets ne veut céder une once de pouvoir ,il semble que de gros enjeux financiers motivent certains et que les chimères du pouvoir guident les autres.
        Il faut dire stop à tout ce gâchis et commencer à réagir pour sauver notre avenir.
        Je remercie Philippe Sterlingot de ne pas avoir cautionner cet ersatz de mesures donnant bonne conscience à des dirigeants qui se servent du blanc seing donné par les adhérents pour continuer à ne rien faire.
        Si nous ne réagissons pas maintenant pour donner vie à la FFO,il va falloir trouver autre chose,la survie de l’ostéopathie exclusive est en jeu,ne laissons pas » les faux semblants » guider notre avenir.

  15. Romain Dargere dit :

    Morte née ? Ou pas !
    Je pense que les osteopathes en manque de renouveau dans un systeme qui nous montre ses limites depuis maintenant quelques temps, peuvent etre les acteurs de cette FFO.
    Au rythme d’une rencontre tout les 2 mois, comment un projet ambitieux peut-il être mis sur pieds avec cet esprit de renouveau.
    Les ASP ayant refuse la FFO en bloc, alors que ce projet : identitairement fort et clair, deja sur pieds, attendant d’etre mis sur pieds et d’etre piloter par un regroupement d’associations, vont-elles justifier ce refus d’avancer main dans la main ?
    Les osteopathes de tous horizons vont-ils prendre conscience de ce rendez-vous manqué ?

  16. EO RENARD dit :

    Je dirais aux jeunes professionnels ainsi qu’aux étudiants en ostéopathie – Arrétez de vous faire confisquer votre avenir par ceux la même qui n’en ont plus

  17. Thierry Cajgfinger dit :

    Cette réunion a peut-être quelque part a rendu service à la FFO qui pourra sans doute proposer quelque chose de plus concret à la fois ouvert et rigoureux, laissé à la libre appréciation de chacun des ostéopathes et des cellules de formations.

    Je ne serai pas étonné si le Président du SFDO proposait à ses membres de la rejoindre en bloc devant tant d’adversité !

  18. La solution est là ! Tous les Ostéopathes doivent adhérer à la FFO, donnant ainsi chacun l’exemple à ceux qui « dirigent » les ASP !

    M STERLINGOT est critiqué d’avance pour cette entreprise mais il fallait bien que quelqu’un lance la machine.

    Adhérons en masse à la FFO, lorsque nous serons 2000 (même plus), qu’un président non dirigeant d’ASP sera en place et que la FFO tournera, alors peut être que les présidents d’ASP feront appel au bon sens !

  19. Sébastien Breuil dit :

    Ce serait pas mal que nos dirigeant arrêtent de nous faire le coup de l’appartement témoin.

    On nous promet monts et merveilles à chaque réunions.
    Il n’en ressort que d’éventuelle hypothèses, qu’un jour peut-être, quand tout le monde sera d’accord, on commencera peut-être à réfléchir, sur une éventuelle ligne directrice d’action, mais en attendant, il ne faut pas précipiter les choses.

    Attendons tranquillement, peut-être que dans deux mois, de nouveaux éléments capitaux seront apparus et permettront à tous de travailler ensemble.

    Pour des ostéopathes on est pathétique. On s’acharne sur les conséquences alors que les lésions primaires sont visibles à chaque réunions !

  20. Bruno Vinatier dit :

    Il me semble que les origines de la FFO peuvent créer la méfiance de certains ,en effet c’est bien le président du SFDO qui a initié ce grand projet d’union,mais il fallait qu’un homme fût à la hauteur de sa fonction,ce fût lui.
    Mais si nous donnons corps à cette union elle deviendra ce que nous en ferons.
    Si le SFDO en est adhérent en tant que personne morale,plus nous serons nombreux et plus cette « coordination » prendra la direction qui nous conviendra sans être lié au SFDO qui n’ en sera qu’un membre.
    La FFO est l’outil des Ostéopathes de terrain,utilisons là,modifions là: ADHERONS en masse.
    Monsieur Sterlingot passons à l’étape suivante,donnons naissance à cette fédération:créez la première assemblée générale qui donnera vie à l’union.

  21. Romain Dargere dit :

    Petite precision : ce projet etait un travail initie par le ROF et le SFDO.
    Mais c’est bien l’enjeu du moment, que ce projet soit lance, amende par ses membres.
    Il est dommage que les ASP n aient pas compris que ce projet etait modifiable a souhait…
    Quelle est la raison de leur refus a une contribution ?

    • sebastien Demarcq dit :

      Mais ma petite expérience dans le syndicalisme me permet de dire que quand une asp a une idée d’union et qu’elles ne sont pas toutes d’accord. La création sera torpillée par une asp qui se sentira lésée . Tout simplement continuer pour exister.
      il n’y a qu’a voir la fonte des effectifs des syndicats de kine après la création de l’ordre .

      A méditer

    • Bruno Vinatier dit :

      Oui c’est exact,ce projet est le fruit de la collaboration de P. Sterlingot et Marianne Montmartin,je m’excuse auprès d’elle de ne pas l’avoir citée.

      • Grégory Landurier dit :

        Plus que le projet de 2 personnes, c’est maintenant avant tout le projet de toute une profession… Toutes les personnes qui prennent position ici en sont les preuves. Ce n’est pas parce que presque tous s’entendent dans l’immobilisme du POF que les ostéopathes membres de ces associations le désirent… L’avenir est entre nos mains, ne gâchons pas une chance de faire bouger notre profession grâce à la FFO.

  22. Pierre RENAUDEAU dit :

    Quand je me permets de dire: Bougeons-nous!, je le fais d’abord, évidemment. J’ai donc démissionné du SNOF après avoir posé par courrier en recommandé la question: Quand adhérons-nous à la FFO? J’attends encore la réponse… J’ai déposé une demande d’adhésion au SFDO, pour faire ensuite partie de la FFO. Voilà!

  23. Luc Thoby D.O.mrof n° 393 dit :

    Oui à la FFO.

    J’y adhérerai dès que cela sera possible.

    Mais attention à la forme.

    Attention à ce que les membres du CA fassent l’unanimité par leur engagement et leur propension à rassembler. Faisons appel à des Sages.

    Pourquoi ne pas proposer à Robert Perroneaud-Ferré d’en être le premier président ( j’ai adressé un email en ce sens au contact de la FFO il y a 15 jours auquel on m’a répondu qu’il fallait qu’il le souhaite ).

    Longue vie à la FFO structure modifiable au fur et mesure que les ASP voudront y prendre part, poussées par leurs bases en rappelant que chaque ostéopathe peut y adhérer individuellement.

    Le pouvoir n’est pas où on le croit. Il est lié à nos cotisations et à nos votes. Ne nous laissons pas confisquer ce pouvoir, mais partageons le.

    Confraternellement.

    Luc.

  24. Thierry Cajgfinger dit :

    …et pourquoi pas un Conseil des Sages comprenant des membres à la notoriété reconnue par tous comme effectivement Mr Perroneaud Ferré, Raymond Solano, Mr Hiriard, etc…
    Ces membres pourraient être élus et/ou nommés par toutes les parties prenantes et serviraient de Conseil d’Arbitrage ?

    …en parallèle, il est aussi indéniable que quelque soit les qualités de Mr Sterlingot dans ce projet fédératif, en toute impartialité, il ne peut et ne doit en avoir les rênes de façon directe ou indirecte soit immédiatement soit dans un terme fixé.

    On ne peut balayer de fait que les ASP présentes au sein de la plateforme ont toutes émises un avis contraire à cette entité pour des raisons avouables ou non avouables.

    Le plus difficile n’étant pas de convaincre les adhérents des ASP mais ceux qui n’ont jamais jugé utile de le faire.

    Ce Conseil des Sages pourrait être ainsi le garant d’un respect et d’une justesse, pour ne pas dire justice, certaine, un Conseil Constitutionnel à la mode F.F.O en quelque sorte.

Laisser un commentaire