Les effets pervers de la désunion commencent à se faire sentir

6 juin 2011 par pascal Laisser une réponse »

Le magazine 60 millions de consommateurs vient de publier un numéro hors-série « vaincre le mal de dos » (voir ici). Sa ligne éditoriale a toujours été conformiste, comme on peut le constater une nouvelle fois :

  • « Les médecins ont l’avantage de pouvoir maîtriser la chaine thérapeutique du début à la fin ».
  • « deux approches sont possibles pour les patients. La première est de consulter un médecin compétent pour déterminer si leur mal de dos est une indication ou non au traitement manuel. La seconde est de s’adresser d’emblée à un « non médecin », pour voir ce que cela donne ».

C’est cependant la première fois que les ostéopathes exclusifs sont épinglés de la sorte. A titre d’exemple :

  • « La spécificité de ces ostéopathes « ostéopathes » est de valoriser les techniques non manipulatives dans leur offre de soins, en particulier les massages du crâne et du ventre (quel que soit le nom dont ils affublent leurs techniques) ». (sic)
  • « A la différences des ostéopathes, les chiropracteurs ne soignent que le mal de dos, et ils ont surtout recours aux manipulations ».
  • « Il existe des différences importantes entre ces praticiens, d’autant que le mot « ostéopathie » ne signifie pas grand chose ».

Certains ostéopathes justifieront ce parti pris par le « complot » du lobby médical. Cela permet de se dédouaner à bon compte de toute responsabilité. La réalité est beaucoup plus terre à terre. Comment les journalistes et les patients peuvent-ils s’y retrouver dans la communication de ceux qui sont censés les informer, à savoir les associations professionnelles et/ou les établissements de formation?

Le magazine l’Etudiant » effectue depuis quelques mois, un gros travail de pédagogie pour informer les personnes intéressées par les études d’ostéopathie. Plusieurs articles ont été publiés, notamment un « banc d’essai des écoles d’ostéopathie : toutes ne se valent pas » (voir ici) Les journalistes se sont appuyés sur l’expertise d’un président de syndicat. Plutôt que de se réjouir d’une telle démarche, les autres présidents d’association socioprofessionnelles n’ont rien trouvé de mieux que d’adresser une lettre de reproches au magazine et de la publier sur leur site (voir ici). Les présidents signataires remettent en cause l’impartialité des journalistes « Il nous apparaît donc particulièrement important de veiller à ce que tout travail d’évaluation se fasse  dans l’impartialité et l’objectivité la plus totale, et à ce qu’il n’existe aucun conflit d’intérêts entre l’expert et les parties jugées ».  Il s’appuie sur le fait que l’association consultée serait partiale car « directement impliqués dans des actions juridiques contre des établissements d’enseignement qu’ils jugent sur votre site et d’autre part, en lien étroit avec un petit groupe d’unités d’enseignement ». Cela pourrait faire sourire si ce n’était pitoyable, puisque trois des associations signataires mènent elles-mêmes des actions juridiques similaires contre les agréments de certains établissements de formation et qu’une tire la quasi totalité de ses adhérents d’un seul et même établissement de formation.

Comment les journalistes et les patients peuvent s’y retrouver lorsqu’un directeur d’école agréée met en ligne sur son site une vidéo dans laquelle il explique que « on a des techniques douces et nous ce qu’on cherche, c’est enlever l’image du mot ostéopathie parce quand on dit ostéopathie, on pense à l’os et on pense au cracking mais aujourd’hui c’est fini » et que préalablement, on a laissé dire à une étudiante « les gens qui ont mal au dos, dans la médecine, ils ne proposent pas grand chose » (voir ici).  Dès lors, il n’est pas étonnant de lire que l’ostéopathe ne fait pas de manipulations et que l’ostéopathie glisse peu à peu vers le bien être. Il faut dire qu’il est plus simple de former des étudiants au bien être et aux techniques non manipulatives puisque cela demande moins de dextérité et moins de connaissances médicales puisque certaines techniques ne présentent aucune contre indications.

Il devient  impérieux que les conflits d’égo cessent chez nos représentants et qu’ils communiquent d’une voix sur notre profession, sinon seules les démarches marketing deviendront audibles, avec les travers qu’on commence à constater.

Publicité

39 commentaires

  1. PETIT Matthieu dit :

    Bonjour Pascal,

    Voilà une analyse que je partage complètement! Le barque coule et écoper ne sert plus à rien… claque après claque, l’Ostéopathie à les joues qui rougissent!

    « [...] et qu’il communiquent d’une » SEULE et UNIQUE « sur notre profession [...] » qui rappelons-le est l’Ostéopathie! Celle de Still! Et pas celle de tel ou tel syndicat, de telle ou telle école…

    Ô! Désespoir! …

  2. Bonjour Pascal,
    Sur le fond je partage ton point de vue sur la nécessité de communiquer sur ce que nous sommes. Sur la forme je suis étonné car il y a beaucoup de sous-entendus dans ton article. Il y a une prise de position forte en faveur d’un « camp » en jouant sur les « gentils et les méchants » en reportant les causes de nos problèmes sur nos différences. Ce n’est pas à mon sens en agissant de la sorte qu’on arrivera à parler d’une même voix. Ce genre de propos ne fait au contraire que cristaliser les positions en renvoyant les acteurs dos à dos.
    Je sais très bien pour fréquenter le milieu du journalisme comment se passent ce genre de dossiers de com. Les journalistes ne sont pas des experts et ils vont au plus offrant.
    C’est le patient qui doit se trouver au coeur du débat, pas l’article ou le courrier fait par untel ou untel. Ca n’est pas par le lobbyisme que l’action se fera (ou alors elle se fera mal) mais par le pouvoir de nos patients pour lesquels nous apportons une solution à leurs problèmes. Ils ont un pouvoir décisionnel qui est au delà de toute imagination.
    Crier au loup et jeter l’opprobre sur nos confrères est loin de nous servir. Elle ne fait que jouer le jeux de nos véritables bourreaux.
    Il ne faut pas oublier que les différences entre Still et Littlejohn ont aussi permi de faire avancer les choses.

    Espoir!…

  3. Bolet dit :

    Bravo Pascal,

    Je partage ton analyse, ces divisions nous fragilisent sur tous les plans. Vraiment maturité et ostéopathie ne riment pas. Le découragement vis à vis du politique ostéopathique devient perceptible chez les praticiens. Nous sommes à un an des présidentielles et nous devrions être en mesure d’interpeller chaque candidat afin de leur soumettre des solutions pour notre profession. Utopie !! Nous sommes encore dans la cour de récréation.
    P Bolet

  4. Robert Sarzeaud dit :

    Bonjour

    Oui notre force, ce sont nos résutats. Et ce sont nos patients qui peuvent les porter (mieux que nous avec nos divisions): à quand une association des usagers de l’ostéopathie?

  5. Christophe ROBERT dit :

    Pour information :
    La FFO réunie en son sein, des professionnels ostéopathes exclusifs, des étudiants, des chercheurs et des patients. Elle est accessible a titre individuel ou via une association qui elle meme y adhère.

    • sebastien Demarcq dit :

      La FFO ne devrait elle pas aussi accepter les professionnels de santé. Pour que cette guerre entre qui est qui ou qui est quoi prenne fin.
      il y a déjà moulte division entre les composantes de l’osteopathie : FFO, GFIO,…….
      N’est il pas temps de faire la paix entre les ostéopathes et ne plus chercher la discrimination entre les numéro adeli, les formations en 3 , 4 , 5 , 6 ans et les temps partiel.
      Sinon , il ne faudra pas s’étonner, qu’un jour les professionnel de santé arrivent à s’accaparer le titre d’ostéopathe du fait de leur représentativité dans les cercles politiques et ministériels.
      N’oublions pas que l’ostéopathie a moins de 10 ans d’exercice légal.

  6. Porto éric dit :

    Tant que les ostéo exclusifs et les ostéo pro de santé ne seront pas unis……………………rien ne changera. La FFO ne changera rien car excluant les non exclusifs, les ASP ostéo n’arrivent m^me pas à se mettre d’accord entre elles.L’essence m^me de l’ostéopathie est la globalité…..à méditer.

  7. Christophe ROBERT dit :

    Si l’essence meme de l’osteopathie est la globalité pourquoi ne pas tendre vers le fait que c’est un métier a part entière. Qui doit être pratiquer de façon exclusive ? La FFO ne rejeté pas les professionnels de santé… Elle accepte tous les ostéopathe (quelque soit leur origine) a condition d’être un praticien exclusif de l’osteopathie. Partant du principe que la qualité d’un soin ne peut être objectivement garantie que par une pratique exclusive.

    Pour information, les kinés osteo font actuellement une campagne publicitaire sur NRJ ventant le fait qu’il sont ostéopathe et professionnel de Santé et que c’est un avantage…

    Qui alimente la guerre…..?

    J’irai plus loin en posant une question aux kinés ostéo présent : les ostéopathe formations initiale ne sont il pas eux aussi des professionnels de santé (de façon officieuse bien entendu, liée a une écriture administrative) mais sur le terrain, ne le sont ils pas ?

    Accepteriez vous de le reconnaitre ?

    J’anticipe les : « oui, mais il y a des formations trop hétérogènes… »
    Par la comparaison avec les formations temps partiel qui le sont aussi. Beaucoup l’enseigne que le musculo-squelettique…

    Je peux paraitre provocateur, mais mon idée est de tenter d’ouvrir d’autres Angles de vision.

    Une idée….. Quelle est la passerelle pour un ostéopathe qui voudrait avoir le DE de kiné ? Apres tout, ce n’est pas impossible ?
    Y verriez vous un Probleme ?

    • sebastien Demarcq dit :

      oui, pourquoi pas après passage d’un vrai examen national (et des stages hospitaliers) . alors peut etre …
      Et pas avec un diplôme acheté comme actuellement

    • carre dit :

      Il est fort dommage de lire ce genre d’article.Je suis un futur osteo prof santé , je lis tout ça et me dis que cela ne sert à rien du tout ,toutes ces polémiques à 1 euro. La seule chose qui puisse arrivée grace à vos querelles d’Eglises c’est que l’Etat prenne tous les osteopathes (exclusifs ou prof de santé ) pour des guignols et qu’ils vont trancher sans l’avis de qui que ce soit. Et là sortez vos mouchoirs. Je vous remercie d’avance du bel avenir professionnel que vous allez m’apporter.

  8. Matthieu PETIT dit :

    Bonjour à toutes et tous!

    Une question me vient à l’esprit en vous lisant : Qu’est-ce que « la pratique exclusive »… Peut-on dire d’un ostéopathe qui est enseignant/formateur à mi-temps qu’il est exclusif? Peut-on dire d’un jeune ostéopathe qui bosse à côté pour survivre qu’il est exclusif? Puis-je me considéré comme exclusif alors que je suis IPRP salarié à raison de 28h par semaine en service de médecine du travail? etc.

    Personnellement, je ne vois pas où est le problème à être kiné, médecin, … et ostéopathe à partir du moment où les pratiques sont distinctes, et que l’ostéopathie est exercée suivant les principes fondamentaux de notre profession. Est-il interdit d’être passionné par plusieurs emplois? Ne peut-on pas être bon dans sa pratique tout en ayant d’autres champs de compétences?

    Bonne journée à toutes et tous!

    • philippe margat dit :

      Bonjour à tous,
      pour faire une commentaire à Matthieu Petit, je suis tout à fait d’accord avec lui; étant kiné dans un département et ostéopathe exclusif dans un autre (je suis donc »00″) à 25 km entre les 2, je suis un pestiféré bien que je pense être honnête et devoir exercer du moins pour le moment les deux activités.

  9. pascal dit :

    « Personnellement, je ne vois pas où est le problème à être kiné, médecin, … et ostéopathe à partir du moment où les pratiques sont distinctes »

    Pour que les pratiques soient réellement distinctes, il faut qu’elles aient lieu dans des locaux réellement distincts et non au sein du même cabinet. Ce qui est rarement le cas pour les non exclusifs.

    • sebastien Demarcq dit :

      entièrement d’accord avec toi pascal

      • Pierre RENAUDEAU dit :

        Et puis j’ajouterais: Comment se justifier moralement auprès d’un patient pour avoir passé trois semaines et six séances de kinésithérapie sur une épaule et ne lui avoir proposé qu’ensuite une séance d’ostéopathie dont nous savons tous qu’elle est efficace beaucoup plus vite ? N’y a-t-il pas un gros problème déontologique dans ce type de démarche?

        • sebastien Demarcq dit :

          effectivement ,mais c’est plus un problème medico légal que de déontologique . La kine est obligée d’exécuter la prescription médicale .
          Mais pierre, aux vues des dernieres semaines , l’osteopathie exclusive ne peut pas s’imposé en chantre de la deontologie.
          il y encore du travail :-)

        • thierry dit :

          Monsieur Renaudeau,

          Afin d’éviter tout amalgame pernicieux, il serait certainement judicieux de ne plus laisser à penser que l’Ostéopathie est la Kinésithérapie et inversement, puis que l’une ne peut exister sans l’autre.

          L’Ostéopathie et la Kinésithérapie ont certes des domaines d’actions communes et une efficacité croisée mais si vous souhaitez bien différencier les deux, il est parfaitement inutile de les confondre, tout du moins dans le raisonnement qui parait pervers pour l’efficacité.

          Vous placerez ainsi la Déontologie des uns et des autres !

    • Thierry Cajgfinger dit :

      Et sur quels principes légaux cela est-il assis même si je suis d’accord ?
      Du moment que l’Art est respecté dans ses principes, je ne vois pas l’objection…
      Il est vrai que pour asseoir une profession ‘Ostéopathe » c’est plus simple pour éviter la confusion supposée.
      Cependant, avec une profession qui apparait comme controversée par la presse appuyée par une communication détestable des Corps de l’Ostéopathie, on ne peut plus s’étonner de rien….
      Ajoutés à la demande du SNOF nous fait passer pour des pitres !!

      On a décrié les double-compétences qui trichaient, les doubles compétences non exclusifs, le mélange de genres, le manque d’expertise des formations pléthoriques, le « viol » de la Chiropraxie, la sourde oreille du Ministére, les recours en CE, le conflit plateforme / FFO / SFDO……en résumé, on a mis en valeur principalement les éléments négatifs avec pour effets délétères de noyer le positif dans la masse..!!!

      Et aujourd’hui on pleure tout en sacrifiant ainsi le travail de ceux et celles qui travaillent sur le fond.

      Préparez vos mouchoirs…..! :(

    • philippe margat dit :

      pourtant même dans le cas de deux cabinets distincts, je ne connais pas d’organisation professionnelle ostéopathe qui veuille de moi…
      Il est clair qu’il faudrait revoir la notion d’ostéopathe exclusif non?

      • sebastien Demarcq dit :

        Ppar contre l’urssaf oui. vous avez due recevoir une cotisation maladie à 9,81% alors que les 00 sont à 6,5%
        Adieu le RSI pour la double activité même séparées.
        ou est la justice la aussi ?.

      • Bruno Vinatier dit :

        Faux: vous pouvez être membre associé pendant un certain temps,c’est à dire être membre d’un syndicat d’exclusifs tout en conservant votre activité de professionnel de santé pendant un ou deux ans pour certain comme au SFDO, ou sans date butoir comme dans d’autre (dit ASP historique) que je ne citerai pas mais qui ont dans leur registre des kiné toujours en activité depuis une éternité….mais ce sont surement des malentendus.(lol)

        • sebastien Demarcq dit :

          oui certes mais en tant que membres associes, on a ni le droit ,de vote ni le droit à la parole , ni fait d’être défendu. (j’en ai fait jadis l’expérience)
          On a seulement le droit de payer une cotisation entière. Donc c’est de l’arnaque

          A ce propos pour des associations loi 1901 : cette discrimination de ses membres est illégale.

          Je crois que le sfdo en devenant syndicat l’a compris

  10. Christophe ROBERT dit :

    Sébastien, votre réponse représente l’idée que se font les professionnels de santé vis a vis des ostéopathes post bac (formation temps complet).
    Si effectivement de nombreuses écoles sont peu scrupuleuses de leur enseignement et des conditions de délivrement des diplômes, un certain nombre respectent voir augmentent leur niveau. Votre discours est donc pour les étudiants qui y étudient légèrement insultant (meme si je suppose que ce n’est pas votre but). Il important de ne pas trop généraliser.
    Je vous rejoins sur le fait que je n’ai pas de Probleme vis a vis des médecins ou kinés qui pratique l’osteopathie a condition qu’ils distinguent les deux pratique, c’est dans ce sens que j’entend « pratique exclusive ».
    Cependant, il serait intéressant de garder un œil sur les formations temps partiel qui réduisent l’osteopathie au structurel.
    Il y a encore la un long débat qui s’ouvre, faudrait il encore que les personnes soient reconnue a leur juste formations…. Afin d’être respecté mutuellement.
    Attention, mon discours n’est pas catégorique et ferme, il est ouvert a la critique constructive.

    • sebastien Demarcq dit :

      bien sur que ce n’est pas mon but
      Mais de nombreuses ecoles donnent un niveau d’enseignement trop faible. Elles délivrent un diplôme avec une scolarité à 8000 euros et alors il n’y a jamais d’echec .
      Le seul moyen de mettre fin à ce système c’est d’organiser un examen national comme l’internat ou le bac .
      Pour la pratique exclusive je suis d’accord avec vous mais ce n’est pas le cas Pour aucune ASP.

      • abrial dit :

        Il me semble que les premieres écoles de temps plein et partiel(les historiques) acreditées dispenses une formation de bon niveau malgrés une scolarites à 8000 euros(pour les temps pleins).Si seulement les asp n’acceptaient que des professionnels issuent de ces formations un diplome national serait alors possible

  11. Guillaume Duflos dit :

    Voilà un petit papier sympa:

    http://storage.canalblog.com/47/70/123336/62090210.pdf

    Bonne lecture

  12. Guillaume Duflos dit :

    Pour ceux qui veulent aussi entendre un spot publicitaire extra: (le lien pour l’ecouter est sur ce forum)

    http://codi.xooit.fr/t1154-publicite-pour-l-ordre-des-kines.htm

    • PETIT Matthieu dit :

      Euh… c’est exactement (!) ce que je proposais de faire il y a quelques temps sur ce blog… Sauf que je souhaitais n’entendre qu’ « ostéopathe »…

      D’ailleurs dans mon commentaire je faisais le parallèle avec la médecine thermale…

  13. Christophe ROBERT dit :

    Merci Guillaume, c’est le spot dont je parlais…. J’ai tenté de le trouver en vain….. C’est chose faite.
    La machine de guerre des kiné est en route !!! Et ils y mettent les moyens.
    Je vous rappel que sur son site, la FFMKR déclare officiellement que l’osteopathie devrait être pratiquer uniquement par les kinés, médecins, infirmiers et sages femmes….

    Personne n’y voit d’objection ici ?

  14. sebastien Demarcq dit :

    juste une petite question : si les interdits des décrets étaient annulés pour les kine osteo : combien d’après vous , d’ostéopathes exclusifs reprendraient leurs titres de kines et s’inscriraient à l’ordre
    Je souhaiterai une réponse honnête.: Parce que ce serait peut être en cours de négociations
    Car au vue des post il semblerait qu’il y existe une querelle amoureuse entre kiné et ostéo ;-)

  15. Christophe ROBERT dit :

    Thierry, je ne soutiens pas plus l’action du SNOF, j’ai été clair plus haut. Mais là, objectivement, tu ne peux pas soutenir ce message.
    Il y est dis explicitement que « verifier que votre ostéopathe est kinésithérapeute est une garantie » ….
    Tu soutiens ?

    • Thierry Cajgfinger dit :

      Christophe,

      En ce qui me concerne, je ne peux être binaire pour te répondre,si la discussion était aussi simple, on y serait depuis longtemps….

      - Pour ce qui des écoles temps partiels mais également temps plein qui n’enseigneraient que le structurel…, je dirai ironiquement que grand bien leur fasse puisqu’ainsi il renforce la compétence des enseignements aux compétences élargies !!! D’une part, la concurrence entre ostéopathes sur le terrain fera le reste et lorsque cela se saura je ne doute pas que les futurs étudiants sauront quel établissement choisir pour ses qualités,….

      - Il y a fort heureusement des établissements qui relèvent le niveau, elles ne sont pas toutes malheureusement dans une démarche d’inscription au RNCP

      - Le SNOF, et au travers le peu d’adhérents qui le soutienne a une politique à l’emporte pièce qui à la fois le caractérise (il faut bien exister dans le POF) mais également dessert cette image respectable que l’on souhaiterait obtenir. Cependant puisque la PAC ne dit mot c’est donc qu’elle soutiendrait cette démarche, on pourrait donc considérer en haut lieu qu’il y a plusieurs mains qui tiennent le haut parleur, il est inutile ensuite de s’étonner que les portes se ferment à la discussion ??

      - En ce qui concerne l’action des kinésithérapeutes, je ne la soutiens pas mais je peux la comprendre, ils sont dans la même situation que nous face aux pouvoirs publics, viennent de perdre la réflexion sur l’ingéniérie et sont instables pour la Convention de Bologne et le LMD, ils ne font que vouloir marquer également leurs territoires….tout comme les ostéopathes exclusifs….

      - Pour la lutte jusqu’auboutiste en direction des double compétences, il y a tout de même pas mal de double langage de la part de certaines ASP d’exclusifs….
      Pour exemple, le ROF* , pour ne pas le citer, se pose en entité ordinale, je veux bien, mais incorpore en son comité d’éthique, un médecin ostéopathe ( de plus non exclusif si je ne me trompe pas). Sans préjuger des compétences de celui-ci qui sont remarquables, n’y a t’il pas ici une attitude opportuniste au delà des principes édités ?
      Mais l’exemple peut être fameux chez d’autres….

      L’avenir sera non seulement au consensus mais également aux compromis, la radicalisation ne ménera à rien de bon….

      Tout ceci n’étant bien évidemment qu’un avis personnel :)

      • PETIT Matthieu dit :

        Des fois je ne vous comprends pas avec la double compétence :
        - Un médecin généraliste et homéopathe, ça pose problème?
        - Un médecin généraliste et acupuncteur, ça pose problème?
        - Un ostéopathe et enseignant, ça pose problème?
        - Un ostéopathe et ergonome (moi), ça pose problème?
        - …

        Je vous rejoins quant à la manière d’exercer la double compétence en ce qui concerne l’ostéopathie. Mais je ne vois pas, et ne comprends pas, pourquoi un professionnel ne pourrait pas avoir 2 activités distinctes sans pour autant être étiqueter « craquologue-en-5-min-et-infiltration(ou lampe chauffante)-et-remboursement-SECU ». Heureusement qu’il ne sont pas tous comme ça…

    • Thierry Cajgfinger dit :

      J’oubliai effectivement un autre élément soulevé par ailleurs, quel sera la position des services de l’Etat quand les ostéopathes, qui auront réclamé et obtenu le titre de Chiropracteur, se verront demandé de la TVA,….puisque ce dernier y est assujetti….
      sachant que des recours de l’Etat à ce sujet sont toujours en cours envers les ostéopathes.
      Cette ASP n’est-elle pas en train de fournir ici un argument de poids à un débat juridique contradictoire ???

  16. eric porto dit :

    Pour Christophe Robert:Il y est dit explicitement que « vérifier que votre ostéopathe est kinésithérapeute est une garantie » ….
    Cette phrase est aussi ridicule que celle des exclusifs disant que leur exercice exclusif est une garantie. Une garantie de quoi d’ailleurs? expérience….études…..

  17. Sandrine Jolie dit :

    Il ne faut surtout pas négliger un mal de dos. Au simple coubarture ou douleur dorsale je vous conseillerai d’aller visiter un physiothérapeute physiotherapeute sans délai. On ne doit pas jouer avec nos muscles ou notre santé en général.

Laisser un commentaire