Articles Taggés ‘fédération des ostéopathes’

Bonne année 2011

5 janvier 2011

Vous avez été presque 10000 à visiter mon blog depuis sa création en août 2010 et je vous en remercie. Les statistiques de visites montrent que les ostéopathes avaient besoin d’un lieu d’échanges qui permette d’aller plus loin dans la réflexion. Ce blog a pour objet d’ouvrir le débat à tous les ostéopathes qui trouvent que « les cotisations craquent » et de proposer une aide aux décideurs des associations socioprofessionnelles d’ostéopathes en exercice exclusif. La représentativité des ostéopathes en exercice exclusif est trop disparate. Bien que les plus nombreux parmi la kyrielle de praticiens, ils ne réussissent pas à se faire entendre par le Ministre de la santé. Pourtant, ce n’est pas faute d’investir de l’argent dans les diverses associations socioprofessionnelles. En effet, depuis la légalisation de l’ostéopathie en 2002, ce n’est pas loin de 15 millions d’euro que les ostéopathes auront versé à travers leurs cotisations.

La réglementation de l’ostéopathie arrive à la croisée des chemins. La loi de 2009 qui prévoit d’augmenter les heures de formations à 3520 heures n’a toujours pas de décrets. De l’application ou non de cette loi, dépendra l’avenir de l’ostéopathie. La santé dans la première hypothèse. Le bien être dans la seconde.

2011 verra-t-elle la création d’une fédération des ostéopathes? C’est ce que les ostéopathes peuvent espérer de mieux pour cette nouvelle année.

Consultez les statistiques ici: STATS 2010

Appel pour un « Grenelle de l’ostéopathie »

20 décembre 2010

Quatre Confrères, qui ont participé à la manifestation de 2007 organisée par l’union nationale des étudiants en ostéopathie et qui s’est terminée devant l’assemblée nationale (et pour certains au poste de police) nous communiquent leur analyse de la réunion de samedi dernier.

18 Décembre : Bilan mitigé d’une réunion attendue

La réunion du 18 décembre Ô combien attendue par une grande majorité des ostéopathes exclusifs vient-elle une nouvelle fois d’accoucher d’une souris ?

Il y avait bien longtemps que l’ensemble des associations d’ostéopathes ne s’était pas mis autour d’une même table. Plus de 48h après cette réunion, rien ne transpire, mis à part un communiqué laconique du Registre des Ostéopathes de France (ROF), évoquant une réunion « conviviale, confraternelle », mais aussi la rédaction d’« un communiqué commun », avec des objectifs et des orientations politiques dont le manque d’ambition n’a d’égal que la banalité des objectifs :

  • « promouvoir l’ostéopathie exclusive» ! Et nous qui pensions que c’était déjà le cas …
  • les signataires constatent la dérive démographique (…) et interpellent (…). Et alors ?
  • les signataires « sollicitent  d’être associés à la rédaction des décrets HPST du 21 juillet 2009 », quelle audace !
  • Etc.

En résumé, cela respire à plein nez l’engagement solennel à … ne rien faire de plus que s’engager à se revoir dans 2 mois pour de nouveau réfléchir. Il est sûr que si chaque réunion dure 2h30, il en faudra encore quelques unes pour définir des actions concrètes, ambitieuses, et répondant aux attentes des ostéopathes.

Pas un mot sur une Plateforme, pas un mot sur la Fédération Française des Ostéopathes (FFO), ou tout autre projet de nature à rassembler nos forces avant d’aller à la bataille !

Nous n’osons croire que certains puissent jouer la montre pour construire, à l’abri du regard de leurs mandants, des alliances qui reposeraient, non pas sur la recherche de l’intérêt général, mais sur de bas calculs. Le POF se meurt de rivalités et conflits strictement personnels entre présidents d’ASP.

Qu’attendions-nous de cette réunion ?

  • Une charte d’engagement de bonne conduite (engagement pris, engagement tenu), de transparence quant à l’exercice exclusif, de cohésion.
  • Un engagement réel de concertation et de construction d’un projet politique, de mise en commun de moyens humains et financiers pour notre profession.
  • Un débat sur la création d’une identité commune aux ostéopathes exclusifs et la mise en place d’une déontologie commune sous forme de fédération, plateforme ou autre !

En bref, du bon sens et de l’ambition pour la profession !

Aujourd’hui, à quoi assistons nous ?

  • A des communiqués non suivis d’effets.
  • A des échanges entre présidents, dont le niveau n’honore personne, et surtout pas la profession.
  • A des engagements jetables, qui contribuent à rompre la confiance entre les différents partenaires, mais aussi entre mandants et mandatés.

Pendant ce temps,  les problèmes restent.

Aujourd’hui, ne reproduisons pas les erreurs des années passées. La défense de notre identité d’ostéopathe exclusif passe par un projet fédérateur. Celui-ci avait été proposé par certains par le passé. Une nouvelle opportunité se présente.

Il est primordial de s’engager dans ce processus, et secondaire de savoir qui en a posé la première pierre.

S’il est nécessaire que chaque ASP puisse contribuer à construire les bases d’une structure commune, il n’est tout simplement pas possible qu’elle repose sur des sables mouvants … En l’espèce, seule la constance dans le discours et dans les actes sont susceptibles d’apporter de la stabilité dans les relations inter ASP.

Ce projet est une chance pour notre profession, rassemblons nous pour un véritable grenelle de l’ostéopathie et travaillons tous ensemble !

NB : Ce document a été adressé à l’ensemble des présidents des ASP. Nous communiquerons sur les réponses ou silences de ces derniers sur le site de Jean-Louis Boutin.

Thibaut Catel: ostéopathe D.O.  Past Président de l’UNEO

Romain Dargère: ostéopathe D.O. MROF Past Président & Secrétaire de l’UNEO

Grégory Landurier: ostéopathe D.O. MROF Ancien Webmaster Forum Osteo-Only

Sylvain Gnaho: ostéopathe D.O. Past Vice-Président du SFDO

Participez au sondage « Souhaitez-vous une fédération des ostéopathes ? » en cliquant ici

Pour consulter les résultats, cliquez: MARDI 21 DECEMBRE 2010

Pierre Renaudeau: « je commence à réfléchir à la façon dont je vais utiliser mon budget syndico-représentatif en 2011

20 décembre 2010

Confiant dans les personnes nous représentant, je, comme beaucoup d’entre nous, ne suis pas naïf. Nous, Ostéopathes de terrain, de la rue, n’avons pas les mêmes intérêts que nos représentants syndicaux. Notre carrière n’est pas la même et demain la façon dont se dérouleront les évènements du quotidien dépendront de nous essentiellement, à travers les votes qui détermineront nos représentants mais aussi à travers les actes et règlements financiers que nous choisirons d’accomplir.

Un petit exemple à une échelle plus grande : la France. Les Français votent et élisent des députés, des présidents de la République, etc. Ces personnes décident un certain nombre de choses qui vont s’imposer au quotidien aux Français. Mais il existe un contre pouvoir exercé quotidiennement par chacun d’entre nous et dont le nombre fait la puissance : il s’agit de l’endroit ou la façon dont chacun d’entre nous décide de dépenser son argent. Ainsi la population française a plébiscité par sa menue monnaie le système Leclerc. Aucune loi n’a été votée pour implanter des Leclerc partout mais il y  en a partout. C’est la puissance spontanée du nombre par le financement. De la même façon, les Français qui le souhaitent permettent l’existence d’AMAP, par l’apport de leurs règlements réguliers. Et au final, le système est très équilibré, par effet de concurrence entre public et privé, comme dans le système hospitalier public et privé. Ce que ne peuvent réaliser l’imposition de lois coercitives, l’émulation le réalise.

Alors, aujourd’hui, nous, Ostéopathes, sommes à l’aube d’un système fédératif qui conservera nos chers élus, mais leur opposera un pouvoir différent, porté par la cotisation de chacun d’entre nous, qui entraînera la dynamique d’organisation vers le haut. Ce que ne proposera pas ou n’entendra pas le « groupe de déclaration commune », la Fédération l’épluchera, consultera la base et réalisera quelque chose de différent, pour avancer.

La situation bizarre actuelle est sans doute due à un manque d’attention de certains de nos dirigeants syndicaux qui commettent une erreur de conception. Ce ne sont pas les syndicats qui font vivre la profession d’Ostéopathes, mais les Ostéopathes qui font vivre les syndicats, et chaque Ostéopathe est un apport, un pied de soutien de ces mille pattes que sont les syndicats. Leur force vient uniquement de nous, et de notre soutien financier, et de rien d’autre.

Si demain, un syndicat est vidé des deux tiers de ses adhérents, il n’est plus grand-chose, et plus personne ne l’écoutera ni ne le recevra. Si demain, les deux mille personnes Ostéopathes qui ont voté pour la Fédération (c’est le projet initial) adhèrent à cette structure, elle sera puissante, nouvelle et efficace.

J’ai personnellement été extrêmement choqué d’avoir voté pour un projet et de m’en être vu dissimuler les résultats de scrutin, mais j’accorde toujours ma confiance à mon Président, car il a été démocratiquement élu, et l’idée du Registre est un concept essentiel et ancien qu’il faut défendre à tout prix pour la Profession. J’ai donc ré adhéré, mais je pose des questions. Et j’attends, comme chacun d’entre nous, des réponses.

Je suis conscient également des résultats remportés par l’action judiciaire de mon syndicat, mais je vois bien que ne plus être reçu au ministère constitue un handicap majeur, et qu’il conviendrait maintenant d’associer les autres syndicats à ces actions, pour être plus crédibles, plus influents. Mais je garde confiance en mon Président, bien que je pense qu’il est temps de revenir à des consultations de la base pour décider ce qui doit être entrepris, afin d’éliminer ce climat de méfiance. Nous n’avons pas été consultés, en mon syndicat, sur la question de la Fédération.

J’ai questionné mes deux présidences sur l’opportunité d’appartenir à la Fédération. J’engage chacun d’entre vous à en faire autant auprès de son responsable syndical, en leur adressant par écrit la simple question : « Quand y adhérons-nous ? » Il y a tellement à faire.

Au final, le double système peut être beaucoup plus intéressant et efficace que l’ancien qui montre actuellement ses dangereuses limites pour la Profession. Entre les syndicats et la Fédération l’émulation fera ce que ne réalisent pas les partis-pris actuels. Et la demande sans équivoque de deux mille Ostéopathes ne peut être ignorée.

Il reste à attendre le projet finalisé de cette structure et à exiger avant toute adhésion que les responsables élus ne soient membres d’aucune autre structure syndicale, associative ou d’enseignement. Et parlez-en autour de vous, nous sommes très nombreux et l’avenir est juste là, devant nous. Comme vous tous, je commence à réfléchir à la façon dont je vais utiliser mon budget « syndico-représentatif » en 2011.

Amicalement et Confraternellement.

PIERRE  RENAUDEAU  D.O  M.R.O.F  et adhérent du S.N.O.F

Participez au sondage « Souhaitez-vous une fédération des ostéopathes ? » en cliquant ici

Pour consulter les résultats, cliquez: MARDI 21 DECEMBRE 2010

Une fédération d’ostéopathes n’intéresse pas les bureaux des ASP

19 décembre 2010

La réunion qui s’est tenue à Nîmes le 18 décembre entre les six associations socio-professionnelles d’ostéopathes s’est conclue par des engagements à travailler ensemble mais surtout pas sur un projet concret de fédération. Un communiqué commun, une lettre au ministre de la santé, une nouvelle réunion dans deux mois… Bref, que de l’habituel. Les historiens du paysage ostéopathique français pourront ressortir de multiples communiqués identiques signés en 2006, en 2002, en 2001… et bien avant encore. On sait ce qu’il est advenu ensuite de tels engagements ! Si nos représentants pensent que cela est susceptible de satisfaire les professionnels…

Il devient plus que nécessaire de leur faire remonter un message massif. Pour cela, participez au sondage « Souhaitez-vous une fédération des ostéopathes ? » en cliquant ici

Consultez les résultats ici: DIMANCHE 19 DECEMBRE 2010