Articles Taggés ‘fédération française des ostéopathes’

Les ostéopathes à l’assaut du Mont-Blanc

1 juillet 2011

Afin de relancer la couverture médiatique du combat sur la réglementation de l’ostéopathie, le nouveau Président de la fédération française de l’ostéopathie (FFO voir ici ), ascensionnera la Mont-Blanc ce week-end. Il sera accompagné d’étudiants en ostéopathie et de patients, à l’image de la composition de cette fédération.

A travers cette performance, ils comptent sensibiliser tous les média en déployant au sommet une bannière « alertant le gouvernement sur l’urgence des dispositions à prendre pour garantir la pérennité d’une ostéopathie de qualité, notamment pour défendre des critères élevés de formation ».

Plus d’info ici

L’invité du blog: Bertrand Bouriaud

10 janvier 2011

2011, vers l’union des ostéopathes

La fin d’année 2010 chaotique à laquelle nous venons d’assister, nous invite à dresser le bilan de la situation du POF, et de l’ambition de donner naissance à la profession ostéopathe. Que reste-t-il des accords du 7 juillet, signés par les présidents et validés par les bureaux des associations socio-professionnelles exclusives (ASP 00)? Que reste-t-il des « accords » issus de la réunion du 4 novembre? Quelle suite fut donnée à l’action juridique tripartite (ROF-SNOF-AFO) du 9 novembre, action ayant nommé comme représentant Pascal Javerliat ? (n’aurait-il pas fallu attendre son accord officiel préalable ?)

Partant du principe que l’union fait la force, le ROF et le SFDO, rejoints par le SNOF, avaient mis leur « rivalité » de côté pour proposer ensemble, en tant que représentants des professionnels exclusifs, un projet politique commun. Cela avait été annoncé lors du forum pré AG du ROF par les Présidents Fancello, Montmartin et Sterlingot. Les autres ASP ont vite pris conscience des bienfaits de cette démarche, et manifesté le désir d’y participer. L’exemple de l’AFO qui, en modifiant ses statuts, n’accepte dorénavant en son sein que des ADELI 00, en est la parfaite illustration.

Quel dommage que depuis, le ROF ait renversé son président, soit revenu sur les accords avec ses partenaires (cf les échanges publiés entre SFDO et ROF) et se gargarise d’avoir organisé une réunion avec « TOUTES » les ASP (cf newsletter n°17) … et non plus les seules exclusives. En effet, cette plateforme véhiculerait quelques 700 kiné-ostéopathes… Quel dommage aussi que « la voix de la raison de (ces) 30 années d’expérience », représentée par le comité consultatif d’éthique (CCE) ait démissionné, deux membres de son conseil national leur emboitant le pas (Marianne Montmartin et Yves Tricot). Quel dommage enfin que les adhérents ne se reconnaissent plus derrière la nouvelle image véhiculée d’un « pouvoir suprême sans moyen de rétro contrôle » et lui tournent massivement le dos (300 adhérents de moins en 2011?).

La conséquence directe de ces manœuvres effectuées sans la consultation des adhérents est que le POF se retrouve aujourd’hui face à deux chantiers. D’un côté, un syndicat (SFDO) donne l’image d’agir seul, fort de son statut d’ASP la plus représentative du POF, en créant la FFO. Cette fédération serait ouverte au SFDO donc, à tous les autres syndicats et à tout ostéopathe ADELI 00 ayant une formation d’au moins 4200 heures. L’image serait celle d’une structure avec un mur porteur unique (moins résistant), sur un sol homogène (le plus résistant). De l’autre côté, toutes les autres associations, si l’on se réfère aux communiqués publiés suite à la réunion du 18 décembre (également signé par le SFDO), souhaitent former une plateforme commune pour mutualiser les compétences de chacune. Les récents échanges SFDO – SNOF ainsi que le compte rendu objectif diffusé sur son site par l’UNEO laissent cependant penser que les guerres de clochers sont loin d’être dépassées. L’image serait donc quant à elle d’une structure aux fondations multiples (plus résistant) … sur un sol meuble (le moins résistant). Dans les deux cas, ces projets ne requièrent pas toutes les conditions pour être menés à bien ; aussi louables soient-ils. Car si l’un fédère largement, il a l’image du seul décideur, et l’autre, en étant pluricéphale, laisse en chemin les non-adhérents à une ASP.

Retenons cependant les points positifs des deux chantiers, à savoir:

  • Un projet plateforme réunissant environ 4500 ostéopathes (ASP= 3740, ROF=800).
  • Le lancement de la FFO.

Les ostéopathes souhaitent  se réunir au sein d’un même groupe, sans signe d’appartenance associatif autre que ce groupe. Il semblerait que les représentants actuels oublient de prendre en compte l’avis de leurs adhérents :

  • Le ROF n’avait-il pas voté lors de l’AG en faveur d’une plate-forme avec les seuls exclusifs?
  • Le projet de FFO proposé par le SFDO est-il en accord avec le projet initial de Marianne Montmartin et Philippe Sterlingot?
  • Les adhérents des autres associations ont-ils été concertés sur ce projet de plateforme?

et encore moins de l’avis des futurs professionnels (UNEO) simplement invités à la table pour « la forme ».

Face à ce constat, il est temps de mettre en place une structure unique, à forte représentativité, regroupant l’ensemble des ostéopathes exclusifs et uniquement des ostéopathes et reprenant les avancées positives du 18/12 et de la FFO:

  • Une structure unique (nom à définir)
  • Une entrée à faible cotisation pour tout ostéopathe exclusif, avec un rôle décisionnaire lors des assemblées générales.
  • Un rôle consultatif pour toutes les ASP (comme proposé par la plate-forme du 18 décembre), tous les étudiants et tous les établissements de formation (pas uniquement UNEO et SNESO)

2011 pourrait donc être l’année d’un second souffle, après l’échec des dernières tentatives de rapprochement. N’attendons pas. Cette structure sera le signe fort de la prise de conscience des ostéopathes quant à la nécessité de l’union!

Excellente année 2011 à tous.

Bonne année 2011

5 janvier 2011

Vous avez été presque 10000 à visiter mon blog depuis sa création en août 2010 et je vous en remercie. Les statistiques de visites montrent que les ostéopathes avaient besoin d’un lieu d’échanges qui permette d’aller plus loin dans la réflexion. Ce blog a pour objet d’ouvrir le débat à tous les ostéopathes qui trouvent que « les cotisations craquent » et de proposer une aide aux décideurs des associations socioprofessionnelles d’ostéopathes en exercice exclusif. La représentativité des ostéopathes en exercice exclusif est trop disparate. Bien que les plus nombreux parmi la kyrielle de praticiens, ils ne réussissent pas à se faire entendre par le Ministre de la santé. Pourtant, ce n’est pas faute d’investir de l’argent dans les diverses associations socioprofessionnelles. En effet, depuis la légalisation de l’ostéopathie en 2002, ce n’est pas loin de 15 millions d’euro que les ostéopathes auront versé à travers leurs cotisations.

La réglementation de l’ostéopathie arrive à la croisée des chemins. La loi de 2009 qui prévoit d’augmenter les heures de formations à 3520 heures n’a toujours pas de décrets. De l’application ou non de cette loi, dépendra l’avenir de l’ostéopathie. La santé dans la première hypothèse. Le bien être dans la seconde.

2011 verra-t-elle la création d’une fédération des ostéopathes? C’est ce que les ostéopathes peuvent espérer de mieux pour cette nouvelle année.

Consultez les statistiques ici: STATS 2010

La tactique du colibri: Pierre Renaudeau

24 décembre 2010

Lorsqu’un évènement majeur se fait jour, il faut savoir poser son scepticisme d’avant-hier et ses doutes d’hier pour passer à la phase suivante : réagir, agir.

La création de la Fédération Française des Ostéopathes est cet évènement. Majeur à n’en pas douter car redouté par certains, nié par d’autre jusqu’au bout du mensonge, dans le vain espoir de voir perdurer la stabilité d’antan avec la prédominance de quelques-uns et le silence enfin retrouvé des « agités blogueurs de la rue opiniâtres itératifs » dérangeant les ASP.

Agir, vous le pouvez tous désormais en vous inscrivant à une structure qui va représenter tous les Ostéopathes, à laquelle sont conviées toutes les ASP, dont personne n’est exclu. Que rêver de mieux ? Peut-être trop beau ? Nous verrons bien !

Si vous prenez le temps d’examiner les conditions d’adhésion au syndicat initiateur (avec Mlle Montmartin et non pas quelque autre président que ce soit) du projet , vous pourrez constater comme moi le haut niveau d’exigence de qualité de ce syndicat de 1390 Ostéopathes dont 1380 exclusifs. Dans cette structure on vote en assemblée générale, à bulletins secrets, ce qui n’est pas hélas le cas de toutes les ASP, et le Président agit en fonction de la demande des adhérents. Il y a un comité surveillant le conseil national, un contre pouvoir. Que demander de plus comme qualité et comme éthique ?

Alors, vous les petits Ostéopathes de terrain, les colibris, vous pouvez maintenant agir. En adhérant bien sûr, au seul projet concret susceptible de sortir la Profession de l’ornière dans laquelle elle s’enfonce. (federation-osteopathie@laposte.net).  Mais aussi grâce à la stratégie du colibri. Un colibri qui apporte un brin de paille, cela fait un brin de paille. Sept mille colibris qui apportent un brin de paille, cela fait bientôt une meule.

Si chacun d’entre vous, qui consultez ce site, fait, comme moi, un courrier à tous les Ostéopathes de son département pour l’informer de la création de la FFO, avec les références au site pour en savoir plus, alors sept mille Ostéopathes seront informés qu’il se passe quelque chose de majeur et de nouveau. Et chacun, en son âme et conscience, fera ce qu’il a à faire. Je l’ai fait la semaine dernière, vous pouvez en faire autant sans problème. Pages jaunes, 20 à 30 enveloppes et le tour est joué. Le tour de l’information !

Car dans certaines ASP, la base n’a toujours pas été consultée pour ou contre la création d’une Fédération, et l’on y prétend même que le projet est abandonné. Le tour de la désinformation !

Merci à tous.

Pierre Renaudeau

L’invité du blog: Philippe Sterlingot

15 décembre 2010

Philippe Sterlingot est ostéopathe et président du syndicat français des ostéopathes (SFDO) depuis 2002. Il est l’initiateur avec Marianne Montmartin, ancienne présidente du registre des ostéopathes de France d’une fédération des ostéopathes. Après avoir présenté son projet de fédération française des ostéopathes (FFO), il nous livre ses interrogations à quelques jours de la réunion du 18 décembre à Nîmes.

De l’intérêt d’une participation à la réunion du 18 décembre

Monsieur Guy VILLEMAIN, Président du ROF, a signifié explicitement au Conseil d’Administration du SFDO par un courriel en date du 15 décembre son refus de mettre à l’ordre du jour de la réunion du 18 décembre :

Le préambule :

  • la présence d’un médiateur/observateur neutre et impartial (non ostéopathe) ;
  • la transparence quant à la composition des organisations présentes ;
  • la participation uniquement d’administrateurs élus  ;
  • un engagement sincère et véritable qu’aucune alliance parallèle préalable n’existe entre les participants à la réunion.

Pour le préambule, les raisons invoquées par Monsieur VILLEMAIN sont les suivantes « […] préalables quelque peu pesants pour une rencontre confraternelle de première intention […]. »

Les points suivants :

  • le projet de fédération qui semble pourtant répondre aux attentes des ostéopathes ;
  • les contributions potentielles du Syndicat Français Des Ostéopathes à une stratégie commune nationale et européenne.

Pour ces points, Monsieur VILLEMAIN argue que « […] nous vous proposons bien volontiers d’intégrer les thèmes supplémentaires que vous jugerez utiles dans les questions diverses […]. »

Les 5 aspects importants qui ressortent de cette déclaration prétendue commune à l’AFO, ROF, SNOF et UFOF sont :

  • Le refus d’entendre la volonté des ostéopathes de  « la rue » (cf. propos de M. de Lagausie sur le blog de Pascal Javerliat – voir ici ) ;
  • Le rejet de tout principe de transparence ;
  • Le déni du respect mutuel ;
  • L’officialisation d’une entente préalable entre ces organisations au détriment du SFDO, (confirmée incidemment par Christopher Fleischner sur le blog de Pascal Javerliat – voir ici ).

Dans ce contexte, le Conseil d’Administration du SFDO s’interroge sur la place qui lui sera laissée pour exprimer le 18 décembre les attentes des ostéopathes du SFDO.

A cette fin et dans un souci de transparence, le Conseil d’Administration demande à Monsieur Pascal Javerliat de mettre en place un référendum pour connaître d’une manière objective et transparente la volonté des ostéopathes quant à une présence des représentants du SFDO à une réunion qui s’annonce d’ores et déjà comme biaisée.

Le Conseil d’administration du SFDO ne mandatera ainsi des représentants que si les ostéopathes s’expriment expressément en ce sens.

Mais en tout état de cause, le Conseil d’Administration du SFDO avait fait le choix d’être représenté significativement à la réunion régionale commune de Rennes pour laquelle se seront mobilisés, nous en sommes persuadés, un maximum d’ostéopathes.

Le Conseil d’Administration du SFDO

Pour participer au référendum, cliquez ici

Pour consulter les résultats, cliquez: VENDREDI 17 DECEMBRE 2010

Souhaitez vous une fédération des ostéopathes ?

13 décembre 2010

Le syndicat français des ostéopathes (SFDO) vient de porter son projet de fédération des ostéopathes à la connaissance des professionnels.

Laissons de côté pour l’instant la forme que pourrait revêtir cette fédération, les objectifs qu’elle pourrait poursuivre, son coût financier. Ne cherchons pas à savoir non plus qui serait à la tête de celle-ci. Focalisons-nous uniquement sur la vision de fédération et son point faible actuel qui est qu’elle est proposée par une seule association, le SFDO.

Immanquablement, les autres associations vont considérer cette initiative comme un coup de force, à quelques jours de la réunion du 18 décembre qui doit voir se réunir, l’ensemble de celles-ci. Philippe Sterlingot est cependant légitime à proposer cela puisque ses adhérents le lui ont demandé en assemblée générale. Il l’est également puisque le ROF a rompu unilatéralement ses engagements initiaux, quand bien même ce projet de fédération a été voté en assemblée générale. Plus d’info ici.

Afin que ce nième projet ne se solde pas à nouveau par un échec et que cette fédération ne soit pas une septième structure au sein du paysage ostéopathique français (POF), il est nécessaire que les bureaux respectifs des six associations actuelles aient conscience des souhaits de leurs adhérents et également de ceux des personnes qui n’adhèrent à aucune d’elles.

Si suffisamment de professionnels indiquent qu’ils souhaitent une fédération, les bureaux devront la rejoindre, sinon, ils risquent de voir leurs adhérents rejoindre cette fédération à titre individuel et quitter « la maison mère ».

C’est dans ce but que je vous propose de répondre à ce questionnaire. Plus nous serons nombreux à y répondre, plus nos représentants sauront quelle voie prendre. Si une majorité dit non, le POF demeurera ce qu’il est. Si une majorité dit oui, il sera alors temps de pousser un peu plus la réflexion et décider si ce que nous propose le SFDO est conforme à nos souhaits.

Laissons au moins une chance au produit !

Pour répondre au questionnaire, cliquez ici

Merci de veiller à ne pas voter plusieurs fois. En cas de votes multiples avec le même n° ADELI, un seul vote (le premier) est pris en considération. Les votes associés à un n° ADELI incomplets ou farfelus ne sont pas comptabilisés.

Pour consulter les résultats, cliquez: MARDI 21 DECEMBRE 2010