Articles Taggés ‘agrément des écoles de formation à l’ostéopathie’

Agrément des écoles : du nouveau pour la rentrée 2012/2013

26 mai 2011

La Fédération française de l’ostéopathie (FFO) a été reçue le 25 mai 2011 par la sous direction des ressources humaines du système de santé (voir l’organigramme de la Direction générale de l’offre de soins – DGOS- ici .Cet entretien a porté sur la refonte de la procédure d’agrément des établissements de formation à l’ostéopathie. Les premiers agréments délivrés arrivant à échéance au mois d’août.

Rappelons en préambule que, bien que l’Etat délivrent des agréments, celui-ci ne considère pas qu’ « une formation égale une école ». En effet, dans une réponse faite aux présidents Blanc, Fancello et Sala, suite à leur refus de siéger à la commission nationale d’agrément (voir le communiqué commun du 3 mars ici ) il est indiqué que le nombre d’écoles «n’est pas égal à 63, contrairement à ce qui est indiqué dans votre communiqué. Aujourd’hui 24 établissements sont agréés pour délivrer une formation ouverte à tout public et 22 pour une formation réservée aux professionnels de santé. Six de ces établissements disposent par ailleurs d’un double agrément ». Chacun voit midi à sa porte… Dans ce même courrier, la DGOS informe ces présidents que «  les textes modifiant les conditions d’agrément des écoles » sont en préparation et qu’elle « souhaite vivement que [ces] syndicats participent de nouveau à ses travaux afin [qu’elle] puisse disposer d’un avis éclairé sur ces demandes [d’agrément].

Ceci a été confirmé hier à la FFO. La DGOS présentera très prochainement (courant juillet) un projet de décret aux membres de la Commission nationale d’agrément. Il portera sur les conditions d’agrément des établissements de formation. Les modifications porteraient notamment sur :

  • La qualité des locaux (superficie minimale par étudiant)
  • Un nombre de formateurs adapté au nombre d’étudiants
  • Une formation clinique en rapport avec le nombre d’étudiants
  • Un contrôle de l’Agence régionale de santé (ancienne DRASS)

Le calendrier prévoit la publication des textes réglementaires à l’automne afin que tous les établissements puissent déposer des demandes de renouvellement d’agrément au premier trimestre 2012. Cela laissera alors le temps à la Commission nationale d’agrément de siéger et au ministère de délivrer les nouveaux agréments pour la rentrée 2012/2013.

Reste toutefois en suspend la question du référentiel de formation et l’épineux problème du calcul des équivalences acquises durant les études des professionnels de santé. Un récent décret relatif aux études préparatoires et au diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute (voir ici),  complété d’un arrêté (voir ici), viennent de paraître au Journal officiel. Ils concernent « le parcours de stage » des étudiants. Cela devrait faciliter la détermination des acquis cliniques dans les domaines « musculo-squelettique, neuromusculaire, cardio-respiratoire et viscérale, gériatrique et pédiatrique ». Par ailleurs, les mesures de validation des stages cliniques introduites par ces textes, peuvent être source d’inspiration pour la formation à l’ostéopathie.

Plus d’info sur la réunion FFO/ministère ici

59+4=63

17 mai 2011

Quatre nouveaux établissements de formation à l’ostéopathie viennent d’être agréés par le ministre en charge de la santé. Ce sont :

Pour les non titulaires d’un diplôme d’une profession de santé:

  • L’Institut d’ostéopathie de Bordeaux (IOB)
  • L’Andrew Taylor Still Academy (ATSA) de Limonest
  • Le Conservatoire supérieur d’ostéopathie – Paris (CSO-Paris).

Pour les titulaires d’un diplôme d’une profession de santé:

  • Le Collège ostéopathique Sutherland (COS) de Strasbourg

Plus d’info ici puis ici (arrêté du 25 mai 2011 modifiant l’arrêté du 12 mai 2011 modifiant la liste des établissements agréés dispensant une formation en ostéopathie )

La France dispose dorénavant de 63 structures de formation à l’ostéopathie.

Voir également ici et ici (Arrêté du 25 mai 2011 modifiant l’arrêté du 12 mai 2011 modifiant la liste des établissements agréés dispensant une formation en ostéopathie )

Plateforme d’actions communes : première mise à l’épreuve le 22 mars 2011

3 mars 2011

Dans un communiqué publié sur leur site internet respectif (voir ici ), les cinq organisations AFO, CNO, ROF, SNOF, UFOF nous informent qu’elles « ont pris connaissance du communiqué du conseil d’administration du SFDO et prennent acte de sa décision de refuser de signer le communiqué élaboré par tous le 18 février 2011. »  voir ici

Elles indiquent que malgré l’absence du SFDO, elles  continuent « sur la voie unitaire et fédératrice par des actions concrètes » et qu’elles sont « déterminées à valoriser notre profession dans l’unité » et « se retrouveront comme prévu le 22 avril 2011 pour faire le point sur les avancées de ces différents dossiers et déterminer de nouvelles actions communes. » La grandiloquence des propos (« Solennellement et en vertu du principe de transparence » sic) n’arrive pas à masquer la vacuité des actions réellement envisagées.

Une réunion au ministère de la santé pourrait pourtant nous montrer l’engagement réel de nos présidents à valoriser la profession. En effet, le 22 mars 2011, la commission nationale d’agrément des établissements dispensant une formation en ostéopathie se réunit pour examiner les demandes d’agrément de trois nouveaux établissements :

  • Conservatoire supérieur de l’ostéopathie de Paris
  • Collège ostéopathique Sutherland Europe de Strasbourg
  • Institut d’ostéopathie de Bordeaux.

Messieurs Armand Gersanois, Philippe Sterlingot, Michel Sala et Jean Fancello,  (voir ici ) peuvent siéger ce jour là. Accepteront-ils de cautionner une nouvelle mascarade puisqu’ils savent que leur avis n’est pas pris en considération ?

A-t-on besoin d’un nouvel établissement à Bordeaux alors que le COS Aquitaine formation initiale forme actuellement 475 étudiants ?

Le COS a-t-il besoin d’ouvrir une nouvelle école alors qu’il possède 6 formations (3 temps pleins et 3 temps partiels) ?

Le CSO a-t-il lui aussi besoin d’étendre sa toile alors qu’il possède 3 formations (2 temps partiel à Paris et Toulouse, 1 temps partiel à Toulouse).

Va-t-on accepter de laisser 30 propriétaires d’écoles décider à la place des professionnels, de former des ostéopathes en batterie comme c’est le cas actuellement ?

Les professionnels n’attendront pas le 22 avril pour tirer les enseignements de la PAC, l’UNEO, que cette même PAC refuse d’associer à leurs démarches, encore moins.