Le poids économique de l’ostéopathie en France en 2010

2 avril 2011 par pascal Laisser une réponse »

La réglementation a autorisé cinq catégories de professionnels à user du titre d’ostéopathe. Au 1er janvier 2011, la démographie s’élève à 14351 professionnels, soit environ 1 ostéopathe pour 4500 habitants. En février 2011, il existe 59 organismes de formation à l’ostéopathie accueillant plus de 11 000 personnes, soit près de 80% du nombre d’ostéopathes en exercice.

En 2010, les activités de la formation initiale à l’ostéopathie, celle des ostéopathes en exercice et celle de la formation professionnelle continue sont estimées à 513 millions d’euro. Les recettes fiscales et sociales pour l’Etat sont estimées à 114 millions d’euro.

L’engouement pour cette profession a certainement atteint son paroxysme. Comme toute bulle financière, elle peut au mieux se dégonfler ; au pire exploser. Ce secteur d’activité, pour trouver un équilibre, alors que son nombre de professionnels va augmenter de 80% d’ici 5ans (durée moyenne des études) devra augmenter sa pénétration  du marché en apportant des preuves d’excellence ou voir ses revenus diminuer.

De son côté, l’Etat devra jouer son rôle pour accompagner l’amélioration des standards de formation et garantir la sécurité des soins.

Découvrez le détail de l’étude, secteur d’activité par secteur d’activité : Le poids économique de l’ostéopathie en France en 2010

Publicité

15 commentaires

  1. Mikhael dit :

    Merci Pascal et bravo pour ce travail colossal !

  2. sebastien Demarcq dit :

    Avec des chiffres pareils je comprends pourquoi l’état laisse augmenter le nombre d’écoles et de praticiens. c’est pour lui 100% benef . Aucun investissement, gros rapport. c’est mieux que le Loto .
    Et ça ne fera que continuer .
    Par contre je trouve les chiffres concernant la kine osteo très optimistes .

  3. Thierry Cajgfinger dit :

    Un travail intéressant, merci.

  4. VARGUES Bernard dit :

    Félicitations pour ce travail trés complet qui ne fait que confirmer une fois de plus que le coeur du problème reste la pléthore de formations qui aura 3 effets à moyen ou long terme:
    - mettre en péril la perennité des cabinets d’Ostéopathes actuels
    - mettre sur le marché du travail de nouveaux thérapeutes qui feront face à de grandes difficultés d’exercice aprés avoir fait de gros efforts financiers de formation
    - déprécier auprés des patients l’Osteopathie et son concept au regard de la diversité des formations et du risque de négligence de rigueur déontologique qu’impose cette profession.
    Ceci nous amène à interpeller encore une fois toutes nos instances syndicales, « ordinale » ou associatives à faire preuve de bon sens et de responsabilité pour se retrouver TOUS sur 2 principes fondateurs et rassembleurs:
    1/ 1 seule profession exerçant l’Osteopathie: OSTEOPATHE EXCLUSIF
    2/ Un Organisme de Regulation travaillant en collaboration avec le Ministère de tutelle de la profession et permettant de réguler les flux des formations et des professionnels.

  5. Xavier Elos dit :

    Il est toujours intéressant de faire une veille comparative.
    Le métier d’avocat et dans le même genre de situation depuis des années: beaucoup de titulaires du titre mais pas toujours une employabilité à la clef. Malgré les demandes de régulation, l’état ne fait rien pour eux.
    Les avocats ont su occuper/ créer des niches d’exercice.
    L’ostéopathie ne sera probablement pas davantage régulée par un pouvoir central.
    Ainsi l’activité va muter car les formés qui se trouveront en difficulté ne resteront pas inertes et passifs.
    Soit ces mutations se font avec conscience et préparation, par exemple dans les établissements de formation, soit on regarde, passif, une forme de néo darwinisme se mettre en oeuvre et transformer l’ostéopathie actuelle…

  6. Franck Mouette dit :

    bonjour, un problème technique empeche de pouvoir ouvrir le lien qui regroupe votre étude intéressante sur le poids économique de l’ostéopathie en france en 2010 pouvez vous me renseigner, merci

  7. Pierrick Leneutre dit :

    Bonjour,

    Vraiment très intéressant comme article, cela nous ouvre encore un peu plus les yeux. Et merci pour un travail aussi lourd.

    Par contre étant étudiant au Cido de Saint-Etienne je peux vous affirmer que les chiffres concernant le nombre d’étudiants dans les promotions du Cido sont faux…

    • pascal dit :

      Merci pour cette information. Le plus utile à tous serait que vous nous indiquiez les chiffres que vous avez car l’information que j’ai provient également d’un étudiant du CIDO.

  8. sebastien Demarcq dit :

    comme je l’ai écrit précédemment, il y a encore deux écoles loi 1901 qui doivent être tenues par des passionnés de l’ostéopathie.
    ca fait plaisir de transmettre le savoir sans but lucratif;
    j’espere qu’elles survivront au tsunami des écoles .

    je dois finalement être trop idéaliste dans notre société de consommation ;)

  9. Matthieu PETIT dit :

    Bonsoir,

    Le fichier .pdf du lien est « lourd » (2,8Mo): si vous cliquez sur le lien, et qu’il s’ouvre dans votre navigateur, et si votre connexion est un peu lente, cela peut être long… Je vous conseille donc de faire un clic droit sur le lien, et de cliquer « enregistrer la cible du lien sous ». Ainsi le document .pdf se trouvera à la destination de votre choix (par défaut le dossier de téléchargements habituel).

    En espérant avoir aidé!

    Merci à Monsieur Javerliat pour ce travail!

    Amicalement.

  10. sebastien Demarcq dit :

    concernant l’economie dans le monde osteopathique .
    Je me pose une question quant à la santé financière de certaines ASP représentatives . Moins de congres , moins de réunion régionales. Une Aspt ne veut pas se lancer dans des procédures judiciaires couteuses contre ceux qui abusent du titre d’ostéopathe.

    Est ce une impression ?

  11. Luc Thoby dit :

    Bravo pour cet excellent travail qui va pousser toutes nos associations à communiquer de façon éclairante pour leurs adhérents et donc les éclairer sur la situation préoccupante de notre profession.

    Trois solutions :

    . On attend que l’ Etat prenne ses responsabilités.

    . On attend que les CA de nos ASP écoutent leurs adhérents demandeurs d’Union réelle.

    .  » On se prend en main « .

    Confraternellement.

    Luc.

    • sebastien Demarcq dit :

      Luc , je suis allé a deux réunions d’asp et elles sont impuissantes devant le dictat des écoles du fait de leur puissance financière.
      Elles disent ( sous mots couverts) qu’elles ont besoin de monde car elles souffrent financièrement. c’était presque supplicatif devant les jeunes pour adhérer( car ils leur faut de l’argent pour agir)
      Je serais curieux de connaitre la véracité de leurs effectifs car je pense qu’il y a une fuite d’adhérents depuis 2007. Leurs cibles sont les jeunes car les anciens arrêtent d’adhérer.

      • Luc Thoby dit :

        Je crois que ce que tu dis est exact, Sébastien.

        Si bien que les décisions et prises de position des ASP se font malheureusement essentiellement pour éviter de perdre des adhérents ou pour en capter de nouveaux ( souvent jeunes ), le but du jeu étant d’en gagner plus que d’en perdre !!!

        Et il est vrai que les anciens désertent, car ils ont la mémoirte longue et certaines ASP peuvent donc de moins en moins leur raconter d’ histoires.

        Le diktat des écoles n’est possible qu’à cause de la désunion de la profession ( par exemple, les chiros sont unis et ont deux sites de formation en France à Paris et Toulouse ).

        L’Union de la représentativité de notre profession est le passage obligé, à moins d’attendre indéfiniment l’engagement raisonnable de l’ Etat.

Laisser un commentaire