Quelle réponse des pouvoirs publics à l’engouement pour les médecines non conventionnelles ?

3 octobre 2012 par pascal Laisser une réponse »

Confrontés aux effets secondaires des traitements, au manque de temps des soignants ou à l’absence de remèdes efficaces aux maux du quotidien, les usagers des systèmes de santé des pays développés se tournent de façon croissante vers les médecines non conventionnelles (comme la médecine traditionnelle chinoise ou l’homéopathie), pourtant peu reconnues par la science ou la communauté médicale.

Le Centre d’Analyse Stratégique s’est saisi de cette question. Il propose:

  1. D’ouvrir une plateforme d’information recensant les connaissances actuelles sur les médecines non conventionnelles, les plantes médicinales et les praticiens du secteur.
  2. De développer des études bénéfice-risque et coût-efficacité afin de décider de la pertinence: d’interdire ou de dissuader le recours à certaines pratiques,  de promouvoir certaines méthodes via les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et, dans le cas où le rapport coût-efficacité serait favorable, d’envisager le remboursement des pratiques les plus efficientes.
  3. Afin de permettre aux patients de faire un choix éclairé, établir un label de thérapeute en pratiques non conventionnelles dont l’obtention serait conditionnée à la réussite d’un examen clinique et juridique.
  4. Labelliser les offres de formation en écoles privées.
  5. Proposer aux étudiants des filières médicales et paramédicales des modules facultatifs d’initiation aux médecines non conventionnelles pour qu’ils puissent informer leurs futurs patients sur les avantages et risques éventuels.
Le Centre d’analyse stratégique est une institution d’expertise et d’aide à la décision placée auprès du Premier ministre. Il a pour mission d’éclairer le Gouvernement dans la définition et la mise en œuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale ou technologique.
Lire le rapport complet ici
Publicité

Laisser un commentaire